Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 4. L’intérêt des banquiers

 1. Préfigurations

Sans même avoir à entrer dans les livres de comptes, le fonds d’archives conservé par la Wisconsin Historical Society à Madison  peut apporter, sur le plan financier,  nombre d’éléments éclairants sur l’histoire mouvementée de la période. Ainsi un contrat (agreement) datant du 19 avril 1913[1] indique qu’Harry E. Aitken est actionnaire de la New York Motion Picture, la maison de production de Baumann et Kessel. On trouve également dans le fonds, en date du 22 décembre 1913, une copie d’une lettre signée du même Harry E. Aitken, agissant en tant que vice-président de la Western Import Company, proposant à Carlton Laboratories[2] un accord pour la livraison d’un film de qualité par mois, le paragraphe b de ladite lettre mentionnant les noms de D. W. Griffith, Christy Cabanne, Mae Marsh, Miss Sweet et Miss Geish (lire Gish). Aitken y déclare que la Western a l’exclusivité pour l’Europe de la commercialisation des films issus de K.B., Broncho, Thanhouser, Keystone, Majestic et Reliance. On voit ainsi que deux ans avant la création de la Triangle Film Corporation, sont déjà en place des éléments qui en seront la caractéristique, mais on voit également que la Western Import Company est un élément important du jeu et qu’elle aussi, tout autant que Mutual, sert de prototype à la Triangle qu’elle bordera sur l’exportation, puisque comme Mutual elle continuera à exister aux côtés de la Triangle.

2. Un prêt important et court

Mais un des éléments les plus intéressants du fonds de Madison est relatif à la relation entre la Triangle et le système bancaire. On a dit de la Triangle qu’elle était le premier système cinématographique soutenu par les banques. C’est faux une première fois dans la mesure où la Triangle n’est qu’une nouvelle forme de Mutual, qui s’était aussi appuyée sur les banques. C’est faux une seconde fois parce que, si l’on en juge par les documents originaux présents dans le fonds consultable[3], ce soutien est des plus contraignants et des plus brefs.

On trouve, en date du 5 novembre 1915[4], un contrat entre d’une part la Triangle Film Corporation, dont le président est H. E. Aitken, et d’autre part F.S. Smithers and C° et Knauth, Nachod and Kuhn, pour un prêt par ces banquiers à la Triangle, sur six mois, de 500 000 dollars. La somme est d’importance[5] et le délai des plus courts. Quand aux conditions, elles sont drastiques : un double échéancier liste d’un côté quarante-quatre titres de films à produire et de l’autre  les recettes hebdomadaires escomptées, et il est stipulé que le négatif des films tournés doit être déposé entre les mains des banquiers. Or un document (« agreement ») en date du 20 janvier 1916, faisant référence à l’accord du 5 novembre 1915, indique que les sommes prêtées étant insuffisantes au regard des besoins de la Triangle, Aitken avance à celle-ci 100 000 dollars. Dès le 15 février, un nouveau contrat entre la Triangle et les banquiers du 5 novembre indique que ces derniers ont dû avancer de nouvelles sommes en plus du prêt initial et que dans ces conditions, pour que le crédit reste ouvert, la Triangle devra soumettre à l’accord écrit des banquiers toute dépense nouvelle ne relevant pas de la gestion courante. On trouve encore à la date du 2 mars 1916 deux documents parallèles. Dans le premier, qui se réfère au document daté du 20 janvier, Aitken avance de nouveau 100 000 dollars à la Triangle. Dans le second, les banquiers avancent à Aitken les mêmes 100 000 dollars. Le 5 mai 1916, date anniversaire du prêt initial, encore deux documents à la même date. Dans le premier, le prêt des banquiers en date du 5 novembre est prolongé de six nouveaux mois. Dans le second, tous les responsables liés à la Triangle (NYMP, Majestic et Keystone), réunis en « syndicate », souscrivent pour 500 000 dollars qui sont déposés auprès des banquiers. Cela semble calmer le jeu puisqu’aucun document de ce type ne réapparaît avant la mi-octobre.

