Des planches à la pellicule: les adaptations cinématographiques italiennes du théâtre français

 

 Cet article a été réalisé à partir d’un corpus d’archives variées :

– un corpus de trois films muets (La Femme nue de Carmine Gallone (1914) et Madame Tallien d’Enrico Guazzoni (1916), restaurés tous deux par la Cinémathèque de Bologne, ainsi que Cyrano de Bergerac d’Augusto Genina (1922).

– des sources iconographiques : les photographies de plateau conservées à la Cinémathèque de Bologne dans les fonds Francesca Bertini et Vittorio Martinelli (qui regroupent des photographies de : Le Cid de Mario Caserini (1910),  Les noces de Figaro (1911), Théodora de Leopoldo Carlucci (1922), Odette de Giuseppe de Liguoro (1916), etc.

– A ces sources s’ajoute le dépouillement de la presse spécialisée de l’époque, française (Le Courrier Cinématographique et le Ciné-Journal) et italienne (L’Arte muta, La Vita Cinematografica, La Cinematografia italiana ed estera, etc.).

– enfin au niveau des catalogues, l’annuaire de production du cinéma italien de la période du muet fut consulté régulièrement et s’est avéré très précieux. (Aldo Bernardini & Vittorio Martinelli, Il cinema muto italiano, i film dei primi anni, Centro sperimentale di cinematografia, Biblioteca Bianco e nero, Torino, 1996 (et les volumes suivant jusqu’en 1929: i film degli anni d’oro, i film della grande guerra, i film degli anni venti, etc.).

 

De 1909 à 1929, les Italiens adaptent pour l’écran plus de cent trente pièces de théâtre françaises. Tous les genres sont représentés : la tragédie classique (Le Cid de Corneille est adapté en 1910 par Mario Caserini), le drame romantique (Lorenzaccio, Ruy Blas portés à l’écran par la Filme d’Arte Italiana en 1911 et 1912), la comédie (Luiggi Maggi réalise Le Barbier de Séville et Les noces de Figaro en 1913), etc. Mais ce sont avant tout les auteurs français du XIXème siècle, et leur cortège de mélodrames et de vaudevilles qui sont les plus prisés et adaptés : Serge Berstein, Henry Bataille (La Femme nue en 1914 et en 1922, La marche nuptiale, L’enfant de l’amour en 1916, Maman Colibri en 1918, L’enchantement en 1919, La vierge folle en 1920, Le masque en 1921), Victorien Sardou (Marcelle en 1915, Fédora, Férréol, Madame Tallien, L’Etau en 1916, Andréina, Fernanda en 1917, Nos bons villageois, Tosca en 1918, Dora, Spiritisme en 1919, Les bourgeois du pont Arcy en 1920,  Rabagas et Théodora en 1923), Dumas père et Fils, ou encore Charles Maurice Hennequin, Pierre Véber, Eugène Scribe, Eugène Labiche, Georges Feydeau, etc.

Nous avons voulu comprendre comment et pourquoi les Italiens ont tant adapté le théâtre français, mais aussi quelles en furent les répercussions sur la production et sur l’esthétique des films des années 1910.

Continuer la lecture de Des planches à la pellicule: les adaptations cinématographiques italiennes du théâtre français

Mélissa Gignac

Doctorante sous la direction de Marc Vernet. Sujet: "Du scénario au film : création du long-métrage de fiction aux États-Unis et en France dans les années 1910" (Université Paris 7).

More Posts