A la cote T 3092, on trouve…

Loïc Arteaga, qui travaille sur le fonds Triangle de la Cinémathèque française sous l’angle de la possible restauration des films, a mis il y a quelques semaines au jour, dans les toutes dernières boîtes du fonds, une mine de listes dactylographiées . Non pas la tombe de Toutankhamon, mais un travail de scribe faisant et refaisant l’inventaire de ce que la Triangle avait possédé ou du moins avait distribué tout au long de sa courte et tumultueuse existence. Cinq listes dans la boîte 91, neuf dans la boîte 92. On est dans un univers borgésien puisqu’il semble y avoir des listes de tout, de 225 à 4 pages, rebrassant dans tous les sens les mêmes titres et les mêmes noms, par auteur de l’histoire, par acteur principal, avec Mabel Normand, par nombre de bobines, par films vendus en 1926, par titre provisoire, par négatif Tri-Stone, par histoires à vendre, par catalogue annuel.

Ces listes semblent avoir été établies, sur la base des dossiers conservés dans les autres boîtes, par Harry E. Aitken lui-même. Tout se passe comme si, dans la seconde moitié des années 20, Harry E. Aitken reprenait systématiquement les dossiers archivés, notant les marques et les dates de distribution (c’est sans doute sa main au stylo bleu qui marque sur les premières pages des « continuity scripts » le nombre de pages du dossier et la date de distribution – souvent confirmée par la mention à l’encre noire sur la pochette kraft du dossier suspendu original). Rumination d’homme forcé à l’inactivité ? Sans doute, mais pas seulement : recensement aussi des avoirs et établissement clair de ce dont on détient les droits et donc ce qu’on peut encore vendre (voir T 3098 : liste des films vendus en 1926 à Chester).

Je m’intéresserai ici à la cote T 3092, qui contient une liste de 18 pages recensant par ordre chronologique, du 7 novembre 1915 au 14 mars 1920 l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle, aux Etats-Unis (sortie, ressortie et ré-édition). Continuer la lecture de A la cote T 3092, on trouve…

Les photos de films « à kids » de la Triangle

Comme les autres compagnies de son époque, la Triangle a recours aux jeunes enfants (les kids) pour construire ses histoires et pour attirer son public, que ce soit dans le registre comique à la Keystone ou dans le registre mélodramatique sous la bannière Fine Arts, sans doute selon une stratégie à plusieurs étages : attirer les enfants et les parents des enfants, jouer de la fibre mélodramatique et afficher sur le tout la grande honorabilité du spectacle. Par « kids », il faut entendre des enfants à la fois autour de dix ans (avant l’adolescence et même la pré-adolescence) et en groupe. L’enfant isolé, comme dans le film de Chaplin, existe mais il est plus rare et moins identifié que le groupe d’enfants. On pourrait y ajouter le trait « pauvres » car le ressort pathétique fonctionne plus facilement avec des enfants des rues qu’avec des gosses de riches (ou adoptés par des riches), dont on trouve toutefois au moins un exemple avec Martha’s Vindication.

Chester Franklin, Martha's Vindication. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Photo 1 : Chester M. et Sidney A. Franklin, Martha's Vindication. 1916. Fine Arts. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Les photos de films « à kids » de la Triangle

Photo, théâtre et cinéma : Raoul Walsh et Ibsen

Dans les quelques 1 700 photos que le fonds Triangle de la Cinémathèque française comprend, on s’arrête sur l’une d’elle pour sa mise en scène un peu trop apprêtée et du coup sur la série à laquelle elle appartient, relativement courte, hétérogène, avec des documents fort pâlis, pour un film de 1916, dirigé, nous disent les notices, par Raoul Walsh sous le titre Pillars of Society (ce film ne figure pas dans la liste des films conservés par un membre de la FIAF : pour l’heure donc ces photos sont tout ce qui en reste).

Pillars of Society. 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Photo 1 : Pillars of Society. Raoul Walsh, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Photo, théâtre et cinéma : Raoul Walsh et Ibsen

The « Ince Method » and Film on the West Coast between 1913 and 1917

Ce qui suit est le texte de la conférence donnée à l’Université de Stirling le 3 septembre 2009 à l’invitation du professeur John Izod, dans le cadre du colloque « Archives and Auteurs » (2-4 septembre). Les Actes du colloque sont consultables en ligne à l’adresse suivante :  http://www.is.stir.ac.uk/libraries/collections/anderson/Conference.php  Je remercie les organisateurs de la conférence de m’autoriser à publier ici ce texte. Je remercie également Kevin Brownlow d’avoir bien voulu me signaler deux erreurs dans la première version.

What I am presenting today under this title has to be understood as part of a work in progress, a research program called Cinémarchives, whose end is December 2010, financed by the Agence nationale de la recherche, built in collaboration with the Cinémathèque française and the Institut Jean Vigo, and largely dedicated to the examination of the John A. Allen – Triangle collection preserved by the Cinémathèque française in Paris. One of the goals of this research is to rebuild the history of the Triangle Film Corporation which apparently lived between 1915 (date of its first birth) and 1917-1918 (date of its second or third death, which was not even the last one: we find traces of a still active Triangle at the beginning of the Twenties and still in the Thirties).

One of the paradoxes of film history is that, in spite of numerous and accessible archives, nothing really extended and serious has been written on Triangle, with the exceptions of the work of an amateur historian, but a serious one, Kalton C. Lahue in his Dreams for Sale book, back in 1971, and of Janet Staiger seminal work on the producer-unit in 1985. This is not to say that Eileen Bowser, Eduardo Koszarski or Kristin Thompson are not serious historians, but their approach is limited in scope and is not centered on the Triangle system. So, we are still left with the common statement that Triangle was the first attempt of a vertical integration of the film industry (vertical integration meaning from production to exploitation), attempt which failed for unknown (or diverse, which is the same) reasons. Continuer la lecture de The « Ince Method » and Film on the West Coast between 1913 and 1917

Bologne : projet Chaplin (suite)

La Cinémathèque de Bologne vient, dans le cadre de son vaste projet Chaplin, de publier en un coffret, un livre et un DVD sous le titre Alla ricerca di Charlie Chaplin. Unknown Chaplin (Edizioni Cineteca di Bologna 2009. 18 euros). Cela reprend l’admirable travail de Kevin Brownlow et les émissions qu’il avait réalisées (156 minutes de bonheur) en 1983 à partir d’archives cinématographiques. C’est une étude réjouissante sur Chaplin au travail et les extraordinaires moyens employés pour arriver à ses fins, comme pour The Gold Rush ou City Lights. C’est un outil de découverte et d’enseignement très stimulant, notamment par la présentation de scènes non retenues au montage.

www.cinetecadibologna.it

www.charliechaplinarchive.org

Photo, peinture, théâtre : éclairages de nuit à la Triangle

Je fais suite ici au texte, très riche, de Barbara Le Maître sur des photos de la Triangle qu’elle a choisies et qu’elle commente de façon très juste et très suggestive dans leur rapport à la peinture. J’y fais suite, littéralement, car ses analyses nous conduisent un peu plus loin dans notre compréhension de la Triangle et de sa politique de production, laquelle couvre à la fois des ambitions industrielles mais aussi esthétiques, les unes étant ici indissociables les unes des autres.

1. Hogarth confirmé :

edwards-walter-dividend-p003-0661
Dividend. Walter Edwards, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Avec finesse et justesse, pour Dividend, Barbara Le Maître relève avec discernement que la caractérisation du personnage debout de face l’associe, par le biais de la mouche peinte sur le visage blanc, à travers Hogarth, au vice et à la corruption.

edwards-walter-dividend-p003-0721
Dividend. Walter Edwards, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Cela est fort juste : il s’agit, non de prostitution directement, mais de corruption par l’invitation à consommer de l’opium : cette femme en est pourvoyeuse, comme l’indique le flacon, typé, qu’elle exhibe et propose. Cela se trouve renforcé par son âge, sa posture debout, face à des femmes plus jeunes, assises et dans l’ensemble en corsage blanc. Une autre photo vient corroborer cela pour un film dont l’histoire est centrée sur les méfaits de cette drogue. On reste ici sur le versant à la fois moralisateur (y compris avec son aspect provocateur) de la Triangle : la mise en scène laisse entrevoir la pomme présentée à Adam, avec cette jeune femme invitante dans une pose reptilienne pendant que le Satin féminin, bien identifié par Barbara Le Maître, organise l’ensemble de la scène.

Continuer la lecture de Photo, peinture, théâtre : éclairages de nuit à la Triangle