Une pointe supplémentaire à la Triangle : C. Gardner Sullivan

Notre travail de dépouillement des archives de la Triangle pour en comprendre l’histoire nous conduit à revoir la conception traditionnelle de cette structure sous plus d’un angle. Tout d’abord elle n’est pas une, mais connaît en quelques années (et parfois quelques mois) des changements importants qui en changent la face. Ensuite c’est plus une marque, une structure de distribution (sur le modèle de Mutual) qu’une véritable structure de production, assurée en amont notamment par la New York Motion Picture (côté Kessel et Baumann au début) et la Majestic (côté Aitken). Enfin, les trois mousquetaires (Ince, Griffith et Sennett), qui ne sont pas là en tant que réalisateurs mais en tant que responsables de produit, ne sont pas trois mais bien plus. Il faut non seulement y ajouter les financiers initiaux (Aitken, Kessel et Baumann, plus les banquiers du 5 novembre 1915), mais aussi Douglas Fairbanks qui est une des cartes maîtresses du lancement du programme Triangle en septembre puis novembre 1915. Dans la ligne de cette idée (importance de la star), une étude reste à faire (elle est en cours dans le groupe grâce à Jean-Michel Pignol) sur la place réelle de stars féminines que l’on retrouve de film en film, comme Bessie Love (partenaire de Douglas Fairbanks et de William S. Hart) ou Bessie Barriscale (une de ces vedettes venues du théâtre et dont manifestement le rôle a été aussi positif que celui de Fairbanks, à l’encontre des idées reçues sur le handicap qu’auraient été pour la Triangle les acteurs issus du théâtre) .

William S. Hart, The Aryan, 1916. Avec Bessie Love. Scénario de C. Gardner Sullivan. Coll. Cinémathèque française. D.R.
William S. Hart, The Aryan, 1916. Avec Bessie Love. Scénario de C. Gardner Sullivan. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Parmi ces réajustements nécessaires, nous avons aussi été conduit à revoir le rôle du réalisateur dans le cadre de la Triangle sur la base des indications trouvées d’une part dans l’enregistrement des droits à la Library of Congress, et d’autre part dans les « continuity scripts » conservés à Paris et à Madison. Une des figures centrales du système Triangle est manifestement Ince. Ou plus exactement, comme pour Griffith et pour Sennett, Ince et ses équipes. En effet, chacune des trois pointes initiales du triangle a à ses côtés des collaborateurs attitrés, qu’il s’agisse d’administrateurs (dont le rôle a été insuffissament étudié à ce jour), ou d’acteurs (et acteurs-réalisateurs). Sennett peut s’appuyer sur Fatty Roscoe Arbuckle et Mabel Normand, Griffith sur Lilian Gish et Mae Marsh, mais aussi sur d’autres collaborateurs déjà repérés à la Biograph ou à l’occasion de Birth of a Nation (Raoul Walsh, Tod Browning, Christy Cabanne…).

Un de ces collaborateurs mérite d’être remis en lumière : il s’agit d’un des scénaristes attitrés de Thomas H. Ince : C. Gardner Sullivan, qui prend à partir de 1913 la succession de Richard V. Spencer auprès du producteur. Cette collaboration est étroite (Ince co-signe au générique les histoires et les fait enregistrer sous leurs deux noms à la Library of Congress), forte (Ince édite immédiatement en petit fascicule bleu les nouvelles produites par Sullivan, cette fois sous le seul nom de Sullivan), variée (Sullivan écrit à peu près tout type d’histoire, du drame à la comédie, du western au film de guerre…), riche (la productivité de Sullivan est étonnante) et longue. Sullivan fournit ainsi à Ince le matériau et la propriété littéraires nécessaires à la fois à l’alimentation du programme Kay Bee et à la lutte contre la concurrence. Sullivan est celui qui a écrit pour Ince Civilization, dans la veine pacifiste de l’année 1916, et il collaborera à All Quiet on the Western Front en 1930. Il semble affectionner les histoires de frontières et de front renversé comme pour Lieutenant Danny, USA (à la frontière mexicaine) ou Shell 43 (avec un espion débarqué derrière les lignes allemandes), selon un schéma que la guerre de Sécession, comme cadre dramatique, a permis de rôder (dans Le Mécano de la Générale, Keaton l’exploite cela sur le registre comique).

Reginald Barker, The Coward, 1915. Scénario de C. Gardner Sullivan. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Reginald Barker, The Coward, 1915. Scénario de C. Gardner Sullivan pour ce film intégré au deuxième programe Triangle. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Reginald Barker, Shell 43. Scénario de C. Gardner Sullivan. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Reginald Barker, Shell 43. Scénario de C. Gardner Sullivan. Coll. Cinémathèque française. D.R.

En attendant une étude plus systématique du système narratif mis au point par Sullivan, on peut se reporter d’une part à sa biographie, et d’autre part à sa filmographie, qui excède celle d’Ince puisque Sullivan continuera à écrire (notamment, de façon significative, pour Cécile B. DeMille) après la mort du producteur en 1924, année où il passe également à la production (voir aussi : http://www.filmreference.com/Writers-and-Production-Artists-Sh-Sy/Sullivan-C-Gardner.html ).

Le propos des histoires de Sullivan est volontiers moralisateur, ce qui permet aussi d’aborder des situations ou des sujets « délicats ». On l’a vu avec The Dividend (1916) traité dans deux autres billets, sur les ravages de l’opium, mais on peut aussi relever par exempe The Market of Vain Desire :

Reginald Barker, The Market of Vain Desire, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Reginald Barker, The Market of Vain Desire, 1916. La bigarrure fourrée des vêtements de la femme en font la prostituée du scénario, soit une femme finalement de valeur à ne pas juger sur la mine et ne méritant pas la première pierre. Coll. Cinémathèque française. D.R.

 

Ou encore un film ayant plus « osé », The Wolf Woman, traitant sur un autre mode le même sujet des risques encourus par les couples honnêtes :

Raymond B. West, Wolf Woman. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Raymond B. West, Wolf Woman. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Le caractère très chargé du décor et l’éclairage alambiqué, déjà vu dans les photos de The Dividend, sans parler du chaudron de sorcière au premier plan, disent assez le force maléfique du personnage.

L’oeuvre de C. Gardner Sullivan n’est donc pas intéressante seulement par sa relation forte et suivie avec Thomas H. Ince, mais aussi clairement parce que le propos de ses histoires entre pleinement dans la politique voulue par la Triangle de moralisation du spectacle cinématographique, ou de moralisation par le spectacle cinématographique.


Une réflexion au sujet de « Une pointe supplémentaire à la Triangle : C. Gardner Sullivan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *