Continuity script et…continuity script : encore.

L’excellente Sabine Lenk, lisant le précédent billet (« Dans la famille Allen, le grand père. Ou : du feu la source »), s’interroge sur la portée de mes hypothèses concernant le continuity script comme étant le produit d’une collaboration, d’un dialogue en temps réel, entre le directeur du département de scénario et le superviseur. Elle se fonde sur le fait que pour les restaurations qu’elle a eu à conduire sur les films des années 20, elle s’est toujours appuyée, quand cela était possible, sur le « continuity script », lequel présentait une très grande identité avec le film réalisé, avec les intertitres, le métrage des plans, les effets spéciaux.

Continuer la lecture de Continuity script et…continuity script : encore.

Dans la famille Allen, le grand père. Ou : du feu la source.

Je m’étais naguère aperçu, grâce au travail de Janet Staiger[1], que les continuity scripts de la Triangle conservés à Madison portaient les mêmes traces de feu et d’eau que ceux conservés à Paris. Ainsi pouvait être établi que les documents vendus à la Wisconsin Historical Society par Roy Aitken (Aitken Papers), le frère cadet du président de la Triangle, avaient la même provenance que ceux vendus par John E. Allen à la Cinémathèque française via Henri Langlois (ex-fonds John E. Allen devenu fonds Aitken – Triangle)[2] et que tous faisaient partie du même ensemble originel. Ensuite, avec Loïc Arteaga, nous avons cherché à identifier ce feu qui avait mangé une partie des papiers, mais nous savions déjà que ces documents étaient en très grande majorité des documents issus de l’unité Kay Bee dirigée par Ince. L’étrange était que certains documents avaient été mordus par les flammes et portaient des traces de fumée et d’eau, alors que d’autres en étaient totalement indemnes. Il est assez vite apparu que seuls les documents antérieurs à l’année 1916 avaient connu le feu et Loïc Arteaga a émis l’hypothèse, aujourd’hui vérifiée, qu’il s’agissait sans doute du feu qui avait ravagé le bâtiment administratif d’Inceville en janvier 1916. Où, quand, comment et pourquoi ces documents avaient-ils été coupés en deux restait et reste encore à découvrir. Roy Aitken conservait les siens dans sa maison du Wisconsin, alors que John E. Allen stockait les siens à New York. Comment était-il entré en possession de ces documents restait un mystère, nous laissant avec une légende (il les aurait découverts à Fort Lee dans un bâtiment abandonné qui avait peu après pris feu) et une piste. Celle-ci avait été ouverte par le subtil G. G. Murphy à Madison à la suite d’une conférence en 2010 : il connaissait un Allen qui travaillait pour le MOMA dans le secteur de la restauration artisanale de films anciens ou d’avant-garde. Il pouvait s’agir du fils de John E. Allen, sauf qu’il venait de changer de sexe. Contacté(e) pour savoir s’il (elle) connaissait l’origine de ces documents, aucune réponse n’en revint.

Continuer la lecture de Dans la famille Allen, le grand père. Ou : du feu la source.

Une caméra de 1918 dite Ince

La vidéo dont on trouvera le lien ci-dessous présente une caméra Bell Howell de 1918 acquise par Ince (entendre, comme il est précisé : par les studios Ince), après que celui-ci ait quitté la Triangle (en 1917) et se soit fait construire de nouveaux studios à Culver City. Ceux-ci sont sa quatrième et dernière installation à Los Angeles, après Edendale (sur Glendale Blvd), Ynez Canyon (Inceville), et Culver City pour les studios Kay Bee – Triangle inaugurés en 1916, situés 10202 West Washington Blvd. C’est cette seconde implantation à Culver City, Thomas H. Ince Studios, située 9336 West Washington Blvd, qui sera acquise par David O’Selznick après la mort de Ince en 1924 et dont la façade servira de logo à Selznick.
En 1918, Ince ne réalise plus de films et n’est donc pas directement concerné par l’achat d’une caméra. L’attribution de celle-ci à Ince est révélateur de l’oubli dans lequel sont aujourd’hui tombés les directeurs de la photo et les réalisateurs de l’époque.

Présentation d'une caméra acquise par Thomas H. Ince

Deux sites ouverts (résultats de recherche)

 Un des résultats du travail de recherche ANR Cinémarchives a été la constitution, en collaboration avec la Cinémathèque française, qui conserve les fonds étudiés, de deux sites en ligne regroupant des éléments documentaires et des éléments de réflexion sur deux des fonds sélectionnés en raison de leur richesse : le fonds Serge Pimenoff et le fonds dit « John E. Allen – Triangle », renommé depuis, pour des raisons historiques « Harry E. Aitken – Triangle ». On en trouvera ci-après les adresses et un bref descriptif.

Serge Pimenoff (1985-1960)
Les techniques du décor de cinéma
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/pimenoff/index.php

Le décorateur Serge Pimenoff (1895 – 1960), architecte russe émigré en France dans les années vingt, a laissé en témoignage de ses années d’activité dans le cinéma de précieux carnets, ainsi que des dessins et maquettes de décor. Ces documents, conservés à la Cinémathèque française, permettent de retracer sa carrière et de cerner les contours de ses méthodes de travail, à l’époque des décors d’atmosphère. Mis en perspective par des analyses historiques et des témoignages inédits, ils ouvrent des pistes de recherche sur l’histoire du décor de cinéma en France.

Le site, dont l’auteur est Gisuy Pisano, professeur en cinéma et audiovisuel à l’université Paris-Est Marne la Vallée, contient notamment un documentaire contenant des témoignages inédits de grands professionnels du décor de cinéma.

La Triangle (1915-1919)

Archives, recherche et histoire du cinéma

http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/index.php

Fondée aux États-Unis en 1915 par trois producteurs de cinéma et un « triumvirat » de réalisateurs composé de D. W. Griffith, Mack Sennett et Thomas Ince, la société Triangle a produit ou distribué pendant quatre ans des centaines de films muets (westerns, comédies, mélodrames), avec quelques stars (Douglas Fairbanks, Lillian Gish…). Les archives de la Triangle (films, scénarios et archives de production, photographies de plateau), conservées pour partie à la Cinémathèque française, sont d’une incroyable richesse. La découverte, l’analyse et l’accompagnement documentaire de ces collections uniques offrent un regard inédit sur les méthodes de production et l’esthétique de cette période de l’histoire du cinéma, jusque-là peu explorée.

Le site contient notamment 22 extraits de films (dont deux ont été restaurés par la Cinémathèque française en 2010), une sélection de 100 photos de plateau, ainsi qu’une filmographie de référence sur la Triangle.

__________________________________________

Par ailleurs, un site Internet sur un des plus importants fonds d’archives non film de la Cinémathèque française, le Crédit National, vient aussi d’être mis en ligne :

Le Crédit National

Archives pour une histoire de la production cinématographique française (1941-1966)
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/credit_national/index.php

Le fonds d’archives du Crédit National a été acquis par la Bibliothèque du film en 1993. Organisme bancaire qui aida la production d’une partie du cinéma français entre 1941 et 1966, les documents qu’il contient nous apprennent beaucoup sur l’économie et l’histoire du cinéma, sur le rôle de l’État dans son fonctionnement et son financement, ainsi que sur les films eux-mêmes et leur mode de production. Ce fonds a fait l’objet d’un séminaire de recherches de plusieurs années dirigé par Laurent Creton, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle ainsi que Frédérique Berthet, maître de conférence à l’université Paris Diderot, qui est l’auteur des textes du site.

Un historique de l’institution Crédit National, une description détaillée de l’organisation du fonds d’archives, des analyses de documents replacés dans leur contexte, une base de données filmographique et des ressources documentaires, permettent de comprendre l’importance de ces archives pour l’histoire du cinéma, tout en souhaitant susciter des recherches nouvelles sur ce sujet.

Colloque Cinémarchives, 8-9 juin 2011

Colloque

Le cinéma et ses archives : perspectives et problématiques

Un bilan du programme de recherche ANR Cinémarchives

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris,

les 8 et 9 juin 2011

Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Mais inscription obligatoire auprès de Karen Métivier, avant le 6 juin à 17 heures : colloque.cinemarchives@cinematheque.fr

Le programme de recherche ANR Corpus 2007 Cinémarchives a été ouvert le 27 décembre 2007 et se termine le 27 juin 2011. Centré sur l’exploration scientifique de fonds d’archives catalogués mais inexplorés, il a associé cinq institutions : la Cinémathèque française, le CNRS (ARIAS), les Universités Paris Diderot, Sorbonne nouvelle, et Paul Valéry (en association avec l’Institut Jean Vigo). Il a porté sur trois fonds d’archives : John E. Allen – Triangle (Cinémathèque française), Pimenoff (Cinémathèque française) et Douy (Cinémathèque française et Institut Jean Vigo). Les documents étudiés ont été des scénarios, des photographies, des dessins de décorateurs, des archives de production et de distribution et des films. Dans le cadre de ce programme, deux films anciens ont fait l’objet d’une restauration. Trente et une personnes (chercheurs seniors et juniors, archivistes) ont collaboré au programme. Les étapes de travail ont été communiquées à travers huit colloques internationaux et dans le présent carnet de recherche en ligne « Cinémarchives »

Ce colloque est l’occasion de faire le bilan de ce travail d’équipe, sur les plans historique et esthétique (ce qu’on a appris, voire découvert, sur le cinéma), mais aussi épistémologique et méthodologiques (questions et freins rencontrés, outils déployés, avancées et réalisations), et enfin archivistiques (apports de l’archive à la recherche, retombées du traitement scientifique sur le traitement catalographique).

  Continuer la lecture de Colloque Cinémarchives, 8-9 juin 2011

La Triangle comme tentative de canonisation de « Birth of a Nation »

 

L’entreprise Birth of a Nation (ci-après Birth, David Wark Griffith, 1915) est, au départ, un énorme pari, esthétique, industriel, financier, national et international[1]. Le film est hors norme, son financement est pour ainsi dire sauvage (pour ce qu’on en sait, par Harry E. Aitken et Griffith, pour moitié) et le film est sans doute au centre de la querelle entre Aitken et Mutual, qui ne distribuera pas le film[2]. Son exploitation se fera à travers la société, créée pour la circonstance et pour ce seul film, Epoch[3] sur le mode du road show : organisation particulière d’une séance exceptionnelle, avec orchestre. Le road show s’oppose au state rights : ce dernier organise, sur la base d’un accord général, la projection d’un film sur la totalité d’un territoire (un état) pour une durée déterminée et au forfait. De ce point de vue aussi, Birth est le contraire d’un canon : c’est un film qui se veut en tous points exceptionnel[4].

Continuer la lecture de La Triangle comme tentative de canonisation de « Birth of a Nation »

The Martyrs of the Alamo, grand film

Il y a, dans le fonds des Aitken Papers à Madison un très intéressant dossier de production (Scripts, box 7) sur The Martyrs of the Alamo, film dirigé par W. Christy Cabanne, sous la supervision de David Wark Griffith dans le cadre de Fine Arts, pour le programme Triangle du 21 novembre 1915. Le dossier comporte notamment 100 photos de plateau (ce qui en fait le dossier le plus illustré des deux fonds parisien et madisonien).

C’est un film ambitieux esthétiquement (tournage en extérieurs réels important, décors construits), et donc financièrement, mais aussi politiquement, et de deux façons. Tout d’abord dans la représentation nationale d’un épisode mythique,menant à l’indépendance du Texas, elle-même menant à son rattachement aux Etats-Unis. Ensuite dans la politique de la Triangle, où le Mexique, terre de guerre civile, tient une place toute particulière dès les premiers films des programmes Triangle (on pense à The Lamb, notamment) : on est ici dans le droit fil de Birth of a Nation d’une part, et du croisement entre la célébration de la fin de la guerre de Sécession et l’éclatement de la guerre en Europe, d’autre part.

Il y aurait mille choses à dire sur la mise en scène dans ce film, à la fois dans la distribution des rôles et dans la composition de l’image. Je me contente ici de noter, après d’autres, la surreprésentation du militaire du côté des Mexicains, constitués (et ce n’est évidemment pas un hasard sur le plan de l’histoire et de l’idéologie) en armée napoléonnienne, avec uniformes flambants neufs et voyants, et sa sous-représentation du côté des Américains qui sont juste des colons aux allures de trappeurs (sur le modèle de Davy Crockett qui passe sa panoplie à tous) et de braves familles. On sait aussi qu’un des aspects du conflit avec le Mexique tient à la difficile relation au catholicisme et à l’Eglise, naturellement « traités » dans le film. On goûtera, à la fin, la métamorphose des drapeaux nationaux.

Il se trouve que le film dans sa totalité est disponible sur le net :

https://www.archive.org/details/TheMartyrsoftheAlamo

Il vaut la vision. Notons encore trois choses : le film est promu (notamment dans Triangle Plays) comme étant un film de Griffith, et on insiste lourdement sur la valeur éducative (educational value) avec une campagne d’enseignants de la Côte Est  – dixit la publicité – recommandant à tous sa vision. Enfin, le dossier fait apparaître qu’au départ de sa conception, ce film est prévu pour un programme Mutual (a Mutual Masterpiece) : The Martyrs of the Alamo fait donc partie de ces films programmés initialement sous la responsabilité de Griffith dans le cadre de Mutual et déroutés, à la fin du printemps 1915, vers la Triangle en cours de formation.

Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Alain Carou, pour m’aider à combler une lacune, a bien voulu ces jours-ci me faire tenir le fort numéro de 1895 qu’il a co-dirigé avec Béatrice de Pastre et qui est consacré au Film d’Art (« Le Film d’Art & les films d’art en Europe, 1908-1911 » n° 56 décembre 2008). Livraison d’une très haute tenue et qui est une mine pour l’histoire et l’esthétique, avec une réévaluation bien nécessaire de cette période et de ce type de film.

Il se trouve que ce qui s’y dit du Film d’Art n’est pas sans rapport avec nos questions sur la Triangle américaine, dont la gestation recouvre d’ailleurs pour partie la période (1908-1911) considérée. Par exemple, Christophe Gauthier (« Histoire d’un crime. Vies et mort du duc de Guise », pp. 173-187) relève la série d’accusations portées par les historiens du cinéma contre le Film d’Art et ce qui serait sa théâtralité académique. On retrouve là les réflexes déclenchés par la Triangle et son échec, attribué, on l’a vu, de façon récurrente à ce qui serait le recrutement intempestif d’acteurs de théâtre classique et à leur sur-rémunération. Le travail conduit par Alain Carou et Béatrice de Pastre montre à quel point ce passage par le théâtre, pour accéder au film de fiction tel que nous l’avons connu, est à la fois un mouvement international (en France et en Europe, pour ce qui est de ce travail) et un mouvement complexe, au sein duquel se mêlent et s’entrechoquent des visées tantôt convergentes, tantôt contradictoires.

Mais cette livraison de 1895 comporte un autre article qui nous intéresse au premier chef : celui de Jon Burrows, « Des films d’art britanniques, 1908-1911 » (pp. 225 – 250). Jon Burrows nous parle des films Barker, fondés sur des pièces de théâtre, dans lesquelles joue Sir Herbert Beerbohm Tree.

tree

Continuer la lecture de Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Tétanies : pose et mouvement dans les photos de la Triangle

On a déjà vu ici (http://cinemarchives.hypotheses.org/689 ) que les photos d’exploitation liées au fonds John E. Allen – Triangle (on n’y trouve pas de photos de tournage, qui pourtant existent bien à l’époque, et qui sont parfois présentes dans le fonds Aitken de Madison) sont souvent marquées par une très grande immobilité des acteurs, forcés de marquer nettement la pose pour des raisons techniques : photographiés avec des appareils à plaque dont le temps de pose est important, ils sont tenus de rester figés le temps de la photographie, même s’il s’agit de représenter une action en cours.

Barker Reginald, Iced bullet P002-0022
Reginald Barker, Iced Bullet. 1917. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Tétanies : pose et mouvement dans les photos de la Triangle

Origines de la Triangle Film Corporation

Reconstruire la généalogie de la Triangle est à la fois aisé (on dispose de dates et de noms) et difficile (on a plusieurs dates possibles, et les noms en cachent d’autres). Aisé parce que le principal semble connu (réunion, par l’entremise de Harry E. Aitken, des trois grands professionnels que sont Griffith, Ince et Mack Sennett à l’été 1915). Difficile à plus d’un titre en raison des rapides changements qui s’opèrent entre 1908 et 1918 dans le cinéma américain, avec fusions, scissions et trahisons, et de l’enchevêtrement des sociétés, des hommes et des marques. Ainsi, les films Fine Arts (marque), sous la responsabilité de Griffith, sont produits par Reliance-Majestic (maison de production), propriété de Aitken, et distribués par la Triangle (maison de distribution). Les films Kay-Bee (marque), sous la responsabilité de Ince, sont produits par la New York Motion Picture Company (maison de production), propriété de Kessel et Baumann, eux aussi distributés par la Triangle. Mais Aitken a acheté Reliance à Kessel et Baumann , auxquels il a aussi racheté plus tard New York Motion Picture. Toutefois, quand cela a été réalisé et donne l’image d’un système enfin unifié, Griffith et Ince sont partis vers d’autres cieux, comme si le départ fin 1916 de Kessel et Baumann était le signe avant-coureur du départ, courant 1917, des talents initiaux. Il faut par ailleurs noter que la Triangle finance en amont de leur réalisation les films sous contrat de distribution.

Continuer la lecture de Origines de la Triangle Film Corporation