Le fonds Serge Pimenoff conservé à la Cinémathèque française

Serge Pimenoff

Serge Pimenoff (Serguei Pimenov), né à Yalta le 5 octobre 1895 et décédé à Boulogne-Billancourt en 1960, arrive en France à la suite d’autres immigrés russes qui ont mis leur savoir-faire au service de cinéma autour des années 1920. Nous ne possédons que très peu d’éléments sur sa carrière en tant qu’assistant ou décorateur et même sur sa biographie alors que la filmographie – même si elle est toujours partielle – est impressionnante. En effet, celle-ci doit être elle-même vérifiée car, par exemple d’après la biographie du peintre Georges Artemoff, ils auraient travaillé tous les deux avec Viktor Touriasky sur le tournage en Corse du film Les ombres qui passent d’Alexandre Volkoff, en 1924, et cependant Serge Pimenoff n’apparaît pas au générique de ce film.

Les points qui paraissent certains sont les suivants :
– il débute son activité en France en 1925 comme assistant-décorateur pour le Napoléon vu par Abel Gance (1927) et poursuit cette activité pour Anatol Litvak, Julien Duvivier, Jacques De Baroncelli, Jean Delannoy, Jean-Paul Le Chanois et pour Victor Viktor Touriansky. Son dernier film est Sans tambour ni trompette / Une fleur au fusil ( Die gans von Sedan ) réalisé par Helmut Käutner en 1959.
– il a formé d’autres décorateurs, parmi lesquels : Max Douy, François de Lamothe
– il était lié aux peintres immigrés russes, comme Georges Calistratovich Artemoff avec lequel il a partagé des projets (comme le décor pour le célèbre café-concert le Caveau caucasien à Montmartre) et auquel il était lié par une profonde amitié qui remonte à leur rencontre à l’Ecole de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou.

En l’état actuel des explorations, le Fonds Serge Pimenoff comporte des documents exceptionnels susceptibles d’intéresser plusieurs axes et domaines de recherche :
– d’une manière générale pour la recherche historique sur l’histoire du cinéma portant sur la période 1920/1950,
– en particulier pour une analyse aussi bien historique qu’esthétique sur l’apport fondamental des techniciens et artistes étrangers à la réalisation de films français pour la période 1920/1950, notamment pour déterminer l’apport esthétique des Russes dans la conception des décors du cinéma français,
– pour toute étude consacrée au métier de décorateur à une époque donnée : les étapes, les sources d’inspiration, les contraintes, les relations avec le reste de l’équipe, notamment pour une analyse historique et esthétique de la question de l’espace au cinéma et plus généralement des décors, à travers l’étude des matériaux en amont (le travail de repérage et de construction) et en aval (les films),
-l’histoire du spectacle peut être également concernée par ce fonds (deux carnets y sont, par exemple, entièrement consacrés : l’un sur la Foire du Trône de Paris, l’autre sur le cirque), mais aussi l’histoire culturelle, car la sélection d’images fortement symboliques opérée par Serge Pimenoff en vue des décors destinés à un film et répondant à un imaginaire collectif constitue une source pour les recherches iconographiques et anthropologiques.

1
ALB 219 (Pim 5) Dans l’album consacré aux films : Au revoir Mr Grock de Pierre Billon (1949) et Les truands de Carlo Rim (1956), étude d’une fête foraine. 66 photographies de la Foire du Trône de Paris : les attractions, la femme sans tête, sujets anatomiques, aquarium humain, La femme insensible ; Docteur Jules Talrich : anatomie, pathologie, gynécologie, anomalies diverses, la jeune femme hystérique, enfant bicéphale ……

2
ALB 219 (Pim 5) Au revoir Mr Grock de Pierre Billon, (1949) et Les truands de Carlo Rim (1956)

3
ALB 219 (Pim 5) Etude pour une caravane comportant des plans, des photographies et des croquis pour le film : Au revoir M. Grock réalisé par Pierre Billon en 1949.