C’est juste avant cette accalmie, et juste avant l’anniversaire du premier prêt, qu’a lieu à New York, le 27 avril 1916, une grande réunion annoncée dans la presse comme un effort pour créer un très grande structure de production par un rapprochement entre Famous Players et Triangle. A la réunion, participent du côté des banques Smithers and C°, Knauth, Nachob and Kuhn, et du côté de la profession Goldfish, Lasky et Harry E. Aitken. On sait qu’il ne sort rien de cette réunion dont la réalité était sans doute de faire recapitaliser la Triangle par Famous Players. Quelques jours après, un nouvel accord est passé entre la Triangle et sa banque.

3. Nouvelle décomposition :

Entre septembre et décembre 1916, la Triangle Film Corporation cède ses « branches offices » de Boston, New York, Nouvelle Orléans et Seattle. Deux lettres, en date des 19 et 27 octobre 1916, montrent que le ton monte entre les banquiers et la Triangle, et que les premiers finissent par confier l’affaire du prêt non honoré à des hommes de loi. Mais une autre partie s’est jouée entretemps. Un accord en date du 11 octobre 1916[6], entre la Triangle et un « syndicate » formé par MM. Richard A. Rowland[7], Percy L. Waters[8] et Louis B. Mayer, commence par lister les dettes de la Triangle envers d’abord  les banquiers (550 000 dollars), ensuite Harry E. Aitken (200 000 dollars, à quoi viennent s’ajouter 127 463,17 dollars dus par ailleurs aux banquiers par Aitken) , alors que les Kessel et Aitken ont aussi emprunté 17 000 et quelques dollars aux mêmes banquiers, à quoi il faut ajouter un peu plus de 10 000 dollars que la Triangle leur doit aussi. Soit un total de 904 463 dollars : presque le double de l’emprunt de novembre 1915, dont il semble d’ailleurs que l’intérêt ait été de 10% sur six mois, ce qui n’est pas rien. La Triangle déclare d’une part vouloir réorganiser ses agences (exchanges) en « subsidiary corporations » (filiales) à capitaliser à hauteur de 1 800 000 dollars de « preferred stock » (actions privilégiées) et 1 800 000 dollars de « common stock » (actions ordinaires), et d’autre part de passer son capital de 5 à 6 millions de dollars, tout en certifiant que son endettement n’est pas supérieur à 1 800 000 dollars. La Triangle transfère ses avoirs (assets) auxdites filiales[9]. Le « syndicate » achète à la Triangle pour 750 000 dollars d’escompte (notes) sur les filiales, 750 000 dollars d’actions privilégiées, 900 000 dollars d’actions ordinaires, et 1 000 000 dollars du capital de Triangle (cela correspond à l’augmentation de capital indiquée précédemment). Soit au total 3 400 000 dollars. Le « syndicate », dont Louis B. Mayer fait partie, s’engage à traiter au plus tard le 13 octobre avec les banquiers et faire son affaire des traites restantes (une par semaine, comme les programmes de films). Les sommes mentionnées ne seront versées à la Triangle qu’à proportion de ce qui aura été préalablement remboursé aux banquiers. De son côté, la Triangle fait son affaire de revoir ses contrats avec d’une part Majestic et Griffith et d’autre part NYMP et Ince (Keystone et Sennett ne sont pas mentionnés dans cet accord). Il semble donc bien qu’à la date du 11 octobre 1916, la Triangle est passée entre les mains de Louis B.Mayer, qui était déjà présent au moment de l’exploitation de Birth of a Nation puisqu’il en avait obtenu, au prix fort, l’exploitation par « state rights » dans la région de Boston (le film est exploité sur le mode du « road show » dans tout le reste des Etats-Unis).

Le 4 novembre 1916[10], Superpictures rachète la dette (estimée à 600 000 dollars[11]) de la Triangle, qui transfère ses actifs restants à la Triangle Distributing Company. Le 23 janvier 1917, encore deux (sur un total de 8) documents parallèles. Dans le premier, Triangle Film Distributing se voit confier la distribution des films produits par NYMP, Majestic et Keystone. Dans le second, la Triangle Film Corporation salarie Charles et Adam Kessel comme « supervisors » pour la Côte Est. Cet ensemble de documents montre que malgré la cession de ses agences locales, la Triangle ne parvient pas à respecter les échéances de la banque qui, à l’approche de la date anniversaire du prêt, jette l’éponge et confie le règlement du contentieux à des hommes de loi. Superpictures prend le contrôle de l’outil de production sur la côte Ouest (que la Triangle a modernisé) pendant que la Triangle initiale se replie sur l’outil de la côte Est (les installations premières du New Jersey qui ont sans doute vieilli) pendant que Triangle Distributing reprend la distribution sans le passif des dettes de son prédécesseur.

