Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Alain Carou, pour m’aider à combler une lacune, a bien voulu ces jours-ci me faire tenir le fort numéro de 1895 qu’il a co-dirigé avec Béatrice de Pastre et qui est consacré au Film d’Art (« Le Film d’Art & les films d’art en Europe, 1908-1911 » n° 56 décembre 2008). Livraison d’une très haute tenue et qui est une mine pour l’histoire et l’esthétique, avec une réévaluation bien nécessaire de cette période et de ce type de film.

Il se trouve que ce qui s’y dit du Film d’Art n’est pas sans rapport avec nos questions sur la Triangle américaine, dont la gestation recouvre d’ailleurs pour partie la période (1908-1911) considérée. Par exemple, Christophe Gauthier (« Histoire d’un crime. Vies et mort du duc de Guise », pp. 173-187) relève la série d’accusations portées par les historiens du cinéma contre le Film d’Art et ce qui serait sa théâtralité académique. On retrouve là les réflexes déclenchés par la Triangle et son échec, attribué, on l’a vu, de façon récurrente à ce qui serait le recrutement intempestif d’acteurs de théâtre classique et à leur sur-rémunération. Le travail conduit par Alain Carou et Béatrice de Pastre montre à quel point ce passage par le théâtre, pour accéder au film de fiction tel que nous l’avons connu, est à la fois un mouvement international (en France et en Europe, pour ce qui est de ce travail) et un mouvement complexe, au sein duquel se mêlent et s’entrechoquent des visées tantôt convergentes, tantôt contradictoires.

Mais cette livraison de 1895 comporte un autre article qui nous intéresse au premier chef : celui de Jon Burrows, « Des films d’art britanniques, 1908-1911 » (pp. 225 – 250). Jon Burrows nous parle des films Barker, fondés sur des pièces de théâtre, dans lesquelles joue Sir Herbert Beerbohm Tree.

tree

Nous sommes là en pays de connaissance : Tree est le nom qui revient chaque fois qu’il s’agit d’attribuer au théâtre l’échec de la Triangle. Il faut dire que l’acteur a tout pour déplaire : un titre de noblesse trop frais (il a été anobli en 1909), un nom à rallonge qui sonne comme une anomatopée (c’est un peu le « Crac Boum Hue » de Dutronc) et dont la traduction littérale serait ridicule : « Arbre arbre à bière ». Ajoutez à cela qu’il s’agit d’un acteur shakespearien, dont le grand oeuvre américain pour la Triangle est un Macbeth dont il ne reste rien, pas même une photo. Sa prestation dans Intolérance est non créditée, et sa filmographie fait apparaître un Old Folks at home, d’un certain Chester Whithey (Fine Arts, 1916), qui n’a guère laissé de traces. Les anecdotes fourmillent pour ridiculiser l’acteur, qui ne s’apercevrait pas, par exemple, que les caméras tournent à vide quand il se lance dans un monologue trop long, qu’il refuse de couper, alors que le film ne peut contenir la pièce entière.

Chester Withey, Old Folks at Home, Fine Arts 1916. Coll. Cinémathèque française. D. R. L'acteur du fond est sans doute Tree.
Chester Withey, Old Folks at Home, Fine Arts 1916. Coll. Cinémathèque française. D. R. L'acteur du fond est sans doute Tree, dans le rôle de Coburn père (Coburn fils au premier plan).

Faut-il ajouter qu’évidemment Sir Beerbohm Tree est associé à la compagnie de David Wark Griffith, la Fine Arts, et donc au sérieux, voire à la prétention. Quand Beerbohm Tree arrive à la Triangle, il n’est plus très jeune (il a au moins 58 ans) et il meurt en 1917. Mais par ailleurs, on peut noter que Tree monte à Broadway des pièces pendant l’année 1916, et pas n’importe lesquelles (Henri VIII, Les joyeuses commères de Windsor, Le marchand de Venise. Source Internet Broadway Database), qu’il s’est déjà produit à New York en 1895, 1893 et 1903 : ce n’est donc pas un inconnu du public, et il ne se départit pas de sa qualité d’acteur de théâtre shakespearien. En avril-mai 1917, quelques mois avant sa mort (il meurt début juillet), Tree crée à Broadway une pièce originale : Colonel Newcome. Si stratégie de la Triangle il y a (et tout porte à penser qu’il y a), le recours à Tree a plus d’un ressort.  Certes, il fait partie de cette volonté de porter à l’écran les grands classiques du théâtre,avec ce double objectif d’anoblir le cinéma et de supplanter le théâtre en tant que spectacle vivant (les frères Warner ne feront rien d’autre à la fin des années 20 en passant au sonore pour mieux entrer en compétition avec les concerts et les autres spectacles et pour les supplanter). Mais les représentations new yorkaises permettent aussi d’asseoir encore plus la réputation de l’acteur, et donc celle des films dans lesquels il jour auprès du public à la fois cultivé et nombreux de la Côte Est. Enfin, il est clair que la Triangle vise aussi, à travers Tree, le public anglais (la Western Export, gérée par Roy Aitken, est déjà implantée à Londres).

Là encore, la Triangle n’a rien inventé. Elle suit aux USA avec Tree la ligne ouverte en Angleterre par William G. B. Barker (à ne pas confondre avec Reginald Barker, le second de Thomas H. Ince) qui avait porté au cinéma en 1911 Henry VIII avec l’acteur dans le rôle de Wolsey. Tree récidive en 1914 en enregistrant un Trilby mis en scène par Harold B. Shaw.

https://www.youtube.com/watch?v=g-cgGTBT1ao

Tree  n’est donc pas l’acteur londonien importé par erreur. C’est un acteur de grande réputation, producteur de pièces, enseignant, porteur de toute une culture et d’une aura dont les responsables de la Triangle se servent, mais finalement avec une relative parcimonie, dans deux films : Macbeth (aujourd’hui donné comme perdu), et Old Folks at Home (dont nous n’avons que quelques photos et sur lesquelles Tree ne figure qu’une fois). Et l’objectif final est bien d’américaniser, comme le dit Richard Abel, le cinéma, en profitant de la Première guerre mondiale, au sens où les Américains entendent devenir les premiers producteurs et distributeurs de films au monde. La personne de Sir Herbert Beerbohm Tree est donc à replacer dans la compétition entre l’Europe et les Etats-Unis dans la seconde moitié des années 10 et particulièrement ici entre la Triangle et Pathé (puisque le Tribly de 1914 est un Pathé anglais). C’est donc bel et bien d’une stratégie industrielle, cinématographique, que participe l’acteur anglais quand il vient aux Etats-Unis s’intégrer un tant soit peu à l’équipe supervisée par David Wark Griffith. La répartition n’est plus USA = cinéma et Angleterre = théâtre, mais bien de parts de marché entre les Etats-Unis et l’Europe, la Triangle visant notamment la conquête du marché anglais, quitte à débaucher le premier de ses acteurs de théâtre shakespearien.

Comme le montre précisément Jon Burrows dans son article, Tree avait dans le théâtre anglais déjà « cinématographisé » ses pièces, soit en les raccourcissant (il ôte 47% du texte pour le film de Barker), soit au contraire en les produisant dans des dimensions spectaculaires avec grands décors et masses de figurants. Jon Burrows relève également que Barker n’hésite pas à payer une très forte somme pour obtenir le droit d’enregistrer une production Tree (1000 livres pour quatre heures de travail). Ainsi allait déjà le marché en 1911. En 1915, les frères Aitken (qui ont visiter toutes l’Europe avant de se lancer) ne font que mettre leurs pas dans ceux de leurs prédécesseurs avec une ambition renouvelée. D’une certaine façon (mais seulement d’une certaine façon, car sur bien des points, notamment le tournage en extérieurs, c’est l’inverse), la Triangle est une héritière du Film d’Art français, non en ligne directe, mais sciemment, dans une prise en compte de la concurrence, qu’elle vienne d’Europe ou du théâtre (et les deux ne sont pas entièrement superposables).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *