Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1

Présentation :

On commence ici la publication d’un travail à trois (un article à six mains) sur le périmètre à attribuer, dans l’histoire du cinéma, à la Triangle, à partir des archives conservées à la Cinémathèque française et à la Wisconsin Historical Society, mais aussi à partir des éléments publiés dans la presse de l’époque, et finalement de ce qu’en on dit les historiens. Ce travail a été mené avec deux étudiants, Loïc Arteaga et Matthieu Hervé, le premier réfléchissant sur les modalités de distribution (ce qu’il avait entamé dans un article précédent), le second se penchant sur l’évolution de la structure financière du groupe à partir des archives et de la presse (travail lui aussi amorcé dans un précédent travail). Pour des raisons d’ordre, on commencera par la légende, telle qu’elle est enregistrée dans les archives, on poursuivra par la structure financière étudiée par Matthieu Hervé, on poursuivra par les analyses de Loïc Arteaga pour finir par quelques considérations générales de mon cru. Il s’agit de varier les angles d’observation (les dires d’un proche, les articles de presse, la structure de la distribution…) pour tenter en croisant les éclairages de définir la géographie et l’histoire de cette société aux multiples visages.

Pour expliquer le déroulement du travail, on rappellera que d’une part le terme Triangle recouvre des réalités variées que l’histoire n’a pas toujours mises en évidences, et que d’autre part les règles de catalogage appliquées au fonds français  ont été dépendantes de l’état de l’histoire du cinéma au moment du catalogage. Ainsi par exemple sont dénommés Triangle des films produits par la New York Motion Picture, ou peuvent ne pas être reliés au fonds John E. Allen – Triangle des documents pourtant directement issus de l’activité de la Triangle. C’est donc dans l’effort pour mieux définir le corpus que nos travaux se  poursuivis et on en trouvera ci-dessous une nouvelle étape.

Les souvenirs flottants de Roy Aitken

 

Roy, le frère cadet de Harry E. Aitken, le fondateur déclaré de la Triangle, a été déterminant dans l’acquisition par la Wisconsin Historical Society des archives de Harry après la mort de celui-ci en 1956. Dans les nombreux échanges qui ont eu lieu entre les frères Aitken et l’institution, on trouve une lettre de Roy, en date du 11 décembre 1957, à l’attention du directeur de la WHS, Don McNeil[1]. Roy y passe en revue les entreprises dont son frère avait été le responsable, sans doute pour éclairer les archivistes dans le dédale des dates et des noms, alors que la vente des archives n’a pas encore été réalisée (c’est donc aussi une façon de valoriser ce qui est encore à vendre)[2]. Mais comme de plus ce dédale est réel et que la lettre est écrite quelques cinquante ans après les faits, il faut y regarder à deux fois. Par exemple, sur une page, la Western Film Exchange est fondée « around 1905 » à Milwaukee, mais sur une autre c’est « around 1906 ».  Par ailleurs, Roy semble généreusement attribuer à son frère la création ou la propriété de sociétés qui semblent avoir relevé d’autres responsables[3].

Suivons d’abord la leçon du frère cadet. L’aventure commence donc en 1905 ou 1906 à Milwaukee (pour le siège social) avec la Western Film Exchange, firme spécialisée dans la location de films. En 1907, la société s’implante également à Saint Louis (Missouri) et en 1909 à Joplin (Missouri)[4]. En 1911, ils passent à la production à New York avec la Majestic Motion Picture Corporation qui compte dans ses rangs Mary Pickford et son mari Owen Moore, ainsi que D. W. Griffith, et en 1912 avec la Reliance[5], chargée de produire pour la Mutual les premiers 3, 4 et 5 bobines sous la responsabilité de D. W. Griffith[6]. Mais dans le document en annexe de cette lettre, Roy dit (ce qui est historiquement plus logique) que Reliance est en 1912 chargée de produire pour la Sales Company.

Dans le même temps, Roy affirme qu’ils sont racheté à Kessel et Baumann[7] leurs compagnies pour lesquelles avaient été engagés Ince et Sennett[8]. Après ce rachat, Ince devient responsable des unités Broncho, Domino et Kay Bee (on sait que dans la lutte avec Universal, la marque 101 Bison était restée aux mains de Carl Laemmle), et Griffith de Fine Arts, Sennett conservant Keystone.

En 1913, création de Mutual, qui est une maison de distribution et non de production (précision apportée par Roy), et sous laquelle Roy liste les firmes suivantes, précisant qu’elles sont chargées de la production : Majestic, Reliance, Fine Arts, K.B., Broncho, Domino, Keystone, Thanhouser, American, Mexican Film Corporation, Epoc (sic) Producing Corp.[9], et enfin la Western Import Company[10] (avec des agences à New York, Londres, Paris, Berlin, Rome, Copenhagen et Bruxelles). Roy indique que 35 agences Mutual étaient disséminées sur le territoire américain et qu’il s’agissait là de la première firme américaine de distribution d’ampleur nationale.

1915 est l’année de la création de la Triangle Film Corporation (avec là aussi 35 agences sur le territoire américain, dit l’auteur), et Roy mentionne ensuite sans date la création de Tri-Stone Company qui ne s’occupe que de distribution.

Différentes chronologies superposées :

 

On sait que la presse salue fin juillet 1915 l’association, par l’intermédiaire d’Harry E. Aitken (qui est probablement la source de l’information), de Griffith, Ince et Sennett pour avoir les films dont ils assurent la supervision distribués sous la marque Triangle. Fin septembre, est présenté à New York en avant-première le premier programme (un Fine Arts, un Kay Bee et deux Keystone) hebdomadaire de la Triangle, mais la distribution régulière (quatre film par semaine) ne commence dans la même ville que début novembre. Le rythme est maintenu pendant un an, puis connaît de sérieuses fluctuations (détail à partir des listes). Ces listes permettent toutefois d’établir de façon assez fiable la durée de vie exacte de la Triangle (sous ses différentes formes) et sa nature.

Mais on sait par ailleurs d’autres choses. Tout d’abord que l’accord des trois superviseurs a dû être précédé d’un accord entre les producteurs, nommément Aitken, Kessel et Baumann, Sennett. Ensuite que l’association n’a rien de bien nouveau puisque Griffith et Sennett étaient déjà associés du temps de la Biograph, et que Ince a fait partie (comme Sennett), avec Kessel et Baumann, de l’aventure Mutual, qui a précédé la Triangle. Si l’on voulait résumer l’opération, on pourrait dire qu’Aitken assure la collecte de fonds,  le tirage des copies et la distribution à partir de New York, pour le Nord Est des Etats-Unis (là où se trouve majoritairement le public), et pour le reste du monde à travers Western Import et son bureau de Londres, pendant que les trois superviseurs s’installent plus confortablement (les trois font reconstruire leur studio du temps de la Triangle) sur la Côte Ouest pour y tourner, dans des espaces encore vierges, les films à distribuer. L’intérêt de l’association à trois est au moins double. Tout d’abord ils sont complémentaires, Griffith pour le drame moderne, Ince pour le western et Sennett pour la comédie (ce qui n’interdit pas les chevauchements – Ince ne supervise pas que des westerns – ou les emprunts –Sennett parodie volontiers le drame griffithien). Ensuite, chacun vient avec son équipe (on pourrait dire sa troupe) : administrateurs, réalisateurs, acteurs, techniciens, mais aussi locaux (chacun dispose de son studio) et c’est en cela que leur association préfigure, mais sous une forme encore incomplète[11], les grands studios des années 20.

A l’automne 1915, en dehors de l’association, du logo et du programme hebdomadaire de quatre films[12], la seule nouveauté déclarée est le recrutement de Douglas Fairbanks senior qui apparaît dans The Lamb, film vedette du premier programme Triangle. Il est le seul apport vraiment neuf d’importance du point de vue artistique, même s’il ne faut ni sous-estimer ni surestimer le recrutement de nouveaux acteurs principaux issus, comme lui, du théâtre ou de Broadway. D’autres talents pointent (Tod Browning, Allan Dwan, Frank Borzage…), mais c’est surtout après le départ ou le retrait des caciques initiaux, comme si la Triangle devenait quelque chose de particulier quand ses fondateurs cèdent la place.

Fin juillet 1915 est donc la date officielle de la naissance de la Triangle, celle de l’accord des trois superviseurs. Mais on sait aussi que la naissance de la Triangle est en partie due aux difficultés rencontrées par Aitken au sein de la Mutual, en lien ou non avec la production et l’exploitation de Birth of a Nation de Griffith. Il a donc d’abord fallu qu’Aitken quitte la Mutual, où il avait rôdé un certain nombre des moyens qu’il met en œuvre avec la Triangle. Il a fallu aussi, et cela n’est pas allé de soi, que Kessel et Baumann ne fassent pas alliance avec Laemmle à Universal[13] et qu’ils rejoignent hors la Mutual et hors Universal Aitken, ce qui ne s’est fait que dans un deuxième temps, après un passage par Universal[14]. Les choses ne se sont donc pas faites en un jour, et on a d’ailleurs de signes de grippage entre avril et juin 1915 dans la machine : certains films voient leur tournage suspendu, d’autres leur expédition sur la côte Est retardée. Un film d’ordinaire tourné en quelques jours prend plusieurs mois. J’y vois le signe des manœuvres d’Aitken aîné pour sortir de la première association et pour s’assurer des produits à distribuer rapidement à la rentrée 1915 : il semble ainsi qu’il ait réussi à persuader Sennett de ne plus livrer ses films à Mutual mais de les mettre en réserve pour une distribution Triangle ultérieure, à l’automne 1915.