A ce jour, le fonds Serge Pimenoff demeure totalement inédit malgré sa richesse et la variété d’intérêts qu’il peut susciter, et il demeure encore inexploité. Compte tenu de sa portée qualitative et quantitative, son étude particulière requerra plusieurs années de recherche. Cependant, il est d’ores et déjà possible d’analyser certains aspects à partir d’une étude de cas précis, tel qu’un seul film, comme nous nous proposons de le faire pour Les Misérables. Il s’agit d’une recherche encore en cours de réalisation mais dont il nous paraît important d’en présenter, à titre d’exemple, la problématique de base.

Paris sous le regard de Serge Pimenoff, Victor Hugo et Jean-Paul Le Chanois.

Les Misérables de Victor Hugo ont été adaptés à l’écran, entre autres, par Jean-Paul Le Chanois en 1958, et les décors du film ont été réalisés par Serge Pimenoff. Au centre de ce film, il y a la ville de Paris à la fin du XIX° siècle. Pimenoff a procédé à la reconstitution en studio des quartiers mentionnés par Victor Hugo. Pour ce faire, il a effectué des recherches dignes d’un archéologue à partir de sources très disparates : photographies, reproductions de tableaux, textes littéraires, articles de presse, cartes postales, vieux plans topographiques, etc. Ces documents sont analysés en vue de l’étude de la représentation de la ville de Paris à travers l’articulation entre sources littéraires, iconographiques, croquis, maquettes et enfin son adaptation cinématographique. Outre la reconstitution de ce travail, qui en soi nous semble important afin de connaître les méthodes de travail de ce décorateur et ses relations avec le cinéaste, ce film se présente comme un cas assez intéressant pour analyser la portée du regard « distancié » d’un immigré russe sur la ville de Paris dans l’adaptation d’un monument de la littérature française et pour un film jugé médiocre par la critique « savante » mais qui a reçu les louages unanimes pour sa « fidélité » aussi bien au texte de Victor Hugo qu’à la topographie de Paris du XIXème siècle.

4
ALB 229 (Pim 15) Album consacré entièrement à l’étude des décors pour le film Les Misérables réalisé par Jean-Paul Le Chanois en 1957 : croquis intérieur « 1er habitation de Jean Valjean à Paris ». Au recto : détails tirés du texte de Victor Hugo donnant la description de la maison des Thénardier.

5
ALB 229 (Pim 15) Les Misérables Jean-Paul Le Chanois en 1957. Reproduction en plusieurs pages d’une édition illustrée du livre de Victor Hugo.

6
ALB 229 (Pim 15) Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1957) : photographie de plateau correspondante aux décors pour la séquence sur les barricades à Paris.

7
ALB 229 (Pim 15) Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1957) : étude Seine/quais/combat place de la Grève : 2 reproductions de deux tableaux. L’une « Quai Paris, Notre-Dame de Paris au fond » est une peinture d’Etienne Bouchot (1780-1862), peintre-architecte qui affectionnait les vues urbaines et d’architecture, parfois ponctuées de personnages. L’autre correspondante au « Quartier du Jardin du Roi » d’une vue du combat de la place de Grève, dont l’auteur n’est pas identifié. Pour ses décors de Paris, Serge Pimenoff semble s’être appuyé particulièrement sur ce style de peinture « réaliste », comme le témoignent les nombreuses reproductions collées dans ce carnet.

8
D064/39 Etude paysage pour Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1957)

Présentation documentaire

Les archives Serge Pimenoff intègrent les collections de la Cinémathèque française en 1961, dans des conditions quelque peu turbulentes puisque cette acquisition a fait l’objet de tractations entre les héritiers Pimenoff et la Cinémathèque française. Du point de vue documentaire, une partie des archives ont été traitées – les dessins –, le reste est à cataloguer, voire inventorier.

Les dessins

Ce fonds comporte 845 dessins numérisés et entièrement accessibles sur place à la Cinémathèque française. Un nombre non négligeable (presque la moitié) est cependant à identifier pour préciser leur relation ou pas à des films. Un travail détaillé sur d’autres éléments du fonds Pimenoff devrait permettre de tisser des liens entre les sources et aboutir ainsi à l’identification des dessins en tant que maquettes pour les décors d’un film. C’est déjà le cas pour quelques dessins (notamment les dessin pour les décors du film Les Misérables), dont il a été possible de donner le titre du film correspondant, grâce aux photographies de plateau, les croquis « volants » ou les indications de Pimenoff . Ces dessins se présentent sous des formats très variés (des grands formats 52 x 74 à de tout petits formats collés sur un carton), les techniques en vont de même : pastel, crayon, gauche, papier couvert d’un calque qui reprend le dessin à la base mais rehaussé d’éléments en couleur, etc. Au niveau du style, on peut, d’ores et déjà, remarquer une tendance plus abstraite lorsqu’il s’agit de paysages et bien au contraire un trait très précis et minutieux pour les espaces d’intérieur (salle de restaurant, chambres, salle de spectacles, etc.) pour lesquels la formation d’architecte de Serge Pimenoff semble mieux convenir.

9
D058 59 Escalier de service de Carlo Rim (1954)

10
D059 68 A pied, à cheval et en spoutnik de Jean Dréville (1955)

11
D059 57 A pied, à cheval et en spoutnik de Jean Dréville (1955)

12
D115 74 Les Salauds vont en enfer de Robert Hossein (1958)

13
D064 28 Film non identifié : 5 photographies, 2 croquis et plans entrée dans un village. Texte : « Ormesson, terrain en pente très bien situé pour travailler. Arrivée en ville très joli, mais petit » ; « Chevry = à 5 kilomètres de Gretz. Bâtie sur une ligne droite. Très petit – la moitié dans l’ombre ».

Les carnets

D’après certains documents de la Cinémathèque française, le nombre de carnets serait de 22. Or, à partir des recherches menées à ce jour, nous en comptabilisons 20, plus précisément 18, numérotés par ordre croissant et deux carnets en double (4 ALB 217 et 4 A ALB 218 ;  13 ALB 227 et 13 A 228).

Ils se présentent sous la forme de cahiers d’environ une centaine de pages, sur lesquels Serge Pimenoff a collé  des croquis, des cartes postales, de plans, des coupures de presse, des notes manuscrites, des gravures, etc. et surtout des photographies, prises par lui-même ou d’archives. Il s’agit des éléments collectés par Pimenoff en vue de la réalisation des décors pour un film.

La photographie a une place très importante dans ses recherches iconographiques. Pour les décors du film Les Misérables, par exemple, Serge Pimenoff a d’une part procédé à des repérages dans les lieux parisiens évoqués par Victor Hugo et encore visibles en 1956, comme en témoignent ses nombreuses photographies ou celle reproduites d’après les clichés de photographes tels que Eugène Atget (« Le Vieux Paris ») et Charles Lansiaux ou d’agences comme l’Union photographique française. D’autre part, pour le «Paris disparu », il a fait recours à l’œuvre de Charles Marville. Rappelons que ce dernier, « le photographe de la Ville de Paris » », avait d’abord été chargé par l’Administration des Beaux-Arts d’un recensement photographique du patrimoine architectural français, effectué avec quatre autres artistes en 1951. Ensuite, la « Commission historique de Paris » créée par Haussmann lui demanda de photographier en 1865 les rues appelées à disparaître, puis en 1877 les rues nouvelles. Les plus de 800 plaques réalisées par Charles Marville et conservées à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, ont constitué pour Serge Pimenoff une excellente source d’inspiration pour les décors cinématographiques du Paris de Victor Hugo.

Le classement des carnets est effectué par titre de film, même si parfois l’identification n’est pas assez précise et nécessiterait un recoupement avec d’autres sources. La variété des supports (photographie, papier-calque, carton, etc.)  fait de ces carnets un modèle d’étude des inconvénients et des contraintes propres à la conservation de documents patrimoniaux car leur cohérence interne rend quasiment impossible leur séparation pour mieux les conserver. La conservation du fonds requiert donc une étude tout à fait spécifique. La numérisation des carnets tels quels semble être la solution qui permettrait de préserver leur cohérence documentaire.

15
ALB 233 (Pim 9) Film non identifié : montage photographique panoramique pour une étude sur les jardins.

Exemple d’un carnet consacré aux décors d’un film
Les Misérables, Le Chanois, 1958 (ALB 229 N°15)

« Pour les décors de Paris »

1) Reproduction photographique d’un plan de Paris daté de 1880 entouré au crayon par le périmètre concerné par le film (les quais, arrondissements 3, 4, 7, 9, 6)
2) Reproduction d’une vue qui représente Paris en 1775 (Seine, Hôtel de Ville, la Conciergerie, le Louvre)
3) 2 Reproductions photographiques représentant la planimétrie du quartier autour des Halles (marché)
4) Reproduction photographique : place de la Bastille
5) Reproduction photographique : planimétrie Paris quartier le long de la Seine (place du Marché)
6) Photo de Paris, Pont près Ile  Saint-Louis, promeneurs, chevaux dans l’eau
7) 6 photos de pièces argent : Napoléon, Empire français 40 francs, 1811, Louis XVIII, pièce 40 francs de 1815
8) 2 photos constituant de Reproductions de tableaux de J. B. Camille Corot : « Le quai des Orfèvres » et le « Pont Saint-Michel », 1833
9) 2 photos d’un tableau (1. représentant un pont situé entre la place du Châtelet et la Conciergerie, Ile Saint-Louis visible, 2. Pont Conciergerie pris d’un autre angle), peintre non identifié, environ même période : 1833-1850.
10) Photo du début XIX° siècle vue en plongée : place, immeubles autour, gens dans la rue
11) Photo d’un tableau qui montre l’Hôtel de Ville, la Seine, les péniches, les carrosses avec des chevaux, prise depuis le rivage opposé
12) Photo d’un tableau plus ancien (fin XVIII ?) : place, gens qui se disputent, d’autres qui semblent danser.. Paris ?
13) Photo Etienne Bouchot, Place du Chatelet, 1840 ?
14) Photo, fin XIX ? Paris Place de la Bastille, Bassin de l’Arsenal, Canal Saint Martin
15) Photo tableau Quai Paris, Notre-Dame de Paris au fond (Etienne Bouchot 1780-1862 )
16) Photo d’une vue : « Vue du combat de la place de Grève »
17) Photo d’une estampe. « Fif. 53 – Rue des Prêtres-Saint-Germain l’Auxerrois, 1830, signée H. Toussaint et O ? Brux
18) Reproduction Photo, Rue du Cygne, 1 arrt., 2° quartier, rue pavée, fiacres, immeubles
19) Reproduction Photo, fin XIX°, quai Napoléon, travail de chargement des péniches
20) Reproduction Photo, fin XIX°, rue aux Fers, rue Aubry-le-Boucher, Fontaine des Innocents, rue 22) 23) Saint Denis, rue du Charnier des Innocents.
24) Reproduction d’une estampe du XVIII°. « L’arrivée du coche d’Auxerre au Port Saint-Paul
26) Photo tableau de E. Bouchot « La Place Vendôme en 1800 (date à vérifier)
27) Reproduction d’une estampe place du marché, non identifiable
28) Reproduction Photo fin XIX°  rue de la Cormellerie
29)Reproduction Photo de « la rue Balard, vers 1855 »
30) Reproduction Photo fin XIX° « rue de la Brèche 50 et 52 »
31) Reproduction Photo fin XIX° petite ruelle en descente, premier plan luminaire ville
32) Reproduction Photo, début XX, rue avec magasins (Blanchisserie)
33) Reproduction Photo 1910, rue avec magasines : boucherie, vins/traiteur
34) Reproduction Photo, début XX° représentant une cour, des tonneaux de vin
35) Reproduction Photo, début XX°, rue Boutique « Vins »
36) Reproduction Photo fin XIX° (rue pavée, boutiques) « Ancienne Charles Marville »
37) Reproduction photo « Façade sur cour d’une maison contiguë au 39 bis rue Saint Denis » 23 juillet 1909
38) « Immeuble n° 20 rue Mondétour », début XX°
39) Reproduction Photo, début XX°, rue pavée, boutiques, angle
40) Reproduction Photo Bd Paris, voiture, colonne publicitaire pour le théâtre, bus, 1930/1940
41) Reproduction Photo, début XX°, rue pavée, boutiques
42) Reproduction photo fin XIX° début XX° : « Carrefour du Puits d’amour »
43) Reproduction photo fin XIX début XX : « Immeuble rue de la Grande Truanderie (rue en ruine, 44) avec immeubles vétustes, tonneaux dans la rue, gens qui travaillent, pancarte « Vins et bois »)
45) Reproduction Photo début XX° angle, rue pavée boutiques, tonneaux
46) Reproduction Photo début XX° angle « Immeuble 41 rue Saint-Denis angle de la rue de la Ferronnerie »
47) Reproduction Photo début XX° angle : « Immeuble rue de la Grande Truanderie
48) Reproduction Photo, fin XIX°, angle, rue pavée, boutique,
49) Reproduction Photo, fin XIX°, angle, rue pavée, boutique,
50) Reproduction Photo, début 1865, « rue de la Ferronnerie, prise depuis la rue de Saint Denis, 1865 » angle, rue pavée, boutique,
51) Reproduction Photo début XX° « Immeuble rue du Jour »

SARTONY

52) Reproduction Photo fin XIX°, début XX° : agencement des rues Fromentel, Saint Hilaire, Jean de Beauvais, Charretière et Mont de Marsan »- Sartony)
52 bis)  Suite 6 photos : rues pavées, boutiques, années 1930 ?
53) 4 Photos de monuments « Affiche Nouvelle gauche meeting, années 1940

BATAILLES


54) Reproduction photographique d’un tableau « Die [Stirrung] von Dresden
55) Reproduction photographique « Retraite du bataillon sacré, à Waterloo 18 juin 1815 », Lithographie de Gihaul
56) Reproduction photographique d’un tableau de la « Prise de la caserne de Babylone » et plan du « Mouvement général des Troupes Royales »
57) Reproduction photographique d’un tableau (on voit le cadre, prise dans un musée) représentant le même épisode
58) Reproduction d’une estampe signée H.V.B. 1830 « Mardi, place Maubert (soirée)  le soir les « communards » rentrant avec leurs blessés.
59) Reproduction d’une estampe « Un blessé de la grande semaine » (1830) signé C. Tellier (intérieur, lit avec blessé, famille autour)
60) Reproduction photographique d’un tableau (on voit le cadre, prise dans un musée) « Le Pont Neuf, attaque du Louvre 29 juillet 1830 » (ou 1836 ? vérifier)
61) Reproduction d’une estampe signée H.V.B. 1830 « Mercredi, Pont Notre Dame, (soirée)  le soir la bataille continue »
62) Reproduction photographique d’un tableau (on voit le cadre, prise dans un musée) « Vue de la Porte St Denis »(communards blessés, mort, bataille), plan quartier
63) Reproduction photographique d’un tableau (on voit le cadre, prise dans un musée) signé H. Leconte « Le combat de la porte St Denis, communards blessés »
64) Deux croquis sur papier reproduction de tableaux : date 1848 (St Autaix ? Silence ?)
65) Reproduction estampe Eau-forte couchée « Mort du Marechal Ney » ,  dessin de Martinet
66) Planche découpée d’un ouvrage, « planche à l’aquatinte exécutée par Sauerweid, artiste allemand alors à Paris et gravée par Jazet, reproduction Cabinet des Estampes, recueil, Histoire de France »
67) Planche découpée d’un ouvrage « Le bivouac des troupes sur la place du Panthéon », juin 1848
68) 3 Reproductions  « estampes découpées d’un ouvrage : 1 Hôpital de la Salpetrière ; 1 le Tour Alexandre, La Fontaine Saint-Victor et la Pitié, vers 1830 ; 2 Vue de la Maison Blanche
69) Reproduction photo ancienne : texte écrit par Pimenoff « Ancien Paris la rue Hautefeuille, 1867, croquis A . Maignaid
70) 5 cartes postales anciennes : 1 Paris, L’Eglise Saint-Etienne-du-Mont, 2 rue Saint-Italien-le-Pauvre, 11 (Série, Paris autrefois 38.), 3 vue de quartier d’immeuble détruits, 4 rue François-Miron, 32 demeure de marchand sous Louis XIII, franc passage (Série, Paris autrefois 37.), rue Galande 41 (Série, Paris autrefois 41.)
71) 3 Photos d’armureries (+ char avec munition)
72) 2 Dessins au crayon sur papier de Pimenoff texte « Maison corbeau » (voir dessin décor D0586071)
73) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff « rue de la Brèche », Corbeau
74) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff , « rue Ledesse ( ?) Maison Corbeau
75) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff « les chapeaux dessins de Jeacline ( ?)
76) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff, « La rue : pavage, barrière, affiche, le tas de pierres, poteau, tonneau, jardinières, linge, charrette à bras, panier, bornes, grilles, éclairage au gaz 1830 ?, etc. »
77) 1 Dessin crayon de Pimenoff sur un papier d’un menu « Tageskarte, Bestell-Nr 309/148, Berlin, représente les égouts les même que le décor du dessin : D058-080.
78) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff intitulé « Les égouts : des rues, des carrefours, des places, des impasses, les arbres » en trois parties : 1. Dessin de la porte des égouts « largeur, longueur, grand égout, cinq pieds de large et sept de haut », 2. Dessin qui montre à côté de cette porte : « sortie de J. Valjean : Jena, Invalides, Pont de Jena à droite, pont des Invalides à gauche, 8..30 su soir », 3. « Fiacre Façade », dessin avec fiacre dans la rue
79) Texte : « chez Gillenormand, entrée, escalier, antichambre de l’étage, salon, salle à manger, chambre à coucher »
80) « Javert, Châtelet, Pont aux Changes Moulin su Pont-les- [ ?], Parquet, Poste de garde, Châtelet » [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
81) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff intitulé « Bagne »
82) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff intitulé « Rue de Boulanger et place de l’Eglise », plan de la maison et dessin extérieur de la maison
83) 1 Dessin crayon sur papier de deux côtés de Pimenoff intitulé « La glacière, Grenelle, Montparnasse, la Gumotte ( ?) » texte :  gazon ras, sentier pierreux, maraichers, [ ?] vaste recoin désert, les moulins, le grand mur sombre, terrain vague
83 bis) 2 dessins maisons (voir décor D0586079),
83 ter) 3 détail « luminaire public, boîte à lettres, 4 texte « Gillenormand au Marais, rue des Filles du Calvaire n° 6, chap. 53 , Pontmercy ( ?) Vernon chap 54, 5 texte « Café Musain, arrière salle assez éloignée du café, par un très long couloir, avec deux fenêtres, et une issue avec un escalier et donnant sur la petite rue de Grés, carte de France sous la république était clouée au mur. Porte Saint-Jacques, 1 chambre lit de marin. [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
84) Recto même feuille : deux dessins, 1 maison, façade café avec tables à l’extérieur ;  prisons
85) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff numéroté 8, essais pour le fiacre, texte « Montreuil, Montfermeil »
86) 1 Dessin crayon sur papier de Pimenoff intitulé « Grande maison »
87) Série de 9 photos de plateau des décors de Paris : quartier, photo barricades, sur l’une d’entre-elles ont voit la caméra
88) Série de 15 photos décors pour Montreuil, la maison, la mairie, la place … elles sont parfois collées pour donner une vue panoramique
89) 5 photos montrant la salle du tribunal, (texte Pimenoff  « Etablissements Vachon, 171 bis rue de Charenton »)
90) Plan de la Correctionnelle, plan de montage
91) Courrier « Location de mobiliers et accessoires divers » Etablissements Emile Vachon, 15 avril 1957 à Serge Pimenoff, 44 place Jules Ferry, Montrouge. C’est la lettre qui accompagnait les photos mobilier + plan correctionnelle
92) Reproduction d’une estampe N/B « Cour d’assises de la Seine »
93) Dessin de Pimenoff : plan disposition tribunal : croix au-dessous des juges …
94) Photo début XX° : Ancien Hôtel Dieu, Salle Sainte Jeanne (même décor pour la mort de Cosette)
95) Photo début XX° : Ancien Hôtel Dieu, Salle Saint Philippe
96) Photo début XX° : Ancien Hôtel Dieu, Salle Sainte Marthe
97) Reproduction d’un tableau montrant les prisonniers qu’on enchaine dans la Cour nationale
98) Reproduction photo d’une estampe « Ferrement des forçats à Bicêtre », signée Langlois
99) Reproduction série de planches d’une édition de Les Misérables : le jardin de M.M Myriel, sa maison, sa chambre, l’évêque, Cosette, les barricades, etc. complet. [Ces planches sont très proches des décors réalisés par Pimenoff, notamment la maison à Paris ou encore la masure Gorbeau, voir les D0786091, D 0586079]
100) Reproduction photographique estampe « Le ventriloque au café Borel, d’après une estampe du temps »
101) Reproduction photographique estampe « Fig. 45 – les baraques sur les boulevards , au moment du jour de l’an »
102) 2 Feuilles manuscrites : plan tournage « lundi 1er avril Café Musain → 18 mai raccords rues Paris »
102 bis) Feuille manuscrite : Louis 18, 1817, Charles X 1830 (ordonnance), Barricades : pavés bois, charrettes meublés, 1848 barricades, Prolétariat et Capital, Droits de l’homme, Amis du peuple, Sociétés de familles, Société Communiste, Petits travaux d’aménagement de Paris, [ ?] naquit dans les paroles de Pesirer ( ?)  rues de Paris, Daumier, La liberté dans les barricade Delacroix
103) 2 papiers tapuscrits « Décor Allemagne » rue : réparation de la perspective, barricade, pavage, canons, fiacres, etc. ; égouts : réparation patinage, eau ; Place Digne : élargir les toits, construire murs latéraux … ; 2 décors à monter Chambre Marius et couloir, Café Corinthe ; Maquettes : plans 123, 130, 131, champ de bataille, Paris, fabrique.
104) 1 papier manuscrit Pimenoff [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo]. « Digne, les chambres étaient pavées en briques rouge …. Salle à manger : une pièce oblongue avec cheminée, une porte vers la rue et fenêtre sur le jardin ».
105) 1 carton comportant un dessin « Digne Hôtel Episcopal par H. Puget début 18° » ; un texte « La maison de l’Evêque » se composait : rez-de-chaussée et un seul étage … tous les détails.  Digne moins de 4000 habitants [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
106) 1 carton manuscrit suite description Digne, Pharmacie, jardin ,chambre évêque, etc.
107) 1 carton : dessins représentant 1 le jardin, 2 la disposition de la table dans la salle à manger, 3  la cheminée
108) 1 carton avec dessin de la Chambre de l’évêque accompagné d’un texte qui donne la disposition du mobilier [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].Papier manuscrit (pas écriture Pimenoff) : Pimenoff communiqué à Duqueste daté le mars 4, indications pour la fabrication des décors : « sur rue Digne, entrée de deux marches vers la salle à manger, page 6, Bagne, Page 9 49651 Thénardier transformé ….. ombres artificielles des arbres et des maisons ? »
109) 1 carton avec dessin du jardin de l’évêque, accompagné d’un texte « des verrous comme une porte de prison … fermés qu’au loquet, 1815  octobre, Digne, auberge de la Croix de Colbas… place de la Cathédrale, imprimerie, banc de pierre de l’autre côté de la place, petite maison de l’évêque [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
109 bis) 1 carton texte Pimenoff description intérieur Maison évêque (bibliothèque, cheminée, rideaux, [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
110) Papier texte Pimenoff « Place Digne » voitures de bagnards, fontaine, salle à manger, jardin Myriel, Waterloo, maquette de champ de bataille / croquis cheminée ?
111) 1 carton croquis roues + texte Pimenoff « Montfermeil (près de Paris) 1818 printemps « Au sergent de Waterloo »  [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
111 bis) Papier manuscrit Pimenoff, même texte que le précédent 1818 Printemps
111 ter) Papier manuscrit Pimenoff « Montfermeil  extérieur Thénardier : lanterne, baraques, tôles, … inscription « On loge à la nuit ? », lucarne, etc.
112) 1 carton avec un dessin rue avec maisons, texte « 1815-1820 M. sur mer (Montreuil ?) imitation des quais anglais et des verroteries noires de l’Allemagne. Grande fabrique avec des vastes ateliers l’un pour les femmes et l’autre pour les hommes, ateliers d’écrivains publics. A l’arrière, même papier : texte sur Montfermeil  auberge, messe de minuit, baraque de bibeloteries, dessin 2 personnages assis dans l’auberge ..
113) 1 papier écrit par Pimenoff «Montfermeil, place, écrivain public, une voiture chargée de lit, de linge, fiacre, rue Montreuil, Café de Paris
114) 1 carton ave croquis mansarda , plan ville + texte « chambre des [ ?] fermiers ? à M-s-M 1823 ? premièrement une chambre au second 2ème, une mansarde … quelques maisons de plaisance au 18° endroit paisible et charmant sur un plateau , neige, vitres de Café, commissariat.
114 bis) Recto même carton : « le poste de police : une table basse, chauffée par un poêle … » ; « L’infirmière dans la maison de Madeleine, chambre lit avec rideau crucifix. Cabinet de Madeleine à la Mairie : cheminée, carte routière de la France, suspendue à l’huile, 2 croquis cabinet »[Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
115) 1 carton ave croquis bureau Mairie (voir maquette notaire ?) Hiver, chambre à coucher de Madeleine, lampe ou bougie, fenêtre, table, livres, secrétaire, chandeliers, meuble pour cacher la cachotte …A l’arrière même carton : suite chambre, vue sur cour de la maison et de la rue, croquis chambre. [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
116) 1 carton manuscrit Pimenoff, texte « Palais de justice, salle spacieuse, double porte et grande chambre où siégeait la Cour d’Assisse, Chambre des Conseils, salle de tribunal, une assez vaste enceinte à peine éclairée….suite au dos texte plus croquis de la salle du tribunal
117) Dessin représentant croquis  buste gendarme, Jean Valjean  portant sur son dos Marius (2 croquis)
118) 1 carton avec croquis scène « Marcriele ( ?)foire et cirque. Texte description « Chemin de [ ?] » labyrinthe des rues tourmenteuse … » Au dos, même carton : croquis maison, rue, arbres intitulé « Boulevard de l’Hôpital à Paris. Suit un texte : « A cinq minutes de Paris, auberge des Thénardier, la chambre au 1° d’une rare splendeur … » [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
119) 1 carton double : 1) Auberge Thénardier (chambre des filles) une porte vitrée … deux petits lits jumeaux … cette chambre qui communique avec celle des époux. Croquis cheminée, croquis vue auberge, maisons, rue, 2) au dos, 2 croquis Arbres maison, église, 2, vue portail, on voit à l’arrière jardin et maison. [Ces notes sont écrites d’après le texte de Victor Hugo].
120) Carton texte « Thénardier, Gorbeau .. l’autre près de la fenêtre, tous les deux touchaient par une extrémité à la cheminée …. Croquis pièce, il neige. Au dos même cart


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *