Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 2. Structures de production

 

1 – Les diverses agences dirigées par les Aitken.

La première incursion des frères Aitken dans le milieu du cinéma à lieu dans la ville de Chicago, en 1910. Gérant d’abord des nickelodeon, ils vont rapidement fonder un solide circuit de distribution, organisé autour d’une série d’exchanges, dans le Wisconsin puis dans les états voisins, The Western Film Exchange[1]. De plus, ils tournent déjà leurs ambitions vers l’Europe, installant un bureau à Londres, sous le nom de Western Import, dirigé par Roy.

A partir de là, Eileen Bowser dresse précisément les diverses actions ayant conduit à la création de la Mutual. Au printemps 1911, Harry Aitken fonde avec Thomas Cochrane, ancien manager général d’Independant Motion Picture(IMP), la Majestic Film Company. Il achète également à Charles Baumann, co-directeur avec Adam Kessel de la New York Motion Picture (NYMP)[2], la Reliance Company et son studio, situé dans la ville de Yonkers. Les films sont distribués par la Sales Company, société de distribution dirigée par Carl Laemmle. Après un procès contre cette dernière, Aitken décide de se passer de ses services et se retire avec ses deux compagnies, en plus de American et Tanhouser, achetées par Charles J. Hite, alors proche collaborateur d’Aitken[3]. Ce dernier fonde sa propre société de distribution, The Film Supply Company of America, y intégrant rapidement Solax, Great Norhern et Lux et Western Film Exchanges[4]. De plus, John Freuler, à la tête de la dynamique American Film Manufacturing, choisit de s’associer avec Aitken ; tous deux se connaissent bien puisqu’ils ont déjà travaillé ensemble à l’époque de Western Film exchanges..

En parallèle, Aitken entre en contact avec Crawford Livingston, du groupe boursier Kuhn, Loeb and Company[5]. Il est difficile de préciser et les motivations et l’implication de Livingston lorsqu’il choisit de collaborer avec l’industrie cinématographique : nous ne pouvons que relever qu’il devient fin 1911 assistant trésorier de la New York Motion Picture[6] et que son apport financier permet la formation de Mutual. Cette nouvelle société est déclarée cotée en bourse au moment de sa création, en mars 1912. Elle est forte d’une trentaine d’exchanges, l’un des réseaux les plus importants du marché à cette époque.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 2. Structures de production

Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution

1 – Les Triangle Plays1 .

Les Triangle Plays sont des hebdomadaires de huit pages édités par la Triangle et distribués aux exploitants d’octobre 1915 à novembre 1916.  Ils ont trois fonctions : présenter la Triangle Film Corporation, exposer les films et les projets en cours, et enfin promulguer des conseils en publicité et en management.

De nombreux articles présentent la politique de la Triangle et l’image dont elle jouit. Y sont expliqués le positionnement sur le marché cinématographique et les moyens mis en œuvre. « Un spectacle associant respect de la morale et des grandes qualités techniques est l’assurance d’une exploitation rentable2». Ce discours est conservé dans tous les numéros. Plusieurs exemples illustrent le soutien d’instances communautaires à cette politique, des associations d’aides aux orphelins jusqu’aux déclarations du colonel Théodore Roosevelt.

Les hebdomadaires présentent aussi les informations relatives aux quatre films programmés chaque semaine; quelles stars, quels thèmes, quel superviseur. Généralement l’un d’entre eux est mis en avant pour sa valeur publicitaire. Une ou deux pages complètes sont consacrées à la qualité de son sujet, aux perspectives publicitaires qu’il permet, aux types de public auquel il s’adresse. Dans ce cadre, quelques propositions sont faites pour créer un événement médiatique autour de la sortie du film.

Enfin, plusieurs articles sont consacrés au management. Il s’agit de sensibiliser les exploitants aux diverses méthodes publicitaires, de dispenser des conseils sur l’aménagement des salles, ou encore d’améliorer les conditions de projection des films. L’ambition est de créer une unité d’image et de confort propre au circuit d’exploitation Triangle.

Ces hebdomadaires étant à usage publicitaire, il faut, bien entendu, prendre de la distance avec les discours et la véracité des faits énoncés. Toutefois, ils sont une base solide pour l’étude des contrats et des relations liant distributeurs et exploitants, ainsi que pour comprendre les enjeux et les difficultés du système de distribution pensé par la Triangle.

Continuer la lecture de Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution