Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

LES DIFFERENTES FORMES ET PHASES DE DISTRIBUTION DES FILMS TRIANGLE

 

La liste officielle des films distribués par la Triangle – document « Triangle Film Corporation’s releases » (Cote : TRIANGLE 1829 / T 3092, Boîte 92 du fonds John Allen/Triangle de la Cinémathèque française)[1] – atteste d’un total de 635 films distribués[2] par la Triangle aux États-Unis du 7 novembre 1915 au 31 août 1919.  

Le détail de l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle présenté dans cette liste  permet d’éclaircir les différentes formes successives de la Triangle sous ses différentes appellations (les cinq « marques »)  ainsi que leurs caractéristiques sans toutefois balayer toutes les zones d’ombre. Il nous semble donc important de revenir en détails sur ces différentes formes et phases de distribution de la Triangle pour essayer d’en tirer une synthèse la plus complète possible, quitte à répéter certains points déjà abordés précédemment.

Les différentes appellations rencontrées tout au long de nos recherches laissaient supposer une distribution des films Triangle relativement simple à identifier ; à savoir un premier sous-ensemble constitué par les « marques » Triangle-Fine Arts (Griffith), Triangle-Kay Bee (Ince) et Triangle-Keystone (Sennett) progressivement remplacé par un second sous-ensemble Triangle tout court et Triangle Comedy (la première « marque » pour pallier les départs successifs de Griffith et Ince, la seconde le départ de Sennett). Or l’analyse de la liste officielle des films distribués par la Triangle révèle des phases de distribution plus complexes, difficilement datables et identifiables en raison de combinaisons nombreuses qui, de plus, ne se succèdent jamais de manière franche et définitive[3]. Toutefois, voici les grandes tendances que l’on observe :

1. La formule de base : Triangle-Fine Arts/Triangle-KayBee/Triangle-Keystone

 

Le « programme Triangle » – pour reprendre le nom qu’on lui attribue dans les différents documents – débute le 7 novembre 1915 au rythme de quatre films distribués par semaine : deux longs-métrages de 5 bobines, un Triangle-Fine Arts supervisé par Griffith[4] et un Triangle-Kay Bee supervisé par Ince, couplés avec deux courts-métrages Triangle-Keystone de 2 bobines[5] supervisés par Sennett. A l’exception de la semaine du 20 février 1916 où seulement trois films sont distribués (un seul film Keystone au lieu de deux, du fait que le film Kay Bee – Peggy – fait exceptionnellement 7 bobines au lieu de 5), cette formule de base, véritable marque de fabrique du programme de distribution de la Triangle, n’est maintenu de manière consécutive que jusqu’à la semaine du 14 mai 1916 incluse, soit pendant seulement 28 semaines.

2. La fluctuation des films Triangle-Keystone et l’apparition des films Triangle Comedy (2 bobines)

Il succède alors une période d’alternance entre ce premier programme et un second qui voit dès la semaine du 21 mai 1916 les premiers films Triangle Comedy (2 bobines)  apparaître et remplacer partiellement (un film) ou totalement (deux films) les films Triangle-Keystone.

