Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

LES DIFFERENTES FORMES ET PHASES DE DISTRIBUTION DES FILMS TRIANGLE

 

La liste officielle des films distribués par la Triangle – document « Triangle Film Corporation’s releases » (Cote : TRIANGLE 1829 / T 3092, Boîte 92 du fonds John Allen/Triangle de la Cinémathèque française)[1] – atteste d’un total de 635 films distribués[2] par la Triangle aux États-Unis du 7 novembre 1915 au 31 août 1919.  

Le détail de l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle présenté dans cette liste  permet d’éclaircir les différentes formes successives de la Triangle sous ses différentes appellations (les cinq « marques »)  ainsi que leurs caractéristiques sans toutefois balayer toutes les zones d’ombre. Il nous semble donc important de revenir en détails sur ces différentes formes et phases de distribution de la Triangle pour essayer d’en tirer une synthèse la plus complète possible, quitte à répéter certains points déjà abordés précédemment.

Les différentes appellations rencontrées tout au long de nos recherches laissaient supposer une distribution des films Triangle relativement simple à identifier ; à savoir un premier sous-ensemble constitué par les « marques » Triangle-Fine Arts (Griffith), Triangle-Kay Bee (Ince) et Triangle-Keystone (Sennett) progressivement remplacé par un second sous-ensemble Triangle tout court et Triangle Comedy (la première « marque » pour pallier les départs successifs de Griffith et Ince, la seconde le départ de Sennett). Or l’analyse de la liste officielle des films distribués par la Triangle révèle des phases de distribution plus complexes, difficilement datables et identifiables en raison de combinaisons nombreuses qui, de plus, ne se succèdent jamais de manière franche et définitive[3]. Toutefois, voici les grandes tendances que l’on observe :

1. La formule de base : Triangle-Fine Arts/Triangle-KayBee/Triangle-Keystone

 

Le « programme Triangle » – pour reprendre le nom qu’on lui attribue dans les différents documents – débute le 7 novembre 1915 au rythme de quatre films distribués par semaine : deux longs-métrages de 5 bobines, un Triangle-Fine Arts supervisé par Griffith[4] et un Triangle-Kay Bee supervisé par Ince, couplés avec deux courts-métrages Triangle-Keystone de 2 bobines[5] supervisés par Sennett. A l’exception de la semaine du 20 février 1916 où seulement trois films sont distribués (un seul film Keystone au lieu de deux, du fait que le film Kay Bee – Peggy – fait exceptionnellement 7 bobines au lieu de 5), cette formule de base, véritable marque de fabrique du programme de distribution de la Triangle, n’est maintenu de manière consécutive que jusqu’à la semaine du 14 mai 1916 incluse, soit pendant seulement 28 semaines.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle

Résumé en Anglais

Introduction :

 

Avant d’aborder le fonds d’archives, conservé à la Cinémathèque française, de la Triangle Film Corporation sous l’angle de la restauration de films, il est nécessaire de se pencher d’abord sur son support : la pellicule. Après un bref aperçu de ses caractéristiques techniques, cette intervention se consacrera à la « vie » de la pellicule au sein de la Triangle au gré de sa circulation (entre côte est et côte ouest des Etats-Unis), et de ses transformations (du stock de pellicule vierge d’origine au tirage final des copies d’exploitation en passant par le montage du négatif original).

 


I – Eclairages sur la pellicule utilisée par la Triangle

 

 

·  Fournisseur de pellicule de la Triangle :

Un document du fonds ‘Harry and Roy Aitken Papers’ (Wisconsin Historical Society, Madison) a permis de confirmer que le fournisseur de pellicule de la Triangle fut bel et bien la Eastman Kodak Company. Ce document est un exemple de contrat passé entre la Triangle et un certain Julius E. Brulatour (représentant de la Eastman Kodak Company) faisant mention d’une livraison d’un stock de 350 000 pieds de pellicule vierge Kodak.

Cette confirmation n’a rien d’étonnant puisque la Eastman Kodak Company est le principal fabriquant et fournisseur de pellicule aux Etats-Unis à l’époque. Jusqu’en 1920, elle aurait fabriqué et vendu environ 94% du total de pellicule film utilisé aux Etats-Unis[1]. Cette monopolisation du marché, fortement contestée, fera même l’objet de plusieurs procès.

Continuer la lecture de Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle