Les Etats-Unis et le monde, entre 1914 et 1920

Journée d’études TRIANGLE
Cinémathèque Française 28 janvier 2009

LES ÉTATS-UNIS ET LE MONDE ENTRE 1914 ET 1920

Depuis les origines, la politique extérieure des Etats-Unis consiste en un mélange entre idéalisme (lutte anti-coloniale au nom de la liberté, de l’émancipation communautaire/individuelle) et réalisme (agrandissement, prospérité et isolationnisme). Il ne faut jamais oublier que l’intérêt national prime depuis déclaration de neutralité en 1793 entre la France d’une part et la Grande-Bretagne d’autre part (ce qui aboutira en 1823 à la doctrine Monroe 1823 : Europe et Amérique, chacun chez soi).

A – Les fondements d’une politique extérieure avant 1914

La constitution d’un territoire : deux phases principales avant 1914 :

1- avancée linéaire continentale (dont Far West) : conquête et achats années 1803 (Louisiane)-1853 (Gadsden Purchase, Arizona) en passant par échange anglo-américain 1818 frontière nord + achat Floride à Espagne 1819 et Orégon 1846 à GB + conquêtes Californie et autres territoires sud-ouest et Texas sur Mexique (1845-1848) : derniers territoires indiens convertis en

2 – projections outre-mer : conquête et achats années 1867 (Alaska à Russie) – 1898 (Cuba-Philippines-Porto-Rico sur Espagne & Hawaï). 1898 date-charnière à   laquelle les EU passent du statut de puissance monocontinentale à celui de puissance régionale (Amérique centrale-Pacifique nord) déjà attirée par le monde (Libéria 1830).

Vigilance accrue par multiplication des contacts à travers monde -> Open Door Policy (John Hay 1899 en Chine) + participation à des conférences coloniales (Madrid 1880, Berlin 1884-1885, Algésiras 1906), diplomatiques mondiales (Paix à La Haye 1899,1907) et techniques (systèmes de communications et autres domaines, XIXe-début XXes.). D’où il ressort que la réalité diplomatique EU avant 1914 relève d’un isolationnisme tempéré/relatif sur fond de protectionnisme farouche et d’endettement massif.

Corollaire Theodore Roosevelt 1904 : d’isolationnisme défensif (Monroe 1823), on passe à offensif -> impérialisme propre (théorie Manifest Destiny déjà diffusée dans élites EU depuis milieu XIXe s.), en marge de l’impérialisme de meute des Européens (Afrique depuis années 1880), au moment où EU deviennent 1ère puissance économique mondiale (productions et brevets), mais toujours ultra-protectionnistes (défense marché intérieur) et débiteurs (envers GB-F). Activisme dans Caraïbes où EU évincent puissances européennes (affaire Vénézuela 1902-1903 + cession Guantanamo 1903 et occupation Cuba 1906-1909 + intervention Nicaragua 1912) … politique qui se poursuivra avant entrée en guerre EU (Haïti 1915 et Rép. Dominicaine 1916 + Antilles danoises achetées 1917)

Pourtant, W. Wilson élu président 1912 (en place en 1913) se veut anti-impérialiste (New Diplomacy) mais instabilité Mexique depuis 1910 (chute Porfirio Díaz -> guerre civile, Pancho Villa et autres) -> intervention à Veracruz (avril 1914) qui montre que EU grande puissance navale (3e derrière GB et Reich allemand en 1914) mais petite puissance terrestre mal équipée.

B – Temps de neutralité et de guerre (1914-1919)

Neutralité EU proclamée 4 août 1914 -> tentatives de conférence de la paix à Washington -> 0 puis prises en charge progressive de protections diplomatiques (ex. intérêts français en Autriche-H. puis dans Empire ottoman – sauf Palestine – et britanniques en Allemagne).

Rappel EU = mosaïque de peuples (comme les vieux empires européens mais sur d’autres bases de peuplement) : majorité d’origine britannique, française, centre-européenne, russe et italienne (1915) mais fortes minorités germaniques (austro-allemandes) et irlandaises hostiles à toute entrée en guerre -> affaire Révolte de Pâques en Irlande (1916) divise opinion publique EU elle-même travaillée par  appareils de propagandes des deux camps (qui utilisent pour la 1ère fois procédés des séances de cinématographe).

Prolongation de la guerre -> tranchées et mobilisation économique des deux camps en lice.

EU jouent un rôle majeur commercial et financier du côté allié : EU rapatrient leur dette publique et rachètent les investissements étrangers qui avaient permis notamment la création de leur réseau ferroviaire transcontinental. Ils deviennent ainsi progressivement  une puissance créancière à la monnaie majeure sur le marché des changes et des crédits de fourniture.

EU s’entendent avec GB et F pour sécuriser les routes commerciales transatlantiques ce que les Empires centraux vont dénoncer par de multiples protestations diplomatiques + blocus allié décrété dès 1914 qui gêne commerce  EU mais déclenche réaction allemande -> guerre sous-marine partielle (Falaba, Lusitania 1915 et autres torpillages entraînant mort de citoyens des EU) puis guerre à outrance à partir 1er février 1917 -> maximum pertes alliées atteint en février-avril 1917 -> amiral allemand Tirpitz veut asphyxier commerce transatlantique avant entrée jugée inéluctable EU en guerre (plus de 100 U- Boote en meute à certaines périodes).

Pourtant, malgré attaques allemandes, Wilson, tout comme son adversaire républicain Hughes, anti-guerre lors campagne électorale de 1916 -> Wilson réélu sur programme de neutralité maintenue mais rapide évolution : février 1917, affaire du déchiffrement (par services Amirauté GB) télégramme diplomatique Zimmermann (du nom du secrétaire d’État allemand des affaires étrangères) qui prévoyait une alliance germano-mexicaine permettant au Mexique de recouvrer tous les territoires perdus au milieu du XIXe s. en échange d’attaques sur la frontière sud des EU (contre-incursions Pershing -> 0), cela en cas de victoire allemande générale -> rupture relations diplomatiques EU-Reich + 1ère révolution russe (chute du tsarisme) -> renforce paradoxalement solidarité camp démocratique entre occidentaux et russes, sans résultats sur le terrain (déliquescence armée russe) + torpillage de 3 navires des EU le 18 mars 1917 (choc pour opinion publique déjà indisposée par affaire mexicaine) -> entrée en guerre votée 4 et 6 avril 1917 par Congrès (Chambre des représentants puis Sénat). Une précision : les EU ne se proclament pas puissance alliée mais puissance associée …

Entrée en guerre laborieuse car rappel petite armée mal équipée à transporter sur longue distance -> 1ers soldats EU en F juin 1917 (3 mois après déclaration de guerre) -> équipement originel avec aide GB (casques, artillerie) et F (avions, artillerie). Aide industrielle et financière des EU -> massive envers tous les belligérants amis qui deviennent gros débiteurs des établissements de Wall Street (accélération rapatriement dette et investissements étrangers).

En 1918 armée EU désormais + autonome -> fait face à offensive allemande de mars + en septembre, victoire de St-Mihiel sur le front français -> au 11 novembre,  effectifs alliés et associés du front occidental : F 40 % + EU 31 % + GB 28 % + autres 1 % (Belges, Italiens, Russes). EU : vainqueur majeur d’une guerre vraiment mondiale -> autre stature marquée par la déclaration Wilson dite des 14 Points qui doit refonder le système international de l’après-guerre (8 janvier 1918).

C – L’après-guerre 1919-1920 : la peur de l’engagement

Euphorie de courte durée (sur fonds de pandémie de grippe espagnole et de bilans humains). Nombreux pays européens épuisés (même neutres ont souffert de pénuries et de troubles).

EU seul vainqueur important (avec Japon) n’ayant pas souffert sur son sol national -> autre vision de la victoire (plus détachée, moins hargneuse que pays ayant subi de lourds dommages matériels et de fortes pertes humaines).

Venue de Wilson en Europe dès décembre 1918 -> restera à la conférence de la Paix jusqu’en juin 1919 (presque sans interruption, un seul bref aller-retour aux EU pour sa réélection à la Présidence) : c’est une  première pour un Président des EU en fonctions (difficile de quitter le territoire national : longue distance avec des semaines de trajet aller-retour en bateau + sécurité personnelle + application doctrine isolationniste).

Objectifs Wilson : assurer le succès de son programme des 14 points (qui est aussi un programme d’ordre intérieur en vue d’une seconde réélection) en établissant une paix juste (rappel Conditions Lénine novembre 1917 : paix doit être sans annexions territoriales et sans indemnités de guerre). Esprit juridique formaliste, voire rigide, Wilson entend faire respecter, par la voie de la diplomatie publique, la liberté des mers, la fin du protectionnisme, la limitation des armements, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le règlement des questions coloniales et la mise en place d’une Ligue permanente des nations (idée d’avant-guerre : cf. livre de Léon Bourgeois 1910) sous la houlette des EU.

Déroulement de la conférence de Paris autour de l’Hôtel Crillon où logent Wilson et son entourage (colonel House en tête) -> l’anglais (GB-EU) l’emporte sur le français (F-Belgique) comme langue de travail même si texte final établi dans les deux langues (exigence Clemenceau méfiant envers les “utopies” de Wilson). Aiguillonnée par une opinion publique et un milieu bancaire hostiles, la délégation des EU ne comprend pas et n’accepte qu’à demi-mot la prétention  française de lier le règlement des dettes de guerre (contractuelles, donc inaliénables) au paiement des réparations de guerre par l’Allemagne (imposées, donc discutables) -> grave malentendu qui va pourrir les relations franco-américaines durant les années 1920. Conférence marque aussi tensions avec le Japon (Chine et Pacifique nord) et la Russie bolchévique, absente de Paris (Washington ne reconnaîtra pas le régime avant l’arrivée de F. Roosevelt, 1933).

Signature à Versailles (revanche française sur la proclamation du Reich d’Allemagne 1871), le 28 juin 1919 (5e anniversaire de l’assassinat de Sarajevo), du traité de paix qui devait entrer en vigueur en janvier 1920. Deux textes : 1- traité de paix avec l’Allemagne imposé sans discussion au vaincu – procédé inhabituel, réservé à la signature des seuls vainqueurs et du vaincu, et 2 – traité sur la Société des Nations (SDN), avec annexe sur l’Organisation Internationale du Travail (OIT), dont vaincus de la guerre et Russie exclus dans un premier temps mais auquel neutres autorisés à adhérer.

De retour aux EU, Wilson se lança dans l’inévitable campagne de ratification du traité de Versailles. Sa volonté de faire adopter le texte par le Congrès se heurta au retour très fort du sentiment isolationniste entretenu par le parti républicain emmené par l’influent sénateur Cabot Lodge et les minorités germano- et irlando-américaines qui virent là une occasion de revanche. Le retour à la vie normale du pays (slogan “back to Normality“) poussa par deux fois le parlement nord-américain à repousser le texte (19 novembre 1919 et 19 mars 1920). Cet échec cuisant provoqua un choc chez le président qui fut frappé d’hémiplégie, ce qui l’empêcha d’obtenir l’investiture pour un quatrième mandat pas interdit alors par Constitution des EU (-> 21e amendement 1951). Retour en force du protectionnisme, du pacifisme et de l’isolationnisme + obligation signature traité bilatéral de paix avec Allemagne (Berlin 1921) et non-adhésion à SDN + grave contentieux des réparations avec anciens alliés endettés (F-Italie-Belgique surtout) + problèmes désarmement .

Conclusion générale : malgré abstention isolationniste, par échec de l’internationalisme wilsonien, EU passent du statut de puissance régionale à celui de puissance mondiale, au poids économique dominant (investissements à l’échelle monde). Absence EU de la SDN : une des causes de l’impuissance de l’organisation et de l’essor des dictatures européennes et extrême-orientales, cause de l’éclatement de la seconde guerre mondiale. Crise boursière de 1929 exportée en Europe et en Asie accentuera déstabilisation économique, sociale et politique de pays avides de détruire Paix de Versailles et SDN, garants fragiles de l’ordre mondial des années 1920-1930.  Peut-on ne pas évoquer même une “neutralité criminelle” dans les années 1930 ?

Jean-Marc DELAUNAY
Professeur d’Histoire contemporaine
UFR d’Études européennes
Université PARIS-3 Sorbonne Nouvelle

NB – Conclusion particulière au monde du cinéma : Hollywood et autres centres de production cinématographique des EU (Triangle ?) profitent de l’effondrement des marchés européens, même si essor du documentaire de propagande et du film patriotique compense sur les marchés intérieurs le déclin extérieur.

À lire : Yves-Henri NOUILHAT, Les États-Unis et le monde de 1898 à nos jours, 3e éd., 2003, coll. U, A. Colin, Paris, 364 p.


Une réflexion au sujet de « Les Etats-Unis et le monde, entre 1914 et 1920 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *