Travail sur le décor : filmographies générales et détaillées de Max et Jacques Douy

Il n’est plus à prouver la notoriété de Max Douy, décorateur de cinéma, d’abord assistant décorateur puis chef décorateur, mais par contre, la carrière de son frère, Jacques, est beaucoup moins connue, bien qu’il mérite également d’être mis en lumière, comme ont pu commencer à le faire Jacques Choukroun et François Amy de la Bretêque en l’interviewant en 1995 pour la revue Archives (Entretien avec Max et Jacques Douy, Archives, n° 102, décembre 2009, pages 7 à 16).
De mars à juin 2011, j’ai eu la chance de travailler pour le programme Cinémarchives. La mission de recherche qui m’était confiée était d’établir deux filmographies détaillées : celles de Max et Jacques Douy. Mes recherches se sont faites pour la plupart dans les archives de la Cinémathèque euro-régionale Institut Jean Vigo, située à Perpignan, où j’ai pu chercher et recouper les informations pour les vérifier. Mon souci pour cette recherche, qui est un véritable travail d’archives, a été d’établir la filmographie la plus scientifique, complète et rigoureuse possible, ce qui s’est révélé fastidieux étant donné qu’on peut compter pour les frères Douy plus de 170 films. Aidé de certaines recherches existantes, le premier travail a été d’établir une liste précise de films et de vérifier que les frères Douy y ont bien travaillé, puis d’en faire un générique précis et aussi complet que possible, en vérifiant et en recoupant chaque information dans des sources de qualité.
Le résultat donne une filmographie avancée, qui offre de belles pistes de recherches, posant plusieurs constats. Premièrement, l’importance de la longue carrière de Max Douy, d’abord comme assistant (notamment avec plusieurs décorateurs de renom comme par exemple Jacques Colombier, Guy de Gastyne, Lucien Carré, …), puis comme décorateur pour de grands réalisateurs (entre autres Maurice Tourneur, Max Ophuls, Louis Daquin, Robert Bresson, Vittorio de Sica, Sydney Pollack, Costa-Gavras, Claude Autant-Lara avec lequel il a collaboré sur une vingtaine de films, …). Deuxièmement, le travail méconnu de Jacques Douy, qui a maintes fois été l’assistant de son frère, mais aussi chef décorateur sur plusieurs films. Et troisièmement, la facette oubliée de Max Douy avec les pièces de théâtre, dont j’ai mis la théâtrographie en annexes.

Avec les deux frères, c’est donc un ensemble que nous avons devant les yeux et qui, à mon avis, mérite une attention particulière, auquel j’ai tenté d’apporter du mieux possible ma contribution, par ce travail de recherche en consultation sur le lien suivant.

Travail sur le décor : filmographies générales et détaillées de Max et Jacques Douy

 

Le 22 août 2012,
Barthélémy Py

L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

 

Page de couverture

Présentation :

Depuis de nombreuses années déjà, la tendance, en termes de recherche en cinéma, montre une revalorisation de l’objet-scénario et plus largement de toutes les archives qui concernent la préparation d’un tournage. En effet, ces archives « non-films » prennent une place de plus en plus importante dans la constitution d’une autre mémoire du cinéma mais répondent également à un désir, autant des chercheurs que du grand public, d’observer, comprendre et analyser les différentes étapes de la fabrication d’un film.

Si l’archive filmique est la voie royale du chercheur, le scénario est alors l’une de ses figures de proue, surtout quand celui-ci porte la marque, souvent manuscrite, de ses créateurs. Témoin d’un état du film à un moment donné, le scénario annoté intègre ainsi une dimension temporelle supplémentaire qui se constitue à l’intérieur même du document[1] ; ces annotations sont les traces de la pensée de ce scripteur, de sa lecture/relecture du document. Souvent, ces scénarios annotés qui nous échoient portent la signature de ceux qui les ont écrits, le scénariste et/ou le réalisateur, car il ne faut pas oublier que le scénario, document-clé de la préparation d’un film, passe dans à peu près toutes les mains de ceux qui contribuent à sa création, du scénariste au monteur, en parcourant les domaines du chef-opérateur, du producteur ou encore du décorateur. Il semble qu’il soit plus rare, en effet, de retrouver parmi ces archives les annotations des « techniciens du film » qui apportent leur savoir-faire et leur dimension personnelle et créative à la fabrication du film. On peut alors étudier sous cet angle la génétique et du scénario et du film. Continuer la lecture de L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

Filmographie de Serge Pimenoff

1924

Les ombres qui passent d’Alexandre Volkoff  [ à confirmer]

1927

Napoléon vu par Abel Gance d’Abel Gance

1929

Nuits de princes / Nuits de tziganes de Marcel L’Herbier

1930

L’Age d’Or de Luis Buñuel (assistant d’Alexandre Trauner)

1931

L’Aiglon de Victor Tourjansky

Le Chant du marin de Carmine Gallone

Le Chanteur inconnu de Victor Tourjansky  (Maquettes et carnets Fonds Pimenoff CF)

Cœur de lilas d’Anatol Litvak

Paris-Béguin de Augusto Genina

Der herzog von Reichstadt de Viktor Tourjansky
Version allemande du Film : L’Aiglon

1932

Marie, légende hongroise / Une histoire d’amour de Paul Féjos

Le roi des palaces de Carmine Gallone

Rouletabille aviateur de Istvan Szekely (Maquettes et carnets Fonds Pimenoff CF)

Un fils d’Amérique de Carmine Gallone

Continuer la lecture de Filmographie de Serge Pimenoff

Le fonds Serge Pimenoff conservé à la Cinémathèque française

Serge Pimenoff

Serge Pimenoff (Serguei Pimenov), né à Yalta le 5 octobre 1895 et décédé à Boulogne-Billancourt en 1960, arrive en France à la suite d’autres immigrés russes qui ont mis leur savoir-faire au service de cinéma autour des années 1920. Nous ne possédons que très peu d’éléments sur sa carrière en tant qu’assistant ou décorateur et même sur sa biographie alors que la filmographie – même si elle est toujours partielle – est impressionnante. En effet, celle-ci doit être elle-même vérifiée car, par exemple d’après la biographie du peintre Georges Artemoff, ils auraient travaillé tous les deux avec Viktor Touriasky sur le tournage en Corse du film Les ombres qui passent d’Alexandre Volkoff, en 1924, et cependant Serge Pimenoff n’apparaît pas au générique de ce film.

Les points qui paraissent certains sont les suivants :
– il débute son activité en France en 1925 comme assistant-décorateur pour le Napoléon vu par Abel Gance (1927) et poursuit cette activité pour Anatol Litvak, Julien Duvivier, Jacques De Baroncelli, Jean Delannoy, Jean-Paul Le Chanois et pour Victor Viktor Touriansky. Son dernier film est Sans tambour ni trompette / Une fleur au fusil ( Die gans von Sedan ) réalisé par Helmut Käutner en 1959.
– il a formé d’autres décorateurs, parmi lesquels : Max Douy, François de Lamothe
– il était lié aux peintres immigrés russes, comme Georges Calistratovich Artemoff avec lequel il a partagé des projets (comme le décor pour le célèbre café-concert le Caveau caucasien à Montmartre) et auquel il était lié par une profonde amitié qui remonte à leur rencontre à l’Ecole de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou.

En l’état actuel des explorations, le Fonds Serge Pimenoff comporte des documents exceptionnels susceptibles d’intéresser plusieurs axes et domaines de recherche :
– d’une manière générale pour la recherche historique sur l’histoire du cinéma portant sur la période 1920/1950,
– en particulier pour une analyse aussi bien historique qu’esthétique sur l’apport fondamental des techniciens et artistes étrangers à la réalisation de films français pour la période 1920/1950, notamment pour déterminer l’apport esthétique des Russes dans la conception des décors du cinéma français,
– pour toute étude consacrée au métier de décorateur à une époque donnée : les étapes, les sources d’inspiration, les contraintes, les relations avec le reste de l’équipe, notamment pour une analyse historique et esthétique de la question de l’espace au cinéma et plus généralement des décors, à travers l’étude des matériaux en amont (le travail de repérage et de construction) et en aval (les films),
-l’histoire du spectacle peut être également concernée par ce fonds (deux carnets y sont, par exemple, entièrement consacrés : l’un sur la Foire du Trône de Paris, l’autre sur le cirque), mais aussi l’histoire culturelle, car la sélection d’images fortement symboliques opérée par Serge Pimenoff en vue des décors destinés à un film et répondant à un imaginaire collectif constitue une source pour les recherches iconographiques et anthropologiques.

Continuer la lecture de Le fonds Serge Pimenoff conservé à la Cinémathèque française