Enfin, les différentes appellations Triangle ne rendent pas (tout à fait) compte de l’histoire mouvementée de la firme qui connaît des difficultés dès les premiers mois d’exploitation (celle commence en novembre 1915 et on a écho de problèmes dès janvier 1916). La question du financement de la firme et de son fonctionnement n’est pas des plus claires. Triangle n’est pas officiellement le producteur (les entités précédentes demeurent : Majestic – Reliance, New York Motion Pictures, Keystone), mais elle injecte de l’argent dans les « marques » Fine Arts, Kay Bee et Keystone puisque c’est bien à l’époque de la Triangle que chacun rénove profondément ses installations pour les porter au niveau requis par le nouveau système de distribution. On sait également qu’Aitken aîné lève des fonds à New York, et il est d’ailleurs probable que l’avant-première de septembre 1915 a aussi cette fonction. Il y a des actions Triangle, dont le cours d’ailleurs varie vite et vers la descente dès décembre 1915. On a parlé d’une action nouvelle et importante des banques pour assurer la solidité initiale de l’ensemble. La seule trace attestée qu’on connaisse est un prêt de 500 000 dollars, consenti le 5 novembre 1915, soit deux jours avant le démarrage du nouveau programme de films Triangle. Ce prêt vient tard (les opérations sont réputées avoir été lancées fin juillet et il a bien fallu travailler depuis lors pour pouvoir présenter au public les tout nouveaux films de l’avant-première de septembre), et il se fait, comme on le verra, dans des conditions draconiennes.


[1] Aitken Papers, Wisconsin Historical Society, Correspondence 1.

[2] Le document est en trois parties : la lettre proprement dite (1 page), une recension des différentes firmes (2 pages)  et  une présentation de Epoch (1 page). La lettre est à en-tête Roy E. Aitken avec comme raisons sociales Keystone Film Company, Producer and Distributor of Birth of a Nation, Keystone Comedies, Keystone Cops, Agent for Mutual, Keystone, Triangle Film Library.

[3] Il ne fait pas de doute que Roy pratique dans ce document le « name dropping » pour impressionner son lecteur et donner plus de valeur historique et financière aux documents qu’il propose de céder.

[4] Ce changement de lieu à l’intérieur du même état n’est pas commenté par Roy.

[5] Reliance a été fondé en 1910 par Kessel et Baumann, auxquels Aitken le rachète en 1911 ou 1912.

[6] Roy ici anticipe quelque peu : Griffith ne vient à Reliance-Majestic qu’en 1914 (il est encore à la Biograph en 1913).

[7] On sait que les deux producteurs  avaient également au départ comme partenaire Balshofer, mais ce dernier n’est, à notre connaissance, jamais cité dans les relations avec Aitken et la Triangle (il n’est pas signataire des accords).

[8][8] Ince a été recruté en novembre 1911 et Sennett à l’été 1912 (Steven Higgins). Higgins précise que le premier cinq bobines d’Ince, The Battle of Gettysburg, est NYMP et distribué le 1er juin 1913.

[9] Roy précise : « dist. of Birth of a Nation ». Il corrige sur une autre page avec Epoch et en disant que la firme s’est aussi occupée d’exploiter, de distribuer et de vendre le film. On est alors en 1915. Le film a été produit par Harry E. Aitken et Griffith. Il sera exploité avec grand succès sur le mode du « road show » (projection exceptionnelle à l’unité avec orchestre), à l’exception de Boston, région pour laquelle Louis B. Mayer obtient le seul « state right » concédé pour les Etat-Unis. On verra réapparaître un an plus tard le même Louis B. Mayer, comme en embuscade.

[10] Un changement de nom (exchange devient company) depuis la création initiale de l’agence de location de films en 1905-1906. On sait que Roy était spécialement chargé de l’agence de Londres, qui est la tête de l’ensemble.

[11] L’incomplétude semble double : tout d’abord chaque unité reste indépendante, avec des régimes de propriété au départ différents (Majestic-Reliance, NYMP, Keystone), ensuite la Triangle ne dispose pas d’un réseau de salles de cinéma. C’est ce qui fera la différence avec Universal et Paramount. On pourrait ajouter une hésitation sur la stratégie : pendant qu’on cherche à monter des programmes hebdomadaires obligatoires pour les salles sous contrat, Griffith et Ince s’investissent, hors Triangle, en 1916 dans des films d’exception  à distribuer sur le mode du « road show ». Mais il me semble que ce troisième point relève du premier : un manque de leadership assumable par Aitken sur ses associés.

[12] On sait que ce programme était contraignant pour les producteurs (il fallait assurer la livraison hebdomadaire), pour les exploitants qui étaient au départ sous contrat exclusif et ne pouvait ni changer le programme ni louer ailleurs. Il était aussi contraignant pour Griffith et Ince qui ne peuvent (ou ne veulent) y inscrire leur grand œuvre de 1916, Intolérance pour la premier et Civilization pour le second, qui sont produits et exploités sur le modèle de Birth of a Nation (sur le mode du « road show », proche de la gestion des représentations théâtrales). On verra un peu plus loin que la programmation hebdomadaire est liée aux remboursements, eux aussi hebdomadaires, de l’emprunt contracté auprès des banquiers.

[13] Charles Baumann est le premier président d’Universal.

[14] On ne sait pas ce qui a décidé Kessel et Baumann à quitter Laemmle  pour Aitken.


Une réflexion au sujet de « Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *