Deux sites ouverts (résultats de recherche)

 Un des résultats du travail de recherche ANR Cinémarchives a été la constitution, en collaboration avec la Cinémathèque française, qui conserve les fonds étudiés, de deux sites en ligne regroupant des éléments documentaires et des éléments de réflexion sur deux des fonds sélectionnés en raison de leur richesse : le fonds Serge Pimenoff et le fonds dit « John E. Allen – Triangle », renommé depuis, pour des raisons historiques « Harry E. Aitken – Triangle ». On en trouvera ci-après les adresses et un bref descriptif.

Serge Pimenoff (1985-1960)
Les techniques du décor de cinéma
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/pimenoff/index.php

Le décorateur Serge Pimenoff (1895 – 1960), architecte russe émigré en France dans les années vingt, a laissé en témoignage de ses années d’activité dans le cinéma de précieux carnets, ainsi que des dessins et maquettes de décor. Ces documents, conservés à la Cinémathèque française, permettent de retracer sa carrière et de cerner les contours de ses méthodes de travail, à l’époque des décors d’atmosphère. Mis en perspective par des analyses historiques et des témoignages inédits, ils ouvrent des pistes de recherche sur l’histoire du décor de cinéma en France.

Le site, dont l’auteur est Gisuy Pisano, professeur en cinéma et audiovisuel à l’université Paris-Est Marne la Vallée, contient notamment un documentaire contenant des témoignages inédits de grands professionnels du décor de cinéma.

La Triangle (1915-1919)

Archives, recherche et histoire du cinéma

http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/index.php

Fondée aux États-Unis en 1915 par trois producteurs de cinéma et un « triumvirat » de réalisateurs composé de D. W. Griffith, Mack Sennett et Thomas Ince, la société Triangle a produit ou distribué pendant quatre ans des centaines de films muets (westerns, comédies, mélodrames), avec quelques stars (Douglas Fairbanks, Lillian Gish…). Les archives de la Triangle (films, scénarios et archives de production, photographies de plateau), conservées pour partie à la Cinémathèque française, sont d’une incroyable richesse. La découverte, l’analyse et l’accompagnement documentaire de ces collections uniques offrent un regard inédit sur les méthodes de production et l’esthétique de cette période de l’histoire du cinéma, jusque-là peu explorée.

Le site contient notamment 22 extraits de films (dont deux ont été restaurés par la Cinémathèque française en 2010), une sélection de 100 photos de plateau, ainsi qu’une filmographie de référence sur la Triangle.

__________________________________________

Par ailleurs, un site Internet sur un des plus importants fonds d’archives non film de la Cinémathèque française, le Crédit National, vient aussi d’être mis en ligne :

Le Crédit National

Archives pour une histoire de la production cinématographique française (1941-1966)
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/credit_national/index.php

Le fonds d’archives du Crédit National a été acquis par la Bibliothèque du film en 1993. Organisme bancaire qui aida la production d’une partie du cinéma français entre 1941 et 1966, les documents qu’il contient nous apprennent beaucoup sur l’économie et l’histoire du cinéma, sur le rôle de l’État dans son fonctionnement et son financement, ainsi que sur les films eux-mêmes et leur mode de production. Ce fonds a fait l’objet d’un séminaire de recherches de plusieurs années dirigé par Laurent Creton, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle ainsi que Frédérique Berthet, maître de conférence à l’université Paris Diderot, qui est l’auteur des textes du site.

Un historique de l’institution Crédit National, une description détaillée de l’organisation du fonds d’archives, des analyses de documents replacés dans leur contexte, une base de données filmographique et des ressources documentaires, permettent de comprendre l’importance de ces archives pour l’histoire du cinéma, tout en souhaitant susciter des recherches nouvelles sur ce sujet.

La Triangle comme tentative de canonisation de « Birth of a Nation »

 

L’entreprise Birth of a Nation (ci-après Birth, David Wark Griffith, 1915) est, au départ, un énorme pari, esthétique, industriel, financier, national et international[1]. Le film est hors norme, son financement est pour ainsi dire sauvage (pour ce qu’on en sait, par Harry E. Aitken et Griffith, pour moitié) et le film est sans doute au centre de la querelle entre Aitken et Mutual, qui ne distribuera pas le film[2]. Son exploitation se fera à travers la société, créée pour la circonstance et pour ce seul film, Epoch[3] sur le mode du road show : organisation particulière d’une séance exceptionnelle, avec orchestre. Le road show s’oppose au state rights : ce dernier organise, sur la base d’un accord général, la projection d’un film sur la totalité d’un territoire (un état) pour une durée déterminée et au forfait. De ce point de vue aussi, Birth est le contraire d’un canon : c’est un film qui se veut en tous points exceptionnel[4].

Continuer la lecture de La Triangle comme tentative de canonisation de « Birth of a Nation »

The Martyrs of the Alamo, grand film

Il y a, dans le fonds des Aitken Papers à Madison un très intéressant dossier de production (Scripts, box 7) sur The Martyrs of the Alamo, film dirigé par W. Christy Cabanne, sous la supervision de David Wark Griffith dans le cadre de Fine Arts, pour le programme Triangle du 21 novembre 1915. Le dossier comporte notamment 100 photos de plateau (ce qui en fait le dossier le plus illustré des deux fonds parisien et madisonien).

C’est un film ambitieux esthétiquement (tournage en extérieurs réels important, décors construits), et donc financièrement, mais aussi politiquement, et de deux façons. Tout d’abord dans la représentation nationale d’un épisode mythique,menant à l’indépendance du Texas, elle-même menant à son rattachement aux Etats-Unis. Ensuite dans la politique de la Triangle, où le Mexique, terre de guerre civile, tient une place toute particulière dès les premiers films des programmes Triangle (on pense à The Lamb, notamment) : on est ici dans le droit fil de Birth of a Nation d’une part, et du croisement entre la célébration de la fin de la guerre de Sécession et l’éclatement de la guerre en Europe, d’autre part.

Il y aurait mille choses à dire sur la mise en scène dans ce film, à la fois dans la distribution des rôles et dans la composition de l’image. Je me contente ici de noter, après d’autres, la surreprésentation du militaire du côté des Mexicains, constitués (et ce n’est évidemment pas un hasard sur le plan de l’histoire et de l’idéologie) en armée napoléonnienne, avec uniformes flambants neufs et voyants, et sa sous-représentation du côté des Américains qui sont juste des colons aux allures de trappeurs (sur le modèle de Davy Crockett qui passe sa panoplie à tous) et de braves familles. On sait aussi qu’un des aspects du conflit avec le Mexique tient à la difficile relation au catholicisme et à l’Eglise, naturellement « traités » dans le film. On goûtera, à la fin, la métamorphose des drapeaux nationaux.

Il se trouve que le film dans sa totalité est disponible sur le net :

https://www.archive.org/details/TheMartyrsoftheAlamo

Il vaut la vision. Notons encore trois choses : le film est promu (notamment dans Triangle Plays) comme étant un film de Griffith, et on insiste lourdement sur la valeur éducative (educational value) avec une campagne d’enseignants de la Côte Est  – dixit la publicité – recommandant à tous sa vision. Enfin, le dossier fait apparaître qu’au départ de sa conception, ce film est prévu pour un programme Mutual (a Mutual Masterpiece) : The Martyrs of the Alamo fait donc partie de ces films programmés initialement sous la responsabilité de Griffith dans le cadre de Mutual et déroutés, à la fin du printemps 1915, vers la Triangle en cours de formation.

The Buying of the Triangle « Scripts and Production material » by Henri Langlois: a reconstruction

The John E. Allen – Triangle collection is one of the most important, in terms of special collections, of the Cinémathèque française. It represents today 95 five archive boxes, more than 1 300 hundreds photos and more than twenty films preserved and, at least for the papers and the photos, accessible. The papers go from 1909 to 1935, which exceeds largely the lifetime of Triangle. When we created the Bibliothèque du film in 1993, I asked what were the main collections to treat and the Allen – Triangle one came in first place for it had not been catalogued since its acquisition. It took from 1994 to 1996 to do so, and it was part of the public access when we opened the Bibliothèque du film in 1996. Strangely enough, I couldn’t find the time to look at it when I was at the Bibliothèque du film and no one did. It is because I settled a research program in 2007 with the Cinémathèque française that we could undertake the exploration of the Allen-Triangle collection.

Its place at the Cinémathèque française is a rare one. We know that Langlois was a fan on silent film, and was gathering material on French and especially German cinema. This is one of the reasons why the Fritz Lang papers, for the American period, are preserved at the Cinémathèque française (and not in Los Angeles or at the MOMA or in Berlin). The Lang and the Allen collections are the two big American collections, in terms of special collections, of the Cinémathèque française. We know why Lang gave his papers to Langlois. What we don’t know is how Langlois bought the Allen collection when the Wisconsin Historical Society was after it some years before.

What I am going to present is the third attempt to reconstruct, on the basis of photocopies transmitted by the Cinémathèque française from their own administrative archives, what went on, from February 1961 to October 1966, between Langlois and Allen. We know the legend: retired in New Jersey in the late fifties, John E. Allen, who worked at the George Eastman House in Rochester, discovered in an abandoned building papers from the Triangle. He shared his findings with his friends James Card (George Eastman House) and Henri Langlois, but later an arsonist set fire to the building where they were kept and everything left went into smoke. There is another story referring to an auction of the Triangle papers at some point in March or April 1957, a year after the death of Harry E. Aitken, the president of Mutual and then of Triangle.

Continuer la lecture de The Buying of the Triangle « Scripts and Production material » by Henri Langlois: a reconstruction

Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Alain Carou, pour m’aider à combler une lacune, a bien voulu ces jours-ci me faire tenir le fort numéro de 1895 qu’il a co-dirigé avec Béatrice de Pastre et qui est consacré au Film d’Art (« Le Film d’Art & les films d’art en Europe, 1908-1911 » n° 56 décembre 2008). Livraison d’une très haute tenue et qui est une mine pour l’histoire et l’esthétique, avec une réévaluation bien nécessaire de cette période et de ce type de film.

Il se trouve que ce qui s’y dit du Film d’Art n’est pas sans rapport avec nos questions sur la Triangle américaine, dont la gestation recouvre d’ailleurs pour partie la période (1908-1911) considérée. Par exemple, Christophe Gauthier (« Histoire d’un crime. Vies et mort du duc de Guise », pp. 173-187) relève la série d’accusations portées par les historiens du cinéma contre le Film d’Art et ce qui serait sa théâtralité académique. On retrouve là les réflexes déclenchés par la Triangle et son échec, attribué, on l’a vu, de façon récurrente à ce qui serait le recrutement intempestif d’acteurs de théâtre classique et à leur sur-rémunération. Le travail conduit par Alain Carou et Béatrice de Pastre montre à quel point ce passage par le théâtre, pour accéder au film de fiction tel que nous l’avons connu, est à la fois un mouvement international (en France et en Europe, pour ce qui est de ce travail) et un mouvement complexe, au sein duquel se mêlent et s’entrechoquent des visées tantôt convergentes, tantôt contradictoires.

Mais cette livraison de 1895 comporte un autre article qui nous intéresse au premier chef : celui de Jon Burrows, « Des films d’art britanniques, 1908-1911 » (pp. 225 – 250). Jon Burrows nous parle des films Barker, fondés sur des pièces de théâtre, dans lesquelles joue Sir Herbert Beerbohm Tree.

tree

Continuer la lecture de Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Photogénie de l’armée américaine fin 1915

 

Préambule :

 

On se pose, depuis le début de ce programme de recherche et plus précisément sur sa partie concernant la Triangle, la question de la relation entre la formation de cette entité (la Triangle, entre avril et novembre 1915) et la politique internationale des Etats-Unis, autrement dit le rapport entre sa création, sa production et les conflits armés qui vont de la guerre civile mexicaine, la guerre en Europe, jusqu’à la première révolution en Russie en février 1917, en passant par la question irlandaise (soulèvement de Pâques 1916). Catherine Papanicolaou s’est lancée dans cette recherche par le truchement d’un film d’actualités tourné en Europe et en a présenté ici les premiers résultats. On voudrait, par l’étude de deux films de fiction, The Lamb et The Submarine Pirate, apporter une modeste contribution à l’entreprise[1].

Continuer la lecture de Photogénie de l’armée américaine fin 1915

La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

To Our Mothers,
before whose silent Sacrifice,
deep hidden in their Hearts,
our Part seems mere Adventure.[1]

Ce travail s’inscrit dans un projet à long terme dans lequel je me propose d’analyser à partir de sources premières[2] les conditions historiques et les usages politiques du cinéma (documentaires et fictions) aux Etats-Unis dans la période qui précède l’intervention du pays dans le premier conflit mondial.  

Films documentaires avant l’entrée en guerre de l’Amérique

Très tôt après le début des hostilités en Europe et donc avant l’entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917 et avant les célèbres visites de David Wark Griffith sur les fronts Alliés,[3] des films documentaires et d’actualité ont été tournés à proximité des champs de bataille par des opérateurs de différentes nationalités.[4] Certains de ces films ont été ensuite montrés sur le territoire américain, en projections privées ou en salles, en marge de nombreux films de fiction américains ayant trait à la guerre.[5] L’un de ces films documentaires, le film britannique « The Battle of the Somme » sorti aux Etats-Unis en novembre 1916,[6] a été le film de propagande anglaise le plus important de cette époque.[7]

Il n’existe pas d’études circonstanciées se rapportant spécifiquement aux films de cette période sur la guerre. Les ouvrages anglais et américain pionniers les plus documentés sur le sujet datent d’une vingtaine d’années;[8] le livre de Midkiff DeBauche et l’article de Latham, plus récents, traitent essentiellement des deux dernières années de guerre.[9] En France, le livre de Véray aborde brièvement la circulation des actualités françaises aux Etats-Unis.[10]

Continuer la lecture de La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

Catherine Papanicolaou

Chercheur CNRS, CR1,UMR 7172 Atelier de recherche sur l'Intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS), INHA

More Posts - Website