Contrairement à ses trois aînés (Triangle-Fine Arts, -Kay Bee, -Keystone) qui sont non seulement des labels de distribution de la Triangle mais aussi et surtout des sociétés de productions autonomes, Triangle Comedy n’est qu’une marque de distribution, voire une sous-marque puisqu’on remarque que dans sa première manière toutes ces comédies sont en réalité des productions Fine Arts ou Kay Bee deux bobines distribuées sous le label Triangle Comedy. Cette affirmation trouve son origine dans la liste officielle des films distribués par la Triangle qui présente The Mystery of the Leaping Fish (1916) comme un film Triangle Comedy alors que jusque là tout portait à croire qu’il s’agissait d’un film Triangle-Fine Arts de part son réalisateur (John Emerson), sa rédactrice en chef des intertitres (Anita Loos) et surtout sa star (Douglas Fairbanks) qui relèvent tous de l’équipe de Griffith. Toutefois à y regarder de plus près, deux éléments essentiels le démarque du modèle Triangle-Fine Arts : son format (2 bobines au lieu 5) et son sujet comique (l’histoire abracadabrante d’une enquête menée par un détective privée dont on apprend au final qu’il ne s’agissait que d’un pitch que Douglas Fairbanks présente à un responsable du département scénario qui s’empresse de le refuser !). Ce film pour le moins curieux aurait pu constituer un simple cas à part mais en y regardant de plus près, les treize autres films de cette période estampillés Triangle Comedy présentent les mêmes caractéristiques, à savoir : un format 2 bobines, des sujets comiques et les mêmes équipes que pour les longs-métrages 5 bobines (la star William Collier et le réalisateur Scott Sidney pour les deux comédies produites par Kay Bee ; les stars De Wolf Hopper ou Fay Tincher, les scénaristes Anita Loos, Roy Somerville,… et les réalisateurs Edward Dillon, Tod Browning,… pour les onze comédies produites par Fine Arts). Il s’agit donc bel et bien de films comiques 2 bobines produits par Fine Arts ou Kay Bee mais distribués sous le label Triangle Comedy. On retrouve aussi cela dans la presse d’époque, comme par exemple dans The Motion Picture News qui annonçait fin mai 1916[6] la production inédite d’une série de courts-métrages au sein des studios Fine Arts qui seraient réalisés à intervalles réguliers par les réalisateurs habituels du studio avec les mêmes stars que celles des longs-métrages Fine Arts 5 bobines. La raison invoquée dans cet article serait une demande insistante de la part des exploitants en sujets plus courts pouvant être joués en connexion avec les longs-métrages 5 bobines.

Ce manque de films Triangle-Keystone ne semble à priori pas lié à une quelconque difficulté du studio à maintenir le rythme de deux courts-métrages distribués par semaine mais plutôt la conséquence d’une volonté d’indépendance de Sennett vis-à-vis de la Triangle[7].  C’est d’ailleurs à cette période, le 15 juillet 1916 plus précisément, qu’on annonce dans l’Hebdomadaire Triangle[8] que Sennett prend des vacances et retourne un temps à New York. La durée exacte de ce séjour n’est pas mentionnée mais on précise, sans doute pour rassurer les exploitants, qu’il s’agit d’une « visite-éclair » et que le directeur des studios Keystone retournera rapidement sur la côte ouest pour revoir, monter et approuver les films réalisés durant son absence. Il est donc fort possible que ces vacances se soient prolongées, ce qui expliquerait ce net relâchement de la production Keystone.

Quoiqu’il en soit, ce recours aux films Triangle Comedy produits en parallèle des longs-métrages par Fine Arts et Kay Bee semble trop soudain et contraignant pour y remédier et fonctionner comme il se doit sur la durée.

Par conséquent, une seule comédie est distribuée la semaine du 22 octobre 1916 portant pour la première fois le nombre de films Triangle distribués à trois, tout en annonçant la pénurie de comédies à venir.

  

3. L’effondrement de la production Triangle (disparition des comédies, problèmes financiers)

 

Dès la semaine suivante (celle du 29 octobre 1916), la tendance s’aggrave puisqu’on passe à seulement deux films Triangle distribués par semaine (un Fine Arts et un Kay Bee). Plus aucune comédie n’est distribuée ; il en sera ainsi pendant 11 semaines. Cela s’explique à la fois par l’impossibilité des sociétés Fine Arts et Kay Bee à produire des courts-métrages 2 bobines pour le compte de la Triangle Comedy en plus de leurs longs-métrages 5 bobines, mais aussi par un arrêt momentané de la distribution de films Keystone. Comme invoquée précédemment, cet arrêt de la production Keystone semble être la conséquence directe de la volonté d’indépendance de Sennett vis-à-vis de la Triangle.

