A la cote T 3092, on trouve…

Loïc Arteaga, qui travaille sur le fonds Triangle de la Cinémathèque française sous l’angle de la possible restauration des films, a mis il y a quelques semaines au jour, dans les toutes dernières boîtes du fonds, une mine de listes dactylographiées . Non pas la tombe de Toutankhamon, mais un travail de scribe faisant et refaisant l’inventaire de ce que la Triangle avait possédé ou du moins avait distribué tout au long de sa courte et tumultueuse existence. Cinq listes dans la boîte 91, neuf dans la boîte 92. On est dans un univers borgésien puisqu’il semble y avoir des listes de tout, de 225 à 4 pages, rebrassant dans tous les sens les mêmes titres et les mêmes noms, par auteur de l’histoire, par acteur principal, avec Mabel Normand, par nombre de bobines, par films vendus en 1926, par titre provisoire, par négatif Tri-Stone, par histoires à vendre, par catalogue annuel.

Ces listes semblent avoir été établies, sur la base des dossiers conservés dans les autres boîtes, par Harry E. Aitken lui-même. Tout se passe comme si, dans la seconde moitié des années 20, Harry E. Aitken reprenait systématiquement les dossiers archivés, notant les marques et les dates de distribution (c’est sans doute sa main au stylo bleu qui marque sur les premières pages des « continuity scripts » le nombre de pages du dossier et la date de distribution – souvent confirmée par la mention à l’encre noire sur la pochette kraft du dossier suspendu original). Rumination d’homme forcé à l’inactivité ? Sans doute, mais pas seulement : recensement aussi des avoirs et établissement clair de ce dont on détient les droits et donc ce qu’on peut encore vendre (voir T 3098 : liste des films vendus en 1926 à Chester).

Je m’intéresserai ici à la cote T 3092, qui contient une liste de 18 pages recensant par ordre chronologique, du 7 novembre 1915 au 14 mars 1920 l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle, aux Etats-Unis (sortie, ressortie et ré-édition). On a noté qu’on dit « la Triangle » par commodité, puisque les variations de son statut lui donne plusieurs formes successives, y compris juridiques, entre 1915 et 1920. On peut d’ailleurs s’étonner que la Triangle apparaisse partout dans cette liste et la Tri-Stone jamais. Cette liste est la cartographie détaillée des films distribués par la Triangle, de façon précise et sans doute incontestable (on n’a pas décelé à ce jour d’erreur dans les dates portées). On y lit facilement tous les grands changements dans la vie de la firme, au jour près. Ainsi, tout commence réellement, non le 23 septembre, mais le 7 novembre 1915. Le 23 septembre est l’avant-première à New York du premier programme Triangle, mais celui-ci ne devient effectif pour le public qu’à partir du 7 novembre, avec d’ailleurs les quatre films présentés le 23 septembre : The Lamb (Fine Arts), The Iron Strain (Kay Bee), My Valet et A Game Old Knight (Keystone). Le programme de la semaine suivante est tout aussi politique, avec Old Heidelberg (Fine Arts), pour le sentiment vis-à-vis de l’Allemagne, et The Coward (Kay Bee) pour la question, en quelque sorte connexe, de la guerre de Sécession et de l’envoi des enfants au front.

Première page de la liste des films distribués par la Triangle. Coll. Cinémathèque française. D.R.
La cote T 3092. Première page de la liste des films distribués par la Triangle. Coll. Cinémathèque française. D.R.

 On se souvient que ce n’est que deux jours avant, le 5 novembre, que Harry E. Aitken et ses associés obtiennent des banques le prêt de 500 000 dollars initial. Se trouve établi un programme fondé sur deux films Keystone, un Fine Arts et un Kay Bee. Cette formule est maintenue du 7 novembre 1915 au 15 octobre 1916 inclus. le 22 octobre on passe à trois films au lieu de quatre, deux Fine Arts et un Kay Bee, ce qui signifie que Keystone et Mac Sennett sont sortis du jeu. On se souvient aussi que c’est en octobre 1916 que les mêmes banquiers, pour le même prêt de 500 000 dollars, se fâchent tout rouge et demandent la restitution des sommes, et que c’est à peu près au même moment qu’Harry E. Aitken est contraint de racheter la NYMP à ces anciens associés Kessel et Baumann. Ce rythme de deux Fine Arts et un Kay Bee par semaine est maintenu jusqu’au 14 janvier 1917, date à laquelle on reprend le rythme de quatre films hebdomadaires, les Keystone étant remplacés par des Triangle Comedies. Puis le 11 février Keystone revient dans la danse et se rajoute pour un titre au programme des quatre déjà évoqués. Le rythme sera tenu tout au long de l’année 1917 qui a vu la prise de contrôle de H. O. Davis.

Le 6 janvier 1918, nouveau changement. Exit Fine Arts et Kay Bee : ne restent plus que des films Triangle et un Keystone. L’année 1918 va être de diminution constante : dès le 17 mars on réduit la voilure à deux films Triangle et 1 Keystone, le 9 juin à seulement deux Triangle (Mac Sennett est parti à la concurrence, après Griffifh et Ince partis à l’été 1917). Le 22 septembre, il ne reste plus qu’un film Triangle, ce qui est tenu jusqu’au 31 août 1919 avec pour dernier titre distribué : Three Black Eyes (ce qui pourrait être drôle). Fin de l’activité de distribution de nouveaux films sous la marque Triangle.

La liste fait ensuite apparaître que du 7 septembre 1919 au 14 mars 1920, la Triangle n’a plus qu’une activité soit de re-sortie des films Keystone (commencée en mars 1919), soit de ré-édition pour dix films de long métrage, dont Let Katy do it, The Lily and the Rose, The Clodhopper et The Pinch Hitter avec le jeune premier Charles Ray pour ces deux derniers. On prend ici ré-édition au sérieux, car il ne s’agit pas seulement de ressortie (« reissue », par ailleurs listées dans le même document), mais bien de remontage des films pour les adapter aux nouvelles cadences du spectacle cinématographique. Pour les deux derniers titres, The Clodhopper et The Pinch Hitter, la Cinémathèque française conserve une copie dont il faudra sans doute établir s’il s’agit de copies de sortie ou de ré-édition.

Cote T 3092. Dernière des 18 pages de la liste des films distribués : queue de la comète Triangle. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Cote T 3092. Dernière des 18 pages de la liste des films distribués : queue de la comète Triangle. Coll. Cinémathèque française. D.R.

 

L’intérêt de cette liste de distribution est multiple. C’est tout d’abord un remarquable électrocardiogramme de la firme, avec ses rythmes, ses régularités et ses syncopes avant l’affaiblissement des années 1919-1920. C’est aussi un document précis pour les attributions aux marques de distribution entre Fine Arts, Kay Bee, Keystone d’abord, puis Triangle avec Triangle Comedies à la place des Keystone, et enfin Triangle tout court dans une grande solitude, les trois pointes du Triangle, Sennett, Ince et Griffith ayant quitté le navire. Mais on y confirme aussi, après le changement radical d’octobre 1916, moins d’un an après le démarrage, la bonne tenue de l’année 1917, à la fois en quantité (la Triangle fournit de nouveau régulièrement les salles), mais aussi en qualité sous la conduite de H. O. Davis, malgré les déboires avec Griffith et Ince. La Triangle n’est donc conforme à son programme que de novembre 1915 à la mi-octobre 1916, puis de la mi-janvier 1917 à décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *