Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

LES DIFFERENTES FORMES ET PHASES DE DISTRIBUTION DES FILMS TRIANGLE

 

La liste officielle des films distribués par la Triangle – document « Triangle Film Corporation’s releases » (Cote : TRIANGLE 1829 / T 3092, Boîte 92 du fonds John Allen/Triangle de la Cinémathèque française)[1] – atteste d’un total de 635 films distribués[2] par la Triangle aux États-Unis du 7 novembre 1915 au 31 août 1919.  

Le détail de l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle présenté dans cette liste  permet d’éclaircir les différentes formes successives de la Triangle sous ses différentes appellations (les cinq « marques »)  ainsi que leurs caractéristiques sans toutefois balayer toutes les zones d’ombre. Il nous semble donc important de revenir en détails sur ces différentes formes et phases de distribution de la Triangle pour essayer d’en tirer une synthèse la plus complète possible, quitte à répéter certains points déjà abordés précédemment.

Les différentes appellations rencontrées tout au long de nos recherches laissaient supposer une distribution des films Triangle relativement simple à identifier ; à savoir un premier sous-ensemble constitué par les « marques » Triangle-Fine Arts (Griffith), Triangle-Kay Bee (Ince) et Triangle-Keystone (Sennett) progressivement remplacé par un second sous-ensemble Triangle tout court et Triangle Comedy (la première « marque » pour pallier les départs successifs de Griffith et Ince, la seconde le départ de Sennett). Or l’analyse de la liste officielle des films distribués par la Triangle révèle des phases de distribution plus complexes, difficilement datables et identifiables en raison de combinaisons nombreuses qui, de plus, ne se succèdent jamais de manière franche et définitive[3]. Toutefois, voici les grandes tendances que l’on observe :

1. La formule de base : Triangle-Fine Arts/Triangle-KayBee/Triangle-Keystone

 

Le « programme Triangle » – pour reprendre le nom qu’on lui attribue dans les différents documents – débute le 7 novembre 1915 au rythme de quatre films distribués par semaine : deux longs-métrages de 5 bobines, un Triangle-Fine Arts supervisé par Griffith[4] et un Triangle-Kay Bee supervisé par Ince, couplés avec deux courts-métrages Triangle-Keystone de 2 bobines[5] supervisés par Sennett. A l’exception de la semaine du 20 février 1916 où seulement trois films sont distribués (un seul film Keystone au lieu de deux, du fait que le film Kay Bee – Peggy – fait exceptionnellement 7 bobines au lieu de 5), cette formule de base, véritable marque de fabrique du programme de distribution de la Triangle, n’est maintenu de manière consécutive que jusqu’à la semaine du 14 mai 1916 incluse, soit pendant seulement 28 semaines.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

To Our Mothers,
before whose silent Sacrifice,
deep hidden in their Hearts,
our Part seems mere Adventure.[1]

Ce travail s’inscrit dans un projet à long terme dans lequel je me propose d’analyser à partir de sources premières[2] les conditions historiques et les usages politiques du cinéma (documentaires et fictions) aux Etats-Unis dans la période qui précède l’intervention du pays dans le premier conflit mondial.  

Films documentaires avant l’entrée en guerre de l’Amérique

Très tôt après le début des hostilités en Europe et donc avant l’entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917 et avant les célèbres visites de David Wark Griffith sur les fronts Alliés,[3] des films documentaires et d’actualité ont été tournés à proximité des champs de bataille par des opérateurs de différentes nationalités.[4] Certains de ces films ont été ensuite montrés sur le territoire américain, en projections privées ou en salles, en marge de nombreux films de fiction américains ayant trait à la guerre.[5] L’un de ces films documentaires, le film britannique « The Battle of the Somme » sorti aux Etats-Unis en novembre 1916,[6] a été le film de propagande anglaise le plus important de cette époque.[7]

Il n’existe pas d’études circonstanciées se rapportant spécifiquement aux films de cette période sur la guerre. Les ouvrages anglais et américain pionniers les plus documentés sur le sujet datent d’une vingtaine d’années;[8] le livre de Midkiff DeBauche et l’article de Latham, plus récents, traitent essentiellement des deux dernières années de guerre.[9] En France, le livre de Véray aborde brièvement la circulation des actualités françaises aux Etats-Unis.[10]

Continuer la lecture de La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

Catherine Papanicolaou

Chercheur CNRS, CR1,UMR 7172 Atelier de recherche sur l'Intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS), INHA

More Posts - Website

Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution

1 – Les Triangle Plays1 .

Les Triangle Plays sont des hebdomadaires de huit pages édités par la Triangle et distribués aux exploitants d’octobre 1915 à novembre 1916.  Ils ont trois fonctions : présenter la Triangle Film Corporation, exposer les films et les projets en cours, et enfin promulguer des conseils en publicité et en management.

De nombreux articles présentent la politique de la Triangle et l’image dont elle jouit. Y sont expliqués le positionnement sur le marché cinématographique et les moyens mis en œuvre. « Un spectacle associant respect de la morale et des grandes qualités techniques est l’assurance d’une exploitation rentable2». Ce discours est conservé dans tous les numéros. Plusieurs exemples illustrent le soutien d’instances communautaires à cette politique, des associations d’aides aux orphelins jusqu’aux déclarations du colonel Théodore Roosevelt.

Les hebdomadaires présentent aussi les informations relatives aux quatre films programmés chaque semaine; quelles stars, quels thèmes, quel superviseur. Généralement l’un d’entre eux est mis en avant pour sa valeur publicitaire. Une ou deux pages complètes sont consacrées à la qualité de son sujet, aux perspectives publicitaires qu’il permet, aux types de public auquel il s’adresse. Dans ce cadre, quelques propositions sont faites pour créer un événement médiatique autour de la sortie du film.

Enfin, plusieurs articles sont consacrés au management. Il s’agit de sensibiliser les exploitants aux diverses méthodes publicitaires, de dispenser des conseils sur l’aménagement des salles, ou encore d’améliorer les conditions de projection des films. L’ambition est de créer une unité d’image et de confort propre au circuit d’exploitation Triangle.

Ces hebdomadaires étant à usage publicitaire, il faut, bien entendu, prendre de la distance avec les discours et la véracité des faits énoncés. Toutefois, ils sont une base solide pour l’étude des contrats et des relations liant distributeurs et exploitants, ainsi que pour comprendre les enjeux et les difficultés du système de distribution pensé par la Triangle.

Continuer la lecture de Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution

La Triangle, la distribution et la censure

Introduction :

On part ici de deux points. Le premier est que, pour Harry E. Aitken, la Triangle n’est que le prolongement de la Mutual : il poursuit dans la Triangle ce qui ne lui a pas été donné de réaliser à la Mutual. Le second est qu’une des difficultés récurrentes de la Triangle a été, parmi d’autres, la distribution.

Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, 23 février 1915 :

Dans ces conditions, il faut accorder un intérêt particulier à l’arrêt de la Cour Suprême du 23 février 1915, dans l’affaire qui oppose, sur initiative de la Mutual, cette dernière à l’Industrial Commission of Ohio. On sait que cet arrêt donne raison à cette commission, en rejetant les arguments de la Mutual qui invoquait une entrave à la liberté d’expression en raison de la censure exercée au niveau de chaque état des Etats-Unis. La Cour lie deux éléments : le cinéma n’est qu’une industrie du spectacle et n’a pas dans ces conditions à être protégé au nom de la liberté d’expression, et le cinéma peut avoir une visée cachée qui serait de corrompre les spectateurs (voir http://en.wikipedia.org/Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, qui présente les éléments soumis pas Mutual et l’arrêt de la Cour suprême, et http://supreme.justia.com/us/236/230/case.html qui donne le texte intégral del’arrêt, et http://en.wordpress.com/tag/mutual-decision/, blog d’étudiants en droit analysant et commentant cet arrêt, ainsi que les autres sites Internet consacrés à cet arrêt.

La Triangle évoquera dès 1916, notamment dans son hebdomadaire Triangle Plays, les entraves mises par la censure à la distribution « normale » des films, et le problème rebondira encore en 1917 avec la constitution d’un comité que Griffith acceptera de présider et auquel se joindra, de façon tout à fait significative, George Eastman.

Continuer la lecture de La Triangle, la distribution et la censure