Mais cette nette diminution de la production Triangle semble surtout liée aux difficultés financières qu’elle rencontre. Rappelons que c’est justement en octobre 1916 que les banquiers demandent la restitution des sommes qu’ils ont investi et qu’Harry E. Aitken est contraint de racheter la NYMP à ces anciens associés Kessel et Baumann[9]. Cette période marque aussi la fin de parution de l’hebdomadaire Triangle. Ces difficultés financières se retrouvent d’ailleurs mentionnées en filigrane dans un article paru dans le dernier numéro datant du 14 octobre 1916 avant l’annulation de sa parution[10]. De retour à Los Angeles après une visite prolongée à New York (ce qui en soi, n’augure déjà rien de bon), Ince et Sennett tentent de rassurer la presse californienne inquiète sur le devenir de la Triangle. Leurs propos recueillis par le Los Angeles Examiner sont repris dans l’hebdomadaire Triangle pour rassurer à leur tour les exploitants. Ince atteste entre autre que les rumeurs annonçant la dissolution de la Triangle ne sont que des balivernes, que la Triangle n’a jamais été en aussi bonne condition financière (sic) et qu’aucune fusion n’a eu ou n’aura lieu. Il affirme enfin qu’il continuera la production de films pour la distribution Triangle, tout comme Griffith et Sennett[11]. Sennett précise toutefois une nuance de taille dans la nouvelle organisation de la Triangle, à savoir que les comédies Keystone continueront à être distribuées par la Triangle mais sans limitation. N’importe quel exploitant pourra ainsi présenter une comédie Keystone sans forcément intégrer le programme Triangle qui va avec, comme c’était le cas jusqu’à présent[12].

  

4. Une relance de la production Triangle : le retour des comédies Triangle-Keystone  et les nouveaux films Triangle Comedy (1 bobine)

 

Ces bouleversements logistiques et financiers entrainent une nouvelle organisation de la Triangle marqué par l’arrivée de nouveaux investisseurs. Cette relance de la production Triangle se ressent dès le début de l’année 1917 qui voit le retour des comédies. Viennent s’ajouter aux deux longs-métrages (Fine Arts et Kay Bee), deux films Triangle Comedy à partir du 14 janvier complétés par un film Triangle-Keystone dès le 11 février. Au final, cinq films Triangle sont distribués chaque semaine.

Bien que le nom de la marque demeure inchangé, ces nouveaux films Triangle Comedy se révèle très différents de leurs aînés. Ils ne font plus qu’1 bobine au lieu de 2[13] et surtout ces films ne sont plus produits par Fine Arts et Kay Bee mais par Keystone comme en attestent les documents de production identiques à ceux utilisés pour les films Triangle-Keystone (le mot « Keystone » est simplement barré et remplacé par « Triangle-Komedy »)[14], ainsi que la présence au générique de nombreux acteurs (Al St. John, Harry McCoy, Claire Anderson, Raymond Griffith, Juanita Hansen,…) et réalisateurs (Charles Avery, Arvid Gillstrom, Harry McCoy, Reggie Morris,…) provenant des productions Keystone. Certains films (les premiers semblent-ils) sont même parfois supervisés par Mack Sennett. Après avoir été une sous-marque de Fine Arts et Kay Bee, Triangle Comedy devient donc une sous-marque de la Keytone, ce qui se révèle finalement plus logique compte tenu du format et des sujets adoptés.  

5. Une nouvelle organisation de la Triangle (1) : le départ de Griffith, la fin des films Triangle-Fine Arts / l’arrivée de H. O. Davis, l’apparition des films Triangle

Des trois superviseurs des productions Triangle, D. W. Griffith est, semble-t-il, le seul à ne pas se rendre à New York en octobre 1916 pour faire le point sur le devenir de la Triangle au moment où elle connaît de gros problèmes financiers. Bien qu’Ince l’intègre dans le projet d’avenir de la Triangle dans ses propos à son retour à Los Angeles, l’absence de Griffith est significative de son désintérêt et annonce à nouveau clairement son intention de quitter la Triangle[15]. Finalement, ce n’est que le 11 mars 1917[16] que Griffith met fin à son contrat, marquant par la même occasion la fin de la production Triangle-Fine Arts. Le dernier film du label – Might and the Man – est quant à lui distribué le 6 mai 1917.

Le départ de Griffith en mars 1917 coïncide avec l’arrivée de H. O. Davis. Nommé vice-président de la Triangle Film Corporation, ce dernier intègre les studios Kay Bee à Culver City où il dirige une nouvelle branche de la production nommée simplement Triangle. Cette production Triangle est conçue pour pallier l’arrêt de la production Fine Arts. Le premier film Triangle est ainsi distribué le 1er avril 1917, où il remplace justement l’absence momentanée de film Triangle-Fine Arts. Puis à partir du 13 mai, semaine suivant la sortie du dernier film Fine Arts, ce nouveau label Triangle prend définitivement le relais. Toutefois, la production n’est pas encore stable. A la base fixe de courts-métrages constituée de deux films Triangle Comedy et un Triangle-Keystone, le programme Triangle alterne ainsi des semaines avec deux longs-métrages Triangle-Kay Bee, d’autres avec deux longs-métrages Triangle et des semaines avec un film de chaque label sans que l’on sache si cette distribution aléatoire est due au caractère encore balbutiant de la jeune production Triangle ou aux premiers signes de la fin imminente de la production Triangle-Kay Bee. Mais il s’agit sans doute d’une combinaison de ces deux facteurs.

Contrairement au départ de Griffith qui mis un terme à la production Triangle-Fine Arts, les départs successifs d’Ince (mai 1917) et de Sennett (juin 1917) n’empêchent pas les productions Triangle-Kay Bee et Triangle-Keystone/Triangle Comedy de subsister même si cela se fait au prix d’une sérieuse restructuration.  

6. Une nouvelle organisation de la Triangle (2) : le départ de Sennett

Bien qu’il fût le premier à se révolter contre le système début 1916, Mack Sennett est curieusement le dernier superviseur à quitter la Triangle. Son départ a lieu en juin 1917 lorsqu’il signe avec la Paramount[17]. Les derniers films qu’il supervise sortent sur les écrans américains en août. Toutefois, les productions Triangle-Keystone et Triangle Comedy se poursuivent. Mais alors que les équipes de la Triangle Comedy demeurent sensiblement identiques, hormis quelques nouveaux venus[18], celles des productions Keystone changent considérablement. Ainsi, les films Triangle-Keystone sortis à partir d’octobre 1917 sont tous réalisés par de nouveaux réalisateurs (William Beaudine, Charles Avery, Reggie Morris, Herman Raymaker,…[19]) et contrôlés par de nouveaux superviseurs (Jimmie Clemmens, Clarence Ludy, Jack Stafford,…), appartenant tous en réalité au label Triangle Comedy. Bien que les deux marques (Triangle-Keystone et Triangle Comedy) conservent leurs noms respectifs, plus rien ne semble les démarquer au niveau du personnel employé.

  

7. Une nouvelle organisation de la Triangle (3) : le départ d’Ince et la fin des films Triangle-Kay Bee

 

Thomas H. Ince, quant à lui, signe avec l’Artcraft, une filiale de Paramount, en mai 1917. Conformément à ses engagements avec la Triangle, il doit normalement continuer jusqu’en mai 1918 à superviser la production Triangle-Kay Bee mais, dès novembre 1917, il ne s’occupe pratiquement plus que de la production Artcraft[20].

Peu de temps après l’annonce du départ d’Ince, la production Kay Bee est stoppée pendant une longue période. En conséquence, aucun film Triangle-Kay Bee n’est distribué pendant quatre mois (du 1er juillet au 4 novembre 1917). Pour pallier ce manque, la production Triangle dirigé par H. O. Davis passe alors d’un à deux films par semaine. A cette occasion, on débauche un ancien réalisateur vedette de la Triangle-Fine Arts, Allan Dwan[21], pour superviser ce surplus de film Triangle. La production du label Triangle se divise donc de la manière suivante : un premier long-métrage supervisé par H.O. Davis pour pallier l’absence de film Triangle-Fine Arts et un second long-métrage supervisé par Ince au début puis par Allan Dwan pour pallier l’absence de film Triangle-Kay Bee.

Après cette longue absence, les films Triangle-Kay Bee reprennent à partir du 11 novembre mais, Ince s’occupant désormais principalement de la production Artcraft, ils sont alors théoriquement contrôlée par Ince mais supervisée en réalité par Allan Dwan qui délaisse un temps la supervision des films Triangle avant de reprendre son poste début 1918. Hormis quelques acteurs de moindre importance toujours présents, cette dernière vague de films Triangle-Kay Bee n’a plus grand-chose à voir avec la marque d’origine puisque partent avec Ince la plupart des metteurs en scène qu’il a formé (Reginald Barker, Charles Giblyn, Scott Sidney, Charles Swickard, Raymond B. West,…) et les plus grandes stars qu’il a découvert (William S. Hart, Charles Ray, Enid Bennett, Dorothy Dalton,…). L’équipe de ces derniers films Triangle-Kay Bee est finalement celle du label Triangle, d’où le fait qu’ils soient supervisés par Allan Dwan[22]. La production Kay Bee vit alors ses derniers instants avant de disparaître définitivement à la rentrée 1918.

De décembre 1917 à mai 1918, une poignée de longs-métrages 7 bobines supervisés par Ince[23] semblant tout droit sortis de la marque Kay Bee[24] apparaissent sur les écrans mais ces films furent en réalité produits par de petites sociétés formées au sein de la Triangle, telles que Paralta Plays, Selexart Pictures, A. H. Jacobs Photoplays, etc… En raison du démembrement de la Triangle Distributing Corporation, ils ne furent pas distribués par la Triangle mais par d’autres sociétés de distribution, comme la W. W. Hodkinson Corp. fondée par W. W. Hodkinson, dissident de la Triangle, ou encore State Rights, Paramount Pictures Corp., Famous Players-Lasky Corp.,…[25].  

8. Une ultime réorganisation suivi d’un déclin progressif (fin des comédies Triangle Comedy et Triangle-Keystone)

 

Créer pour pallier l’arrêt de la production Triangle-Fine Arts, la production Triangle remplace à son tour définitivement la production Triangle-Kay Bee à partir de début 1918.  Toujours couplé avec deux courts-métrages Triangle Comedy et un Triangle-Keystone, le programme Triangle se maintient ainsi à cinq films distribués par semaine.

Mais, malgré cette ultime tentative de réorganisation de la chaîne de production, l’année 1918 annonce la fin de la Triangle dont la production ne cesse de diminuer de façon constante. Les films Triangle Comedy disparaissent le 17 mars puis c’est au tour des films Triangle-Keystone dès le 9 juin.

  

9. La fin de la distribution Triangle

 

A partir du 9 juin 1918, ne subsistent que deux films du label Triangle distribués par semaine. Puis après une semaine sans sortie de films (semaine du 25 août), la distribution reprend avec seulement un film Triangle par semaine[26] avant une nouvelle interruption de quatre semaines (du 27 octobre au 17 novembre) puis une ultime reprise de 40 semaines, toujours avec un seul film Triangle par semaine du 24 novembre 1918 au 31 août 1919 date à laquelle est distribué le dernier film Triangle, Three Black Eyes.

Par la suite l’activité de la Triangle se limite à une activité de ressorties (débutées dès mars 1919), principalement de courts-métrages Triangle-Keystone, et de rééditions (version remontée du film original) de certains de ses longs-métrages sur la période du 7 septembre 1919 au 14 mars 1920. Mais les dossiers d’archives du fonds de la Cinémathèque française indiquent des dates de ressortie postérieures à cette période. Ceci indique d’une part que cette liste officielle de la distribution des films Triangle ne continue pas au-delà de mars 1920 car elle fut sans doute élaborée à ce moment-là, et d’autre part que la Triangle continue ces deux activités bien après et ce probablement jusqu’au 15 janvier 1923, date à laquelle la Triangle cède officiellement les droits de ses films (négatifs, copies, histoires et scénarios) à la Tri-Stone qui prendra alors le relais des ressorties et rééditions du catalogue Triangle.

Finalement l’étude de la distribution des films Triangle Film Corporation nous montre que ces différentes phases reflètent la vie tumultueuse de la firme et nous permet d’éclaircir certains de ses grands bouleversements.



[1] Cf. article « A la cote T 3092, on trouve… » de Marc Vernet publié précédemment.

[2] Cette liste indique uniquement les films distribués par la Triangle, ce qui implique deux choses : d’une part la présence de quelques films produits par une autre société de production que la Triangle mais distribués par celle-ci (notamment quatre films – Lady Windermere’s Fan, Dombey and Son, The Lyons Mail et Her Greatest Performance – produits par la société de production anglaise Ideal Film Company en 1916-1917 et distribués aux États-Unis par la Triangle en 1919) ; d’autre part l’absence de films produits par la Triangle car distribués par une autre société (par exemple : The Cold Deck, William S. Hart, 1917, produit par Triangle-Kay Bee/New York Motion Picture mais distribué par les sociétés de distribution State Rights et S. A. Lynch Enterprises). Le nombre de films concernés par ce dernier cas de figure n’étant apparemment pas si important, il semblerait que le nombre de films produits par la Triangle ne soit guère plus conséquent que celui des films qu’elle a distribués.

En outre, Jean Mitry dans sa Filmographie Universelle (Tome 6, IDHEC, 1966, p. 219) indique que le succès des premiers films mettant en scène William S. Hart pousse la Triangle à ressortir courant 1915 six de ses anciens films produits par Kay Bee-Broncho entre 1914 et 1915 sous un nouveau titre et souvent dans de nouvelles versions remaniées et augmentées. Toutefois la liste officielle des films distribués par la Triangle ne permet pas de confirmer cela.

Rappelons que Jean Mitry est le premier à effectuer un travail conséquent sur Thomas H. Ince. Dès 1956 il publie à la Cinémathèque Française une plaquette très détaillée sur l’auteur ainsi qu’une monographie de référence Thomas H. Ince : Maître du cinéma à l’occasion d’une rétrospective Ince organisée par Henri Langlois. D’ailleurs, il est probable que Mitry soit celui qui réceptionne le fonds d’archives John E. Allen/La Triangle à la Cinémathèque en juin 1962 et commence à établir un premier catalogage des documents avant le catalogage intégral du fonds effectué par la Bibliothèque du film entre 1994 et 1996.

[3] Cf. tableau récapitulatif détaillant ces différentes phases de distribution des films Triangle (Triangle’s Releases).

[4] Il semble peu probable que Griffith ait eu le temps de superviser tous les films Triangle-Fine Arts produits pendant la période de tournage d’Intolerance (d’octobre 1915 à avril 1916).

[5] A l’exception des films A Submarine Pirate et My Valet, deux tentatives sans suite expérimentées dans les premières semaines du programme Triangle de moyen-métrage comique de 4 bobines.

[6] The Motion Picture News, 20 mai 1916, p. 3041.

[7] Il est curieux de constater que Sennett soit le premier des trois superviseurs à se révolter contre la Triangle sachant qu’il sera finalement le dernier à quitter la firme en juin 1917.

[8] « Mack Sennett pays flying visit to New York: Head of Keystone Studios comes east for a very brief vacation » in The Triangle, Hebdo N°2 p. 97, 15/07/1916.

[9] Cf. article « A la cote T 3092, on trouve… » de Marc Vernet publié précédemment.

[10] « Ince and Sennett arrive at Los Angeles full of praise for Triangle :  Noted producers remark Corporation prosperity and prophesy magnificent future to West Coast Papers » in The Triangle, Hebdo N°2 p. 205, 14/10/1916.

[11] Ince : « I understand it has been rumored out here that the Triangle is about to disband. I cannot imagine whence such twaddle came, but I can say that the Triangle never has been in better financial condition. And despite assertions to the contrary, the theatres of the country are doing fine business. There has been no merger of the Triangle with any other interests, nor will there be. I am going to continue the making of plays for distribution through the same channels as heretofore, and so are Mr. Griffith and Mr. Sennett ».

[12] Sennett : « Keystone comedies will continue to be released by the Triangle, but unrestricted. In other words any exhibitor can get a Keystone comedy regardless of what program or pictures he may be using. Heretofore under the former arrangement with Triangle, none of these pictures could be shown off the regular program. (…) ».

[13] D’où la distribution de deux films Triangle Comedy par semaine afin d’égaler la durée (2 bobines) du film Triangle-Keystone.

[14] Cf.  Complete production report du film Triangle Comedy « The Grab Bag Bride », Ferris Hartman, 1916 (B34 – Triangle 0694, Collection Cinémathèque française).

[15] Rappelons que d’après Guila Kessous les archives D. W. Griffith au MoMa (New York) contiennent un brouillon d’une lettre de démission de Griffith adressée à Reliance Motion Picture Corp. le 8 juin 1916. Bien que cette lettre fut non effective (elle n’est pas signée et Griffith continua pendant neuf mois à superviser les films Fine Arts pour la Triangle), elle annonce très tôt la volonté de Griffith de mettre fin à son contrat avec la Triangle.

[16] Lillian Gish: A Life on Stage and Screen, Stuart Oderman, McFarland & Company, 1999, p.70.

[17] Filmographie Universelle Tome 7, Jean Mitry, IDHEC, 1967, p. 163.

[18] Les acteurs Jay Dwiggins , Earl Rodney… et le réalisateur Henry Kernan.

[19] Avant le départ de Sennett, il semblerait qu’ils étaient assistant réalisateur.

[20] Filmographie Universelle Tome 6, Jean Mitry, IDHEC, 1966, p. 245.

[21] On lui doit notamment les films The Good Bad Man, The Habit of Happiness, The Half-Breed et Manhattan Madness avec Douglas Fairbanks.

[22] Cette reprise de la production Triangle-Kay Bee est pour le moins curieuse sachant qu’elle fut stoppée et remplacée pendant plusieurs mois et qu’elle reprend pratiquement sans Ince et sans son personnel spécifique. Il s’agit peut être en réalité de simples films Triangle distribués sous le label Triangle-Kay Bee pour leurrer le spectateur en donnant l’illusion du prestige de la marque et de son superviseur.

[23] Notamment Those who Pay, Madam Who et Within the Cup tous trois avec Bessie Barriscale mais aussi The Guilty Man, Carmen of the Klondike, Her Fighting Chance,…

[24] On retrouve en effet les mêmes réalisateurs (Raymond B. West, Reginald Barker, …), scénaristes (C. Gardner Sullivan, J. G. Hawks, Monte M. Katterjohn,…) et acteurs (Bessie Barriscale donc mais aussi Howard Hickman, J. Barney Sherry, Clara Williams…).

[25] Filmographie Universelle Tome 6, Jean Mitry, IDHEC, 1966, p. 247.

[26] Sachant que la distribution Triangle retombe à un film par semaine et ce jusqu’à l’arrêt total de la production, il est possible qu’H. O. Davis supervise alors seul la production des derniers films du label. Mais jusqu’à présent aucun élément n’a permis de confirmer un éventuel départ d’Allan Dwan. Il est donc possible que les deux superviseurs de la production Triangle soient restés jusqu’au bout.


Une réflexion au sujet de « Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *