Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle

Résumé en Anglais

Introduction :

 

Avant d’aborder le fonds d’archives, conservé à la Cinémathèque française, de la Triangle Film Corporation sous l’angle de la restauration de films, il est nécessaire de se pencher d’abord sur son support : la pellicule. Après un bref aperçu de ses caractéristiques techniques, cette intervention se consacrera à la « vie » de la pellicule au sein de la Triangle au gré de sa circulation (entre côte est et côte ouest des Etats-Unis), et de ses transformations (du stock de pellicule vierge d’origine au tirage final des copies d’exploitation en passant par le montage du négatif original).

 


I – Eclairages sur la pellicule utilisée par la Triangle

 

 

·  Fournisseur de pellicule de la Triangle :

Un document du fonds ‘Harry and Roy Aitken Papers’ (Wisconsin Historical Society, Madison) a permis de confirmer que le fournisseur de pellicule de la Triangle fut bel et bien la Eastman Kodak Company. Ce document est un exemple de contrat passé entre la Triangle et un certain Julius E. Brulatour (représentant de la Eastman Kodak Company) faisant mention d’une livraison d’un stock de 350 000 pieds de pellicule vierge Kodak.

Cette confirmation n’a rien d’étonnant puisque la Eastman Kodak Company est le principal fabriquant et fournisseur de pellicule aux Etats-Unis à l’époque. Jusqu’en 1920, elle aurait fabriqué et vendu environ 94% du total de pellicule film utilisé aux Etats-Unis[1]. Cette monopolisation du marché, fortement contestée, fera même l’objet de plusieurs procès.

·  Caractéristiques techniques de la pellicule Eastman Kodak :

Conformément aux normes de l’époque, la Triangle utilise de la pellicule Eastman Kodak négative (tournage/négatif original) et positive (développement des rushes et tirage des copies). Il s’agit de pellicules monochromatiques (émulsion N&B) de format 35 mm (format standard international depuis 1909) et support nitrate de cellulose (support inflammable, chimiquement très instable).

·  Métrage : [norme de l’époque : 1 bobine =  env. 1 000 feet  = env. 305 mètres.]

Suivant la tendance venant d’Europe pérennisée notamment par le succès considérable remporté par Quo Vadis? de Enrico Guazzoni en 1912 et Cabiria de Giovanni Pastrone en 1914, les maisons de production américaines commencent dès 1912 à abandonner progressivement le format court-métrage (1 bobine, 10-15 min. env.) au profit du long-métrage (en moyenne : 3 bobines à partir de 1912, 4 à 5 bobines à partir de 1914 puis définitivement 5 bobines à partir de 1915-1916). Bien que le premier long-métrage américain date de 1912 (Oliver Twist, film en 5 bobines produit par H. A. Spanuth), il faudra attendre 1914 et la Première Guerre mondiale pour que ce nouveau métrage s’impose définitivement et permette par la même occasion à l’industrie cinématographique américaine de triompher face à sa concurrente européenne alors en déclin.

Dans ce contexte, la Triangle ne fait pas exception. Portée par le succès phénoménal de Birth of a Nation (Griffith, 1915), elle ne tarde pas à passer au format long-métrage. C’est en effet ce qu’atteste l’analyse de la première moitié du fonds Triangle conservé à la Cinémathèque française.

Hormis les films Keystone supervisés par Mack Sennett qui – en raison de leurs sujets comiques –  continuent dans un format court-métrage de 1 à 2 bobines tout au long de la période d’existence de la Triangle (de 1915 à 1918), les autres films Triangle (les films Fine Arts supervisés par D. W. Griffith et les films Kay-Bee supervisés par Thomas H. Ince) suivent les expérimentations européennes et passent au format long-métrage avec en moyenne 4 à 5 bobines au cours de l’année 1915 puis 5 bobines en 1916 ; mais aussi dans de rares occasions : 6 bobines (The Despoiler, Reginald Barker, 1915) et plus (Civilization, Ince, 1916).

Après les départs de Griffith (mai 1916) et Ince (septembre-octobre 1916), la Triangle essaye tant bien que mal de perdurer. Lorsqu’elle est relancée début 1917, la nouvelle Triangle (Triangle 2, selon la terminologie actuelle de Marc Vernet) continue à produire largement des court-métrages Keystone de 1 à 2 bobines (parfois sans Sennett, sous l’appellation ‘Triangle Komedy’) car le genre comique est le seul qui marche véritablement. En contrepartie elle produit, sous la simple mention ‘Triangle’, moins de long-métrages qu’auparavant mais persévère toutefois dans ce format avec plusieurs films de 5 bobines et même quatre films de 7 bobines en fin 1917/début 1918 [cf. travail à venir de Matthieu Hervé].

 

II – Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle

Sachant que le fonds Triangle de la Cinémathèque Française est principalement un fonds Ince, ce bref exposé sera plutôt centré sur les productions Triangle-Kay Bee.

Bien que l’on connaisse le fournisseur de pellicule de la Triangle, certaines zones d’ombre demeurent :

– qui livre les stocks de pellicule vierge ? : Ces stocks proviennent de la Eastman Kodak Company, mais celle-ci se divise à l’époque en deux sites implantés tous deux sur la côte est : l’un à Rochester, New York (Eastman Kodak Company of New York – siège social), l’autre à Orange, dans le New Jersey (Eastman Kodak Company of New Jersey – maison mère).

– comment s’effectue la livraison de ces stocks de pellicule vierge en Californie ? Hypothèse : via la Wells Fargo & Company Express comme nous le verrons d’ici peu pour l’envoi du film.

– où et comment ces stocks de pellicule vierge sont-ils conservés à leur arrivée sur la côte ouest ? Hypothèse : sachant qu’un laboratoire a été construit au studio Fine Arts au moment du tournage de Birth of a Nation[2], il semblerait que chaque studio Triangle possède son propre laboratoire.

Pour le moment, aucun document du fonds ne permet de le confirmer.

 

 

·  Traitements de la pellicule sur la côte ouest (tournage, montage du négatif / création des intertitres, tirage de la 1ere copie) :

 

 

–  Tournage :

Le tournage s’effectue à partir des studios Kay-Bee à Inceville, Santa Monica et, à partir de janvier 1916, à Culver City pour les productions Triangle-Kay Bee supervisés par Ince ; aux studios Fine Arts (‘Griffithville’), Sunset Boulevard, Hollywood, Los Angeles pour les productions Triangle-Fine Arts supervisés par Griffith et aux studios Keystone (‘Sennettville’), Edendale, Los Angeles pour les productions Triangle-Keystone supervisés par Sennett. Au début de sa création, la Triangle devait produire chaque semaine 14 000 feet de film (= env. 4270 m.), soit environ un long-métrage Kay-Bee, un long-métrage Fine Arts et deux court-métrages Keystone[3].

Pour les productions Kay-Bee, le tournage du film s’effectue à partir d’un ‘continuity script’, document s’apparentant à un scénario de tournage présentant d’une part, des consignes de pré-tournage dactylographiées très détaillées (plan par plan) sur la mise en scène et le montage (cadrage, mouvements , décors, costumes …), et d’autre part, des annotations manuscrites faites au fur et à mesure du tournage pour attester des différentes modifications apportées au projet initial (tels que des ajouts et suppressions de scènes, plans et/ou intertitres).

Pour des raisons logistiques (notament à cause de l’importance des extérieurs variés), ces films n’étaient pas tournés dans l’ordre chronologique mais selon les décors choisis. Ainsi une ‘location sheet’ était réalisée afin de regrouper les différentes scènes du film par décor.

Les impératifs de temps imposent souvent une seule prise par plan. Le cameraman utilise généralement une seule caméra mais parfois plusieurs. Quoiqu’il en soit, il en résulte un unique négatif original, une seule version du film (du moins en premier lieu).

 

 

–  Montage du négatif / Création des intertitres :

A la fin de chaque jour de tournage, les rushes sont développés à partir du négatif.

Le ‘continuity script’ annoté est repris après le tournage afin de dresser la liste définitive des intertitres (‘Title sheet’, incluant le générique et mentionnant parfois leurs emplacements et leurs durées).

Les documents ‘continuity script’ et ‘location sheet’ servent ensuite à établir le montage définitif du négatif en salle de montage (‘cutting room’) ; les intertitres sont photographiés et insérés aux endroits prévus à ce moment-là.

Pour les films Fine-Arts, le processus est différent. Comme Griffith tournait sans scénario préétabli, les scènes étaient numérotées dans l’ordre chronologique de leur tournage. Griffith avait ensuite l’habitude de regarder chaque soir les rushes du tournage de la veille. Puis, une fois le tournage terminé, il passait des heures en salle de projection et de Montage[4]. Contrairement à la méthode Ince où le montage est minutieusement déterminé dès l’établissement du ‘continuity script’ avant tournage, le montage façon Griffith se détermine après le tournage en salle de montage.

 

 

–  Tirage de la 1ère copie :

Une première copie positive du film est tirée à partir du négatif original.

 

 

–  Préparation de l’envoi du film :

Avant d’effectuer l’envoi du film sur la côte est, les photographies de plateaux prises au cours du tournage sont développées et  plusieurs documents sont préparés :

On élabore un synopsis destiné à la promotion du film ; un métrage détaillé du film (‘Footage sheet’/’Footage for…’) comprenant le métrage sans intertitres, le métrage des intertitres et le métrage total du film (parfois ce bilan du métrage est même détaillé bobine par bobine) ; et des notes sur le teintage (‘Tinting notes’/’Coloring notes’ ou lettre recensant ces indications).

Enfin, on effectue un ’Complete picture report’, document dressant le bilan complet de la production du film allant du générique, au métrage du film, en passant par les dates de début et fin de tournage… [exemple : Complete picture report, B37 – Triangle 0756, Collection Cinémathèque française : « Hearts and Swords », Jay Hunt, 1915][5] , en y joignant une ’Expense sheet’ (bilan détaillé des dépenses).

A noter que Fine Arts ne semble pas faire un tel document tandis que Keystone produit un document similaire comprenant un peu près les mêmes informations mais portant un nom différent (‘Complete production report’).

 

 

–  Envoi du film sur la côte est (négatif et 1ere copie via Wells Fargo & Company Express) :

Une fois toutes ces étapes terminées, on envoie le film sur la côte est pour en favoriser la distribution. Cet envoi se fait via la société de courtage Wells Fargo & Company Express qui délivre deux reçus en retour [exemple : Recus de l’envoi d’un film, B42 bis – Triangle 0876, Collection Cinémathèque française : « The Honorable Algy », Raymond B. West, 1916] :

Deux reçus, donc deux envois pour chaque film : une boîte contenant le négatif et une boîte contenant la copie positive.  Plusieurs documents sont joints : le synopsis du film, le ‘Complete picture report’ et ’Expense sheet’, le métrage détaillé du film, les photographies de plateaux, la liste des intertitres et les notes relatives au teintage. A noter que les deux derniers documents cités font parfois l’objet d’un envoi par simple courrier distinct de celui du film.

Le détail de cet envoi est le suivant :

·  Départ : Edendale, Californie (expéditeur : New York Motion Picture Corporation, côte ouest)

·  Arrivée : Leonia, New Jersey (destinataire : New York Motion Picture Corporation, côte est)

Le transport s’effectue en train mais qu’en est-il du conditionnement des pellicules film ? Si l’on en juge par le stockage des films sur la côte est [WHS, Aitken Brothers’ Papers], les boîtes de conditionnement seraient en fer galvanisé.

 

 

·  Traitements de la pellicule sur la côte est (tirage des copies d’exploitation et teintage en laboratoire) :

 

 

–  Arrivée à la New York Motion Picture Corporation, côte est (Leonia, New Jersey) :

La copie positive est réacheminée vers le National Board of Censorship (New York) qui décide si le film peut être exploité en l’état. Si c’est le cas elle autorise un certain nombre de copies à l’exploitation. Sinon elle demande des coupes et le film devra repasser en commission une fois que celles-ci seront effectives.

Deux copies sont envoyées à la Library of Congress qui délivre les certificats de copyright.

 

 

–  Tirage des copies d’exploitation et teintage en laboratoire :

Suite à la décision de la Commission de censure, les copies d’exploitation sont tirées à partir du négatif original puis teintées en fonction des indications reçues de la côte ouest. A en juger par une lettre de notes sur le teintage destinée à la côte est [document : Lettre sur le teintage, B42 – Triangle 0869, Collection Cinémathèque française : « Home », Raymond B. West, 1916], ces opérations de tirage et de teintage seraient effectuées dans un laboratoire de la New York Motion Picture Corporation de Leonia.

Enfin, les copies d’exploitation sont envoyées aux exploitants du réseau Triangle accompagnées du matériel publicitaire (photos d’exploitation, affiches, synopsis, billboards, indications sur la musique d’accompagnement…), tandis que les banquiers conservent le négatif original et une copie positive du film [WHS, Aitken Brothers’ Papers].

 

Conclusion :

Finalement, cette étude des voyages et traitements de la pellicule à la Triangle reflète à son échelle les transformations subies par l’industrie cinématographique américaine en cette période de transition géographique (migration d’une partie de l’industrie de la côte est vers la côte ouest –nouvel Eldorado du cinéma américain, qui deviendra progressivement Hollywood au sens où on l’entend aujourd’hui) et, par corrélation, de bouleversements logistiques.

  

28 janvier 2009

(revu les 2 et 15 mars 2009)

 

 


[1] « Eastman Kodak Co. case », in Annual report of the Federal Trade Commission for the fiscal year ended June 30, 1925, p. 48, disponible ici : http://www2.ftc.gov/os/annualreports/ar1925.pdf

[2] STOKES Melvyn, D. W. Griffith’s the Birth of a Nation, Oxford University Press US, 2008, p. 101.

[3] « 14 000 feet of film as a weekly order » in The New York Times, 19 septembre 1915.

[4] STOKES Melvyn, op. cit., p. 102.

[5] Comme de nombreux documents du fonds, celui-ci présente d’importantes traces de feu et d’eau, conséquences de l’incendie, peut-on penser, ayant eu lieu dans le bâtiment administratif d’Inceville le 16 janvier 1916, et de coupures assez sauvages aux ciseaux par un intermédiaire dans la transmission des archives.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *