Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (2)

La « scène de la tortue » 

Le point de départ de cette étude est  le témoignage oral que nous a donné Madame Jacqueline Roblès lors du colloque Roblès à Montpellier en 2006. Il s’est focalisé sur une scène en particulier, située dans le scénario aux séquences 148-151 et dans le film à la minute 38-41, que nous baptiserons « la scène de la tortue ».

Une sorte de légende s’est en effet construite à propos de la réalisation de cette séquence, qui illustre la manière de travailler de Buñuel ; le retour à la comparaison entre le scénario et la séquence telle qu’elle figure dans le film permet en tout cas de mesurer l’écart. Ces modifications posent la question du rôle respectif du romancier Emmanuel Roblès, du scénariste Jean Ferry, et du réalisateur Luis Buñuel. Elles présentent plus largement un exemple privilégié du processus créatif qui se produit sur un plateau de cinéma. En outre, c’est une scène d’intérieur, elle est donc tournée dans les décors construits par Max et Jacques Douy. Comme nous disposons d’un dessin de la chambre de Valerio, c’est une occasion privilégiée d’étudier le rôle et la place du décor dans la fabrication d’une scène emblématique de ce film.

Continuer la lecture de Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (2)

Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (1)

 Récapitulatif des archives concernant ce film[1]. 

Les documents conservés à la Cinémathèque française, département iconographique :

–         une affiche, propriété de Jacques Bonnot, datée de 1955, déposée en 1966

–         4 dessins de Max Douy collés sur un carton : 4 fois 16X22mm.

Maquettes pour Cela s'appelle l'aurore. D.R. Coll. Cinémathèque française

légendes sous les dessins :

  •  couloir 1er étage Valerio : 2 images en champ/contrechamp
  •  chambre  Sandro
  •  salle de bains et  chambre  Valerio

Continuer la lecture de Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (1)

Aspects théoriques et méthodologiques de la constitution d’une filmographie

Tout étudiant, tout chercheur, tout écrivain de cinéma se trouve confronté à l’exercice qui consiste à faire une filmographie. C’est même souvent par là que l’on commence, car c’est en épluchant la filmographie d’un sujet que les idées viennent.

Symétrique de l’exercice de constitution d’une bibliographie, celui-ci s’y apparente par bien des traits, mais pose aussi une série de problèmes spécifiques qui engagent, sans en avoir l’air parfois, les implicites méthodologiques et théoriques d’un travail de recherche. C’est à les débusquer que s’emploie le petit texte qui va suivre.

  Continuer la lecture de Aspects théoriques et méthodologiques de la constitution d’une filmographie

Qu’est-ce qu’un corpus en cinéma ? Quelques réflexions à partir du fonds Jacques et Max Douy

Le programme de recherche sur objectifs Cinémarchives met l’accent sur les sources non film, lesquelles constituent précisément une spécificité de la Cinémathèque euro-régionale de Perpignan Institut Jean-Vigo (ici IJV) et sa richesse principale.

Tout un secteur de ce programme porte sur les décorateurs du cinéma français. Il s’agit d’un domaine que les historiens du cinéma commencent à baliser, ne limitant plus leur champ de vision aux seuls réalisateurs.  A la suite de pionniers comme Jean-Pierre Berthomé[1], des colloques et des journées d’études sur le décor de cinéma se multiplient : ainsi celle qui s’est déroulée à la Cinémathèque Française en juin 2009 à l’initiative de Laurent Mannoni.

On lira sur le site l’historique expliquant la présence d’un fonds Max et Jacques Douy à Perpignan et les circonstances qui ont décidé Max et Jacques à déposer en 1995 une partie de leurs archives personnelles à l’Institut  Jean Vigo, qui n’était pas encore la Cinémathèque euro-régionale qu’il est devenu en 2006. Depuis, Max est mort (le 2 juillet 2007). Ce dépôt constitue aujourd’hui l’une des richesses de notre archive.

Pour travailler sur ces archives, une équipe de chercheurs s’est engagée dans le programme ANR Corpus 2007, constituée d’une part d’enseignants-chercheurs et de doctorants du centre d’études RIRRA21[2] de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (UPVM), d’autre part de responsables de la Cinémathèque de Perpignan (IJV) – beaucoup d’entre nous   appartenant à la fois aux deux institutions. Elle reste ouverte à des collaborateurs venus d’autres lieux : des enseignants de l’Université de Perpignan en font d’ores et déjà partie.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un corpus en cinéma ? Quelques réflexions à partir du fonds Jacques et Max Douy