4. Retour sur le fonds parisien

Le travail mené sur le fonds et sa comparaison avec celui de Madison permet, une fois un peu mieux comprises la période (agitée) des années 10 et la vie (courte et complexe) de la Triangle, de revenir sur l’origine du fonds et sa constitution. Le fonds est certainement Harry E. Aitken, débordant à la fois en amont et en aval la Triangle, puisqu’on y trouve des documents Reliance, Majestic, ou New York Motion Picture antérieurs à la Triangle. Ces documents antérieurs sont issus d’une activité de producteur (Reliance, Majestic) ou de président (Mutual, incluant NYMP). A contrario, les documents Sennett et Griffith sont relativement rares car tous deux ont disposé de leurs archives, celles de Sennett ayant été confiées à la Margaret Herrick Library, et celles de Griffith au MOMA[12].  On peut aussi penser qu’une des raisons de l’échec, notamment financier, de la Triangle est le fait qu’elle soit, contrairement à ses concurrents comme Paramount ou Universal, cantonnée au territoire américain si Western Import prend en charge la distribution en Europe.

C’est bien ce qu’atteste, dans le fonds madisonien, un « summary of agreement », en date du 22 décembre 1915 entre NYMP, Keystone (représentées par Adam Kessel Jr.) et Western Import Company Ltd (représentée par Aitken Jr., Roy), avec les noms dactylographiés mais sans signature manuscrite puisqu’il s’agit d’une synthèse. Ce document indique que Western Import exploite déjà pour Keystone en Europe un certain nombre de négatifs et que NYMP et Keystone, s’engagent à fournir à la Western Import, compagnie anglaise ayant des bureaux à New York, 45 films, dont 28 de deux bobines, 7 de cinq bobines, 1 de six,1 de trois et 8 de quatre (la liste est fournie en annexe)[13]. Les deux compagnies fournissent les négatifs dont la compagnie tire les positifs pour l’exploitation. Le territoire concerné est celui de la Grande Bretagne, de l’Irlande et du continent européen. Un mémo en date du lendemain, le 23 décembre, signé W.N.S. à l’attention de Mr Brinch explique la marche à suivre pour obtenir des banquiers (de l’accord du 5 novembre, soit Smithers) le prêt des négatifs à confier à la Western Import : ce prêt ne peut se faire que sur délivrance aux banquiers des sommes reçues par NYMP et Keystone au titre de la vente de leurs droits à l’étranger, soit 20 000 dollars comptant et 80 000 en escompte. Le montage indique que c’est NYMP qui verse à la Triangle, en réduction de ses créances, la somme et l’escompte en question.

Cet accord est précisé par un autre, en date du 10 février 1916, toujours entre Triangle Film Corporation et Western Import Company, toujours représentées par les deux juniors et vice-présidents, Adam Kessel (frère de Charles) et Roy Aitken (frère de Harry). Cet accord commence par rappeler les accords entre Triangle et respectivement Majestic, NYMP et Keystone. Triangle s’est engagé (à une date qui n’est pas indiquée, mais jusqu’au 1er septembre 1918) à acheter à Majestic un film de quatre ou cinq bobines par semaine sous la supervision de D. W. Griffith), à NYMP la même chose sous la supervision de T. H. Ince, et à Keystone deux films de deux ou trois bobines par semaine sous la supervision de Mack Sennett. Western Import a l’exclusivité de l’exploitation des films Triangle sur le territoire défini ainsi : les Iles britanniques, la totalité de l’Europe (à l’exception de la Suisse), Russie incluse, l’Afrique du Sud (britannique), la Chine et le Japon. La Western Import dépose à la Triangle, qui la conserve entre ses mains jusqu’à la fin du contrat, la somme de 50 000 dollars et s’engage à investir si nécessaire 40 000 dollars pour l’activité définie par le contrat (l’exploitation). La Western Import sera rémunérée par 32,5% des bénéfices nets réalisés, une fois les 40 000 dollars investis récupérés. Si la Triangle devenait insolvable pendant le contrat, la Western Import pourrait continuer son activité et conserverait la totalité des bénéfices à hauteur des 50 000 dollars déposés. La Western Import, dont les bureaux américains sont situés au 1459 Broadway, New York City, devra commencer l’exploitation des films au plus tard le 15 mai 1916, avec six agences dans les Iles Britanniques, une à Paris, et une à Copenhague, étant entendu que cette dernière devra rester ouverte jusqu’à la fin de la guerre en Europe[14]. Cet accord est signé par les deux vice-présidents, et est approuvé par les quatre « directors » de la Triangle, soit les deux frères Kessel (Charles et Adam), un Y (William S. Seligsberg ?) et un J.P. Dunning (?).


[1] Aitken Papers, boîte 10.

[2] Carlton joue ici le rôle de « manufacturer » (fabricant), c’est-à-dire de laboratoire développant les films et tirant les copies d’exploitation. Le montage proposé semble donc être : Reliance pour la production et la réalisation, Carlton comme laboratoire et Western pour la distribution en Europe (en cela, il n’y pas concurrence avec Mutual).

[3] Une partie du fonds, notamment les livres de comptes, a été microfilmée, mais l’auteur n’a pas encore pu consulter les microfilms.

[4] Aitken Papers, boîte 11.

[5] Une estimation relative de la valeur du dollar à l’époque donnerait pour aujourd’hui l’équivalent de quelques 8 millions de dollars.

[6] Aitken Papers, boîte 12.

[7] Richard A. Rowland vient en 1915 de fonder avec Louis B. Mayer la maison de production Metro Pictures dont il est le directeur jusqu’en 1920.

[8] Percival Lee Waters a été proche d’Edison : il a été « general manager » de la General Film Company entre 1910 et 1912. Associé à J.J. Kennedy, il a ensuite fondé une seconde Kinetograph Company. En 1914, il revient brièvement  à la General avant de prendre la présidence de Triangle Film Corporation (Richard Abel dans Encyclopedia of Early Cinema). Mais dans l’accord en question, le président de la Triangle est Harry E. Aitken qui signe face au « syndicate » dont Waters fait partie. Le document ne porte toutefois pas la signature de Louis B. Mayer, mais celle des trois autres.

[9] Cet accord du 11 octobre a été précédé d’un accord, en date du 25 septembre, entre Triangle et Louis B. Mayer, aux termes duquel la première transfère au second les avoirs de son agence de Boston, qui est sans doute la plus importante et la plus rentable de l’ensemble du système.

[10] Aitken Papers boîte 13.

[11] Les 500 000 initiaux et les 100 000 dus à Aitken, sans doute.

[12] Ces localisations d’archives en disent assez long : Sennett se reconnaît en la Côte Ouest et au sein d’Hollywood (la Margaret Herrick Library fait partie de l’Academy of Motion Picture), ou, si l’on préfère, s’identifie tout simplement au cinéma dans le sens d’entertainment, et Griffith se fait admettre dans un musée de la côté Est au sein de l’art contemporain. Aitken, via son frère, se fait intégrer pour partie par une institution régionale, la Wisconsin Historical Society. La présence à Paris d’une partie du fonds est due largement au hasard (et au flair d’Henri Langlois), mais aussi selon nous à quelqu’un qui a subtilisé dans les archives de Roy des documents avant la cession à Madison.

[13] La liste des 45 films est décomposée par le contrat en six lots, correspondant chacun à un paiement effectué de la part de Western Import. Le premier lot de 19 titres comprend les 7 cinq bobines, le 6 bobines (The Italian) et 11 deux bobines. Les autres lots mêlent deux et quatre bobines.

[14] Un document à en-tête Western Import, en date du 22 décembre 1913 et signé Roy E . Aitken, indique qu’à l’époque Western Import a des bureaux à Londres, Berlin, Paris, Vienne et New York. On comprend alors qu’en raison de la guerre, Copenhague remplace Berlin et Vienne. Ce document, adressé à Carlton Motion Pictures Laboratories est une proposition d’acquisition d’un film par mois, supervisé par Griffith, assisté soit de Kirkwood soit de Cabanne, et ayant comme actrice principale au choix Melles Marsh, Sweet ou Geish (sic).


Une réflexion au sujet de « Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 4. L’intérêt des banquiers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *