La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

To Our Mothers,
before whose silent Sacrifice,
deep hidden in their Hearts,
our Part seems mere Adventure.[1]

Ce travail s’inscrit dans un projet à long terme dans lequel je me propose d’analyser à partir de sources premières[2] les conditions historiques et les usages politiques du cinéma (documentaires et fictions) aux Etats-Unis dans la période qui précède l’intervention du pays dans le premier conflit mondial.  

Films documentaires avant l’entrée en guerre de l’Amérique

Très tôt après le début des hostilités en Europe et donc avant l’entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917 et avant les célèbres visites de David Wark Griffith sur les fronts Alliés,[3] des films documentaires et d’actualité ont été tournés à proximité des champs de bataille par des opérateurs de différentes nationalités.[4] Certains de ces films ont été ensuite montrés sur le territoire américain, en projections privées ou en salles, en marge de nombreux films de fiction américains ayant trait à la guerre.[5] L’un de ces films documentaires, le film britannique « The Battle of the Somme » sorti aux Etats-Unis en novembre 1916,[6] a été le film de propagande anglaise le plus important de cette époque.[7]

Il n’existe pas d’études circonstanciées se rapportant spécifiquement aux films de cette période sur la guerre. Les ouvrages anglais et américain pionniers les plus documentés sur le sujet datent d’une vingtaine d’années;[8] le livre de Midkiff DeBauche et l’article de Latham, plus récents, traitent essentiellement des deux dernières années de guerre.[9] En France, le livre de Véray aborde brièvement la circulation des actualités françaises aux Etats-Unis.[10]


La promotion d’un film documentaire sur la Guerre par la Triangle

La Triangle Film Corporation était à cette époque un studio important avec un trio de réalisateurs célèbres : David Wark Griffith, Thomas Harper Ince et Mack Sennett. La lecture des journaux qu’elle éditait à destination des programmateurs de salles, le Triangle Plays, publiés entre octobre 1915 et novembre 1916,[11] m’a mise sur la piste d’un film appartenant à la catégorie des films documentaires avant l’entrée en guerre américaine, intitulé « Our American Boys in the European War». Le film est consacré pour l’essentiel à l’American Ambulance Field Service (AAFS) mais aussi à l’unité aéronautique N 124, dite Escadrille La Fayette. Il est présenté dans le journal comme le premier film à montrer des Américains sur le terrain de la guerre en Europe. L’AAFS est une organisation caritative, créée en 1914 par Abram Piatt Andrew, qui recrutait de jeunes américains, souvent étudiants, aspirant à servir sur le front de guerre, et qui contribuait avec les unités sanitaires françaises à l’évacuation des blessés du front vers les hôpitaux de campagne. L’Escadrille La Fayette, constituée en avril 1916 (soit au moment du tournage du film) était composée de pilotes volontaires américains servant sous l’uniforme français. Le film est inconnu en France et non encore répertorié par la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF), mais il en existe, comme j’en ai fait la découverte à l’Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD), des séquences isolées, repérées et identifiées notamment grâce aux quelques photographies qui illustrent certains des articles du Triangle Plays sur le film (voir Figure 1).[12] Le Musée national de la coopération franco-américaine du Château de Blérancourt, en Picardie, possède des documents le concernant  et notamment des affiches originales.[13] J’ai localisé à la Library of Congress à Washington [remerciements à Mitchel Alan Yockelson] un film N&B de format 16 mm intitulé « Our Friend France », version rééditée du « Our American Boys in the European War » avec des prises de vue additionnelles qui datent de 1917.[14]

Figure 1 : ECPAD, reportage photographique SPA13X, D.R.[15]

Le journal de la Triangle présente le film dans une série d’articles publiés sur une période de quatre mois, entre le 10 juin et le 14 octobre 1916, sur un mode sensationnaliste en accord avec leurs raisons commerciale et publicitaire.  On explique d’abord, sans préciser les circonstances, que Robert Bacon, ancien ambassadeur américain en France, a choisi la Triangle pour distribuer sur le sol américain un film très important, « l’un des films les plus intéressants qui ait été jusqu’à présent ramené des champs de bataille en Europe et réalisé récemment par le gouvernement français. » Le film montre le « travail héroïque des hommes des ambulances de l’Hôpital Américain[16] sur le front en France ». Les programmateurs de salles qui retiendront ce film sont « assurés d’être soutenus par les personnes les plus respectables de leur ville en raison du caractère patriotique du film. » Les bénéfices iront directement aux ambulances de l’Hôpital Américain et permettront de poursuivre « l’excellent travail déjà accompli ».[17] On exalte de manière répétée le courage des ambulanciers américains et leurs compétences :

Beaucoup parmi les soldats français portent maintenant sur eux quand ils combattent une note dans laquelle ils supplient ceux qui les trouveront, s’ils sont victimes d’un obus ou d’une balle, de faire ce qu’ils peuvent pour les remettre entre les mains expertes des « Américaines ».[18]

On explique le 17 juin, que les exploitants de salles, partout dans le pays, ont commencé les campagnes publicitaires en faveur du film et ont déjà réservé sa programmation. Des images de l’AAFS, fournies par la Triangle, sont présentées à l’Hôtel Majestic, le 5 juillet à New York, dans le cadre d’une exposition  financée par des femmes de la haute société. On a demandé à l’une des donatrices, Madame William K. Vanderbilt, si elle pensait que les femmes américaines feraient preuve d’autant de courage et de patriotisme que les femmes françaises si les Etats-Unis venaient à intervenir dans la guerre:

Du courage certainement, nous en avons toutes plein. Le courage est né avec nous. Mais le sens patriote ? Comment l’affirmer quand il n’existe quasiment pas dans ce pays ? Oui, je sais que cette remarque est à l’emporte-pièce. Mais les conditions économiques ne sont pas favorables. Le patriotisme splendide qui a inspiré nos aïeux pendant la Révolution a été perdu depuis longtemps dans la marche du commercialisme et dans la recherche acharnée du plaisir qui caractérisent notre époque […]  Bien sûr, pour une bonne part, le fait que notre population soit très mélangée et notre pays si grand font qu’il est compliqué d’avoir sur chaque sujet une opinion commune […] En France, inspiré par une force d’âme héroïque, le Service Américain en tant qu’unité a atteint un état d’efficacité qui sera absolument inestimable pour l’Amérique si nous devions être entraînés dans le conflit.[19]

On annonce qu’au moment où  la Triangle s’occupera de la première projection publique du film, à la maison des Astor à Newport, Rhode Island, le 19 août, mille cinq cent personnalités de la côte ouest assisteront à une projection privée du film.  Immédiatement après ces projections en société, les stations balnéaires chics des deux côtes verront le film, avant sa distribution en salles dans tout le pays.[20]

On n’oublie pas les familles des jeunes recrues, qui sont souvent celles qui jouent le rôle de mécènes, en rapportant par exemple les exclamations d’une mère : « Puisque nous ne pouvons pas avoir près de nous nos garçons en chair et en os, réjouissons-nous de les avoir de la deuxième meilleure façon – sur l’écran en héros de cinéma.»[21]

On prend des précautions pour affirmer la neutralité de la position américaine :

Le travail ambulancier de l’Hôpital Américain est absolument neutre, et les hommes américains engagés le sont au service d’une cause humanitaire universelle ; ils sauvent des tranchées non seulement les soldats français blessés mais aussi les allemands et les autrichiens.[22]

Des précisions sont apportées au fur et à mesure dans des registres très divers: de nombreux cameramen seraient morts en filmant pour s’être trop approchés des zones de combat. On parle d’abord de deux opérateurs sur trois qui auraient perdu la vie, puis de vingt quatre tués ;[23] les images du film auraient été « retravaillées pour être conformes aux standards de la Triangle» ;[24] on loue « l’utilisation inventive des intertitres, tirés de lettres écrites par des membres de l’équipe, qui augmente chez le spectateur la sensation de réalisme ».[25] Certaines informations sont contredites : on dit d’abord que le film est réalisé par le gouvernement Français[26] puis que « les images ont été tournées par la Triangle Film Corporation sous les auspices du gouvernement Français ».[27] On décrit seulement plus tard, à partir du 22 juillet, des scènes montrant l’escadrille La Fayette, en n’évoquant son activité que de manière lapidaire mais en insistant sur la dimension exemplaire de son rôle et de celui des ambulanciers:

Les fameux franco américain Flying Corps, équipés avec plus d’appareils que ne possède l’armée américaine, sont montrés en train de récurer leurs Baby-Nieuports, et partant en mission dans leurs gros engins […] l’image sur l’écran de leur équipement splendide est une formidable leçon de « preparedness ».[28]

La presse s’est exprimée beaucoup au sujet des films et a apprécié leur capacité à montrer la force exemplaire qui anime nos garçons américains ainsi que la leçon nécessaire et inégalée qu’ils donnent en termes de « preparedness ».[29]

A l’automne 1916, le ton change. On commence à parler, le 7 octobre, de l’intervention combattante pro-Alliée de l’Escadrille et de la mort de deux jeunes américains dont un aviateur, Kiffen Rockwell, qui avait été montré en plan rapproché dans le film. On parle pour la première fois des ennemis, même si on ne les  nomme pas :

Aussi modeste que courageux, le jeune Rockwell, pour citer Theodore Roosevelt  [dont on a appris dans le Triangle Plays du 23 septembre qu’il a vu le film] « a été fidèle aux idéaux américains et tous les Américains doivent lui être reconnaissants, parce que, par son exemple, il a aidé cette nation à sauver son âme. » Tous les honneurs militaires ont été rendus au Sergent Rockwell. Ses citations pour bravoure ainsi que ses trophées de guerre ont été accrochés sur une couronne décorée d’un ruban tricolore et placée sur un drapeau américain. Bert Hall, de Galveston, Texas, un autre aviateur téméraire qui apparait aussi dans le film, ancien jockey, a risqué sa vie dans son effort désespéré pour sauver Rockwell. Bien qu’il échouât dans cette tâche, il parvint à éliminer les ennemis en détruisant leurs machines. [30]

Opportunisme et politique

L’imbrication entre les intérêts privés des compagnies de films et les visées politiques des gouvernements, américain et européens, est reconnue.[31] Il semble ici que la Triangle a choisi de distribuer le film « Our American Boys in the European War » à un moment (printemps/été 1916) où elle connaissait des difficultés financières et où, selon le New York Times, des rumeurs circulaient au sujet d’un possible regroupement avec d’autres compagnies.[32] Dans ce contexte morose, la Triangle distribuait un film « sur un thème inédit », avec des objectifs commerciaux évidents dont témoigne l’annonce en fanfare du film, même si l’on répète que la Triangle ne fera aucun profit.  En effet, le film était présenté par ceux-là même qui en faisaient la promotion comme un moyen de recueillir des fonds pour financer une aide humanitaire (le travail des ambulances) et comme un film exaltant le sens patriote. Dès juillet 1916, le film était présenté et perçu comme un outil de « preparedness ». Le  mot « preparedness » est utilisé à de nombreuses reprises et le film est décrit dans le titre de l’article du 1er juillet « comme pouvant répondre à l’appel récent du Général Leonard A. Wood de se servir des films de guerre pour promouvoir l’enrôlement dans l’armée. »[33]

A la même période, au milieu de l’année 1916, sortait une adaptation par Thomas Harper Ince du show de Broadway intitulé « Shell Forty-Three ». C’était le premier film de fiction  américain à afficher une position nettement pro britannique et anti germanique.[34] C’est encore la Triangle qui a produit « The Flying Torpedo »,[35] film qui a fait l’ouverture, le 12 mars 1916, de la salle de trois mille places du Park Theater à New York qui se convertissait au même moment en salle de cinéma.[36] Des bureaux de recrutement avaient été installés au moment de la sortie du film dans les différentes salles qui le présentaient.[37]

« Our American Boys in the European War » est un film de propagande nationale pour la France, comme d’autres l’ont été la même année, pour les Alliés et pour les Empires centraux.[38] Il est promu en Amérique comme un film de « preparedness », à l’instar du premier film britannique officiel exporté aux Etats-Unis au début de l’année 1916, « How Britain Prepared ».[39] En montrant des Américains impliqués dans la Guerre, « à l’état passif »[40] (les ambulanciers) et combattant pour la France (Escadrille La Fayette), il offre à ceux qui prônent en Amérique une politique interventionniste des images fortes et radicales qui s’accordent à leurs aspirations.

Premières approches et futures orientations

Après un premier travail sur les journaux du Fonds John Allen/Triangle, je m’emploie actuellement, dans une perspective génétique (interrogations des conditions de tournage, des modalités du montage, du choix des intertitres, de l’existence de versions plurielles, des dates et lieux de distribution, etc.), à mettre à l’épreuve et à compléter les informations recueillies sur le film « Our American Boys in the European War », en recourant à d’autres fonds d’archives (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD);[41] Service Historique de la Défense (SHD); Affaires Etrangères;[42] Musée de Blérancourt).

Je m’intéresse, dans la continuité de ce travail sur le documentaire « Our American Boys in the European War », à ma connaissance unique dans la distribution Triangle, aux comportements des studios de cinéma américains face au débat politique divisant les Etats-Unis à cette époque entre les camps isolationnistes et interventionnistes.  Je compte élargir mes recherches aux fictions de guerre Triangle (une dizaine pour les années 1915-1917)[43] et aux films de guerre produits/distribués par d’autres compagnies américaines.


[1] History of the American Field Service in France « Friends of France » 1914-1917 Told by its Members, Boston and New York, Houghton Mifflin Company, The Riverside Press Cambridge, 1920.

[2] Fonds d’archives divers ; journaux américains dont le New York Times qui était à l’époque le quotidien le plus attentif aux affaires européennes, le Motion Picture News (MPN) et le Moving Picture World (MPW).

[3] « La guerre en Europe- Griffith revient de France, où il a tourné des films dans les tranchées […] L’Office de Guerre Britannique va sortir des films tournés sur le font afin d’entretenir l’intérêt du public pour l’évolution de la guerre, les films seront distribués en France, en Italie, au Portugal, dans tout l’Empire Britannique et aux Etats-Unis.» New York Times, Index October-November-December, 1917, pp. 223-224.

[4] The War, the West and the Wilderness, Kevin Brownlow, Alfred A. Knopf, New York, 1978.

[5] On peut établir une liste de travail des fictions et des documentaires sortis entre août 1914 et avril 1917 à partir des informations disponibles sur  le site de l’American Film  Institute.

[6] Reel America and World War I. A comprehensive Filmography and History of Motion Pictures in the United States, 1914-1920, Craig W. Campbell, Mc Farland Company, 1985.

[7] «Hearts and Minds and Bodies: Reconsidering the Cinematic Language of The Battle of the Somme», John Hodgkins, Film & History, Vol. 38.1, 2008, pp. 9-19.

[8] War on Film. The American Cinema and World War I, 1914-1941, Michael T. Isenberg, Associated University Presses, Inc., 1981; Reel America and World War I. A comprehensive Filmography and History of Motion Pictures in the United States, 1914-1920, op. cit.

[9] Reel Patriotism : The Movies and World War I, Leslie Midkiff DeBauche, University of Wisconsin Press, 1997; «Technology and « Reel Patriotism » in American Film Advertising of the World War I Era», James Latham, Film & History, Vol. 36.1, 2006, pp. 36-43.

[10] Les Films d’actualité français de la Grande Guerre, Laurent Véray, SIRPA/AFRHC, Paris, 1995, pp. 66-71.

[11] Mathieu Hervé, journée d’études Triangle.

[12] Remerciements au personnel de la médiathèque et au Lieutenant David Sbrava.

[13] Ce musée est actuellement fermé pour travaux mais j’ai pu y consulter certains documents d’archives [remerciements à Anne Dopffer], en particulier des documents du Fonds Anne Morgan. Anne Morgan, fille de John Pierpont Morgan, dont le nom est mentionné dans les journaux Triangle au moment de la projection annoncée à New York du film « Our American Boys in the European War » (Triangle Plays, 14 octobre 1916), était déjà impliquée à cette période dans les œuvres de bienfaisance en France, et le restera après la fin de la guerre lors de la reconstruction en Picardie, à la tête du Comité américain pour les Régions dévastées (C.A.R.D.).

[14] Une copie du film a été commandée par ARIAS à la Library of Congress [remerciements à Jerry Hatfield].

[15] ECPAD, reportage photographique SPA13X contemporain du film 14.18 A221. Une photographie voisine de celle-ci est publiée dans le Triangle Plays daté du 1er juillet 1916 avec pour légende: «The Play’s the Thing Even While German Shells Burst Nearby »

[16] « American Ambulance Hospital »

[17] Triangle Plays, 10 juin 1916.

[18] Ibid., 9 septembre 1916.

[19] Ibid., 8 juillet 1916.

[20] Ibid., 12 août 1916. Rien dans les journaux (jusqu’au dernier, daté du 14 octobre 1916) n’indique que le film soit sorti en salle. Il existe un carton annonçant la projection du film au Strand Theater de New York le 6 décembre 1916. Il se peut, mais cela reste à confirmer, que cela ait été la première du film.

[21] Ibid., 29 juillet 1916.

[22] Ibid., 17 juin 1916.

[23] Ibid., 1er juillet : « of every three photographers who took the pictures, two were killed in the undertaking » et 29 juillet 1916.

[24] Ibid., 29 juillet 1916.

[25] Ibid., 15 juillet 1916.

[26] Ibid., 10 juin 1916.

[27] Ibid., 23 septembre 1916.

[28] Ibid., 22 juillet  1916.

[29] Ibid., 29 juillet 1916.

[30] Ibid., 7 octobre 1916.

[31] The War, the West and the Wilderness, op. cit.; Les Films d’actualité français de la Grande Guerre, op. cit.

[32] Au printemps 1916,  le New York Times fait en effet état de rumeurs de regroupements des compagnies de productions : NYT March 29, 1916 9:5 : « Triangle may join merger. Aitken says negotiations are under way- Hampton’s statement. Harry E. Aitken president of the Triangle Film Corporation yesterday made a statement in regard to the frequent mention of his company’s name in connection with proposed mergers of film organizations. He said that negotiations involving the Triangle were well under way, but that plans had not matured sufficiently to give a definite statement of them. »

[33] Triangle Plays, 1er juillet 1916.

[34] Reel America and World War I. A comprehensive Filmography and History of Motion Pictures in the United States, 1914-1920, op. cit., p.43. Voir aussi la légende de la photographie n°6. A ce jour aucune archive sur le film Shell Forty-Three n’a été localisée. Selon Kevin Brownlow le film aurait disparu (à vérifier). Il n’existe à ma connaissance aucun document concernant ce film dans le fonds John Allen ou dans le fonds Triangle de Madison (Marc Vernet, communication personnelle).

[35] Fonds John Allen/Triangle, cote Triangle 614-B31.

[36] Source American Film Institute (AFI)

[37] Reel America and World War I. A comprehensive Filmography and History of Motion Pictures in the United States, 1914-1920, op. cit., p. 41.

[38] Ibid., p.34

[39] Reel America and World War I. A comprehensive Filmography and History of Motion Pictures in the United States, 1914-1920, op. cit., p.34.

[40] War on Film. The American Cinema and World War I, 1914-1941, Michael T. Isenberg, Associated University Presses, Inc., 1981.

[41] De très nombreux films ont été numérisés et sont directement accessibles à la médiathèque de l’ECPAD. Des documents papier, notamment certains auxquels Laurent Véray se réfère  dans ses ouvrages, sont aussi conservés sur place mais leur accès est réservé. J’ai obtenu l’autorisation de consulter le « Rapport résumé relatif à la création et au fonctionnement des sections photographique et cinématographique de l’armée, octobre 1917 » [remerciements à Emmanuel Thomassin].

[42] Les Archives des Affaires Etrangères sont actuellement inaccessibles pour cause de déménagement à la Courneuve, réouverture prévue à l’été 2009.

[43] Liste provisoire des films de guerre de la Triangle distribués avant l’entrée en guerre des Etats-Unis (sources croisées, à préciser): The Submarine Pirate (Keystone-Triangle), 1915 (absent du catalogue de l’AFI); Bullets and Brown Eyes (Kaybee-Triangle), 1916; Civilization (Ince-Triangle), 1916; The Flying Torpedo (Triangle-Fine Arts), 1916; Shell Forty-Three, 1916; Somewhere in France, 1916; Sweetheart of the Doomed, 1917; The Zeppelin’s Last Raid, 1917; The Despoiler (War’s Women), 1916 (Marc Vernet me signale la présence de documents sur ce film dans le fonds de Madison qui indiquent un véritable succès).


Catherine Papanicolaou

Chercheur CNRS, CR1,UMR 7172 Atelier de recherche sur l'Intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS), INHA

More Posts - Website

Publié par

Catherine Papanicolaou

Chercheur CNRS, CR1,UMR 7172 Atelier de recherche sur l'Intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS), INHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *