Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (2)

La « scène de la tortue » 

Le point de départ de cette étude est  le témoignage oral que nous a donné Madame Jacqueline Roblès lors du colloque Roblès à Montpellier en 2006. Il s’est focalisé sur une scène en particulier, située dans le scénario aux séquences 148-151 et dans le film à la minute 38-41, que nous baptiserons « la scène de la tortue ».

Une sorte de légende s’est en effet construite à propos de la réalisation de cette séquence, qui illustre la manière de travailler de Buñuel ; le retour à la comparaison entre le scénario et la séquence telle qu’elle figure dans le film permet en tout cas de mesurer l’écart. Ces modifications posent la question du rôle respectif du romancier Emmanuel Roblès, du scénariste Jean Ferry, et du réalisateur Luis Buñuel. Elles présentent plus largement un exemple privilégié du processus créatif qui se produit sur un plateau de cinéma. En outre, c’est une scène d’intérieur, elle est donc tournée dans les décors construits par Max et Jacques Douy. Comme nous disposons d’un dessin de la chambre de Valerio, c’est une occasion privilégiée d’étudier le rôle et la place du décor dans la fabrication d’une scène emblématique de ce film.

Continuer la lecture de Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (2)

Aspects théoriques et méthodologiques de la constitution d’une filmographie

Tout étudiant, tout chercheur, tout écrivain de cinéma se trouve confronté à l’exercice qui consiste à faire une filmographie. C’est même souvent par là que l’on commence, car c’est en épluchant la filmographie d’un sujet que les idées viennent.

Symétrique de l’exercice de constitution d’une bibliographie, celui-ci s’y apparente par bien des traits, mais pose aussi une série de problèmes spécifiques qui engagent, sans en avoir l’air parfois, les implicites méthodologiques et théoriques d’un travail de recherche. C’est à les débusquer que s’emploie le petit texte qui va suivre.

  Continuer la lecture de Aspects théoriques et méthodologiques de la constitution d’une filmographie

Hollywood et la Première guerre mondiale, vu par la 4ème Internationale

On trouve sur le web un intéressant article de Max Alvarez, en date du mois d’août 2010, sous la bannière de la 4ème Internationale, sur les relations entre les producteurs de cinéma et le gouvernement fédéral américain à partir de 1916. La Triangle et certains de ses responsables (comme Baumann) s’y retrouvent.

http://www.wsws.org/articles/2010/aug2010/holl-a05.shtml

On comprend ainsi une des raisons qui ont fait que les historiens, des deux côtés de l’Atlantique, se sont peu penché sur cette période et les questions qu’elle soulève.

Les petites-phrases du Général récontextualisées par l’Ina

Les pratiques de catalogage et d’éditorialisation influencent-t-elles le sens des documents d’archive? La publication du patrimoine audiovisuel numérisé implique au moins deux questions sémiotiques. En premier lieu, un document d’archive vient du passé : le changement d’époque historique peut entraîner le manque des références culturelles nécessaires à son interprétation de la part des spectateurs. Cette première question est normalement appelée « fossé d’intelligibilité »1. Par conséquent les institutions patrimoniales comme l’Ina opèrent des recontextualisations des documents afin de donner aux usagers les bonnes clés pour l’interprétation. Pourtant, du point de vue sémiotique, on peut supposer que différentes recontextualisations d’un même document donnent lieu à différentes interprétations. Fournir certains détails plutôt que d’autres, cataloguer selon certains critères et même mettre en page le document a un impact sur le sens du document.

On va expérimenter ces deux questions sur un document d’archive de l’Ina. Il s’agit donc d’entreprendre une analyse sémiotique comparée de la vidéo originaire et des différentes recontextualisations

Continuer la lecture de Les petites-phrases du Général récontextualisées par l’Ina

Des planches à la pellicule: les adaptations cinématographiques italiennes du théâtre français

 

 Cet article a été réalisé à partir d’un corpus d’archives variées :

– un corpus de trois films muets (La Femme nue de Carmine Gallone (1914) et Madame Tallien d’Enrico Guazzoni (1916), restaurés tous deux par la Cinémathèque de Bologne, ainsi que Cyrano de Bergerac d’Augusto Genina (1922).

– des sources iconographiques : les photographies de plateau conservées à la Cinémathèque de Bologne dans les fonds Francesca Bertini et Vittorio Martinelli (qui regroupent des photographies de : Le Cid de Mario Caserini (1910),  Les noces de Figaro (1911), Théodora de Leopoldo Carlucci (1922), Odette de Giuseppe de Liguoro (1916), etc.

– A ces sources s’ajoute le dépouillement de la presse spécialisée de l’époque, française (Le Courrier Cinématographique et le Ciné-Journal) et italienne (L’Arte muta, La Vita Cinematografica, La Cinematografia italiana ed estera, etc.).

– enfin au niveau des catalogues, l’annuaire de production du cinéma italien de la période du muet fut consulté régulièrement et s’est avéré très précieux. (Aldo Bernardini & Vittorio Martinelli, Il cinema muto italiano, i film dei primi anni, Centro sperimentale di cinematografia, Biblioteca Bianco e nero, Torino, 1996 (et les volumes suivant jusqu’en 1929: i film degli anni d’oro, i film della grande guerra, i film degli anni venti, etc.).

 

De 1909 à 1929, les Italiens adaptent pour l’écran plus de cent trente pièces de théâtre françaises. Tous les genres sont représentés : la tragédie classique (Le Cid de Corneille est adapté en 1910 par Mario Caserini), le drame romantique (Lorenzaccio, Ruy Blas portés à l’écran par la Filme d’Arte Italiana en 1911 et 1912), la comédie (Luiggi Maggi réalise Le Barbier de Séville et Les noces de Figaro en 1913), etc. Mais ce sont avant tout les auteurs français du XIXème siècle, et leur cortège de mélodrames et de vaudevilles qui sont les plus prisés et adaptés : Serge Berstein, Henry Bataille (La Femme nue en 1914 et en 1922, La marche nuptiale, L’enfant de l’amour en 1916, Maman Colibri en 1918, L’enchantement en 1919, La vierge folle en 1920, Le masque en 1921), Victorien Sardou (Marcelle en 1915, Fédora, Férréol, Madame Tallien, L’Etau en 1916, Andréina, Fernanda en 1917, Nos bons villageois, Tosca en 1918, Dora, Spiritisme en 1919, Les bourgeois du pont Arcy en 1920,  Rabagas et Théodora en 1923), Dumas père et Fils, ou encore Charles Maurice Hennequin, Pierre Véber, Eugène Scribe, Eugène Labiche, Georges Feydeau, etc.

Nous avons voulu comprendre comment et pourquoi les Italiens ont tant adapté le théâtre français, mais aussi quelles en furent les répercussions sur la production et sur l’esthétique des films des années 1910.

Continuer la lecture de Des planches à la pellicule: les adaptations cinématographiques italiennes du théâtre français

Mélissa Gignac

Doctorante sous la direction de Marc Vernet. Sujet: "Du scénario au film : création du long-métrage de fiction aux États-Unis et en France dans les années 1910" (Université Paris 7).

More Posts

Les archives à l’honneur : Journal of Film Preservation n° 82

La dernière livraison du Journal of Film Preservation (n° 82, 4/2010), de la Fédération internationale du Film (FIAF) est presqu’entièrement consacré aux archives cinématographiques et audiovisuelles, et notamment celles de la Fédération elle-même. On notera avec intérêt qu’une place de premier plan est faite aux archives papier, au « non-film », avec de nouvelles considérations sur leur place et leur traitement. Le numéro s’ouvre, après un éditorial de Robert Daudelin, avec un texte de Jon Wengström (responsable des archives suédoises), suivi d’interventions de David Francis, Christian Dimitriu, Luca Guiliani et Sever J. Voicu. Une section est ensuite consacrée aux collections spécialisées à travers le monde.

On trouve aussi un peu plus loin, dans ce très riche numéro, une présentation de la Haguefilm Foundation, créée l’année dernière, et présentée ici par Paolo Cherchi Usai (qui la dirige), Daniela Curro et Ulrich Ruedel.

FIAF. Rue Defacqz 1, Bruxelles, Belgique. 00 32 2 538 3065. jfp@fiafnet.org

Archimages09 : les interventions en ligne

Les interventions de la dernière édition d’Archimages, sur le thème « Recherche / archives : numériser les images et après ? » (18-20 novembre 2009) sont d’ores et déjà consultables en ligne sous forme audio à l’adresse suivante : 

http://www.inp.fr/index.php/fr/mediatheque_numerique/les_retransmissions_audio/archimages09

Seules les tables rondes ne sont pas consultables. Les retranscriptions écrites de l’ensemble du colloque seront en ligne en tout début 2010.

A la cote T 3092, on trouve…

Loïc Arteaga, qui travaille sur le fonds Triangle de la Cinémathèque française sous l’angle de la possible restauration des films, a mis il y a quelques semaines au jour, dans les toutes dernières boîtes du fonds, une mine de listes dactylographiées . Non pas la tombe de Toutankhamon, mais un travail de scribe faisant et refaisant l’inventaire de ce que la Triangle avait possédé ou du moins avait distribué tout au long de sa courte et tumultueuse existence. Cinq listes dans la boîte 91, neuf dans la boîte 92. On est dans un univers borgésien puisqu’il semble y avoir des listes de tout, de 225 à 4 pages, rebrassant dans tous les sens les mêmes titres et les mêmes noms, par auteur de l’histoire, par acteur principal, avec Mabel Normand, par nombre de bobines, par films vendus en 1926, par titre provisoire, par négatif Tri-Stone, par histoires à vendre, par catalogue annuel.

Ces listes semblent avoir été établies, sur la base des dossiers conservés dans les autres boîtes, par Harry E. Aitken lui-même. Tout se passe comme si, dans la seconde moitié des années 20, Harry E. Aitken reprenait systématiquement les dossiers archivés, notant les marques et les dates de distribution (c’est sans doute sa main au stylo bleu qui marque sur les premières pages des « continuity scripts » le nombre de pages du dossier et la date de distribution – souvent confirmée par la mention à l’encre noire sur la pochette kraft du dossier suspendu original). Rumination d’homme forcé à l’inactivité ? Sans doute, mais pas seulement : recensement aussi des avoirs et établissement clair de ce dont on détient les droits et donc ce qu’on peut encore vendre (voir T 3098 : liste des films vendus en 1926 à Chester).

Je m’intéresserai ici à la cote T 3092, qui contient une liste de 18 pages recensant par ordre chronologique, du 7 novembre 1915 au 14 mars 1920 l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle, aux Etats-Unis (sortie, ressortie et ré-édition). Continuer la lecture de A la cote T 3092, on trouve…