Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle

Résumé en Anglais

Introduction :

 

Avant d’aborder le fonds d’archives, conservé à la Cinémathèque française, de la Triangle Film Corporation sous l’angle de la restauration de films, il est nécessaire de se pencher d’abord sur son support : la pellicule. Après un bref aperçu de ses caractéristiques techniques, cette intervention se consacrera à la « vie » de la pellicule au sein de la Triangle au gré de sa circulation (entre côte est et côte ouest des Etats-Unis), et de ses transformations (du stock de pellicule vierge d’origine au tirage final des copies d’exploitation en passant par le montage du négatif original).

 


I – Eclairages sur la pellicule utilisée par la Triangle

 

 

·  Fournisseur de pellicule de la Triangle :

Un document du fonds ‘Harry and Roy Aitken Papers’ (Wisconsin Historical Society, Madison) a permis de confirmer que le fournisseur de pellicule de la Triangle fut bel et bien la Eastman Kodak Company. Ce document est un exemple de contrat passé entre la Triangle et un certain Julius E. Brulatour (représentant de la Eastman Kodak Company) faisant mention d’une livraison d’un stock de 350 000 pieds de pellicule vierge Kodak.

Cette confirmation n’a rien d’étonnant puisque la Eastman Kodak Company est le principal fabriquant et fournisseur de pellicule aux Etats-Unis à l’époque. Jusqu’en 1920, elle aurait fabriqué et vendu environ 94% du total de pellicule film utilisé aux Etats-Unis[1]. Cette monopolisation du marché, fortement contestée, fera même l’objet de plusieurs procès.

Continuer la lecture de Voyages et traitements de la pellicule à la Triangle

La Triangle, la distribution et la censure

Introduction :

On part ici de deux points. Le premier est que, pour Harry E. Aitken, la Triangle n’est que le prolongement de la Mutual : il poursuit dans la Triangle ce qui ne lui a pas été donné de réaliser à la Mutual. Le second est qu’une des difficultés récurrentes de la Triangle a été, parmi d’autres, la distribution.

Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, 23 février 1915 :

Dans ces conditions, il faut accorder un intérêt particulier à l’arrêt de la Cour Suprême du 23 février 1915, dans l’affaire qui oppose, sur initiative de la Mutual, cette dernière à l’Industrial Commission of Ohio. On sait que cet arrêt donne raison à cette commission, en rejetant les arguments de la Mutual qui invoquait une entrave à la liberté d’expression en raison de la censure exercée au niveau de chaque état des Etats-Unis. La Cour lie deux éléments : le cinéma n’est qu’une industrie du spectacle et n’a pas dans ces conditions à être protégé au nom de la liberté d’expression, et le cinéma peut avoir une visée cachée qui serait de corrompre les spectateurs (voir http://en.wikipedia.org/Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, qui présente les éléments soumis pas Mutual et l’arrêt de la Cour suprême, et http://supreme.justia.com/us/236/230/case.html qui donne le texte intégral del’arrêt, et http://en.wordpress.com/tag/mutual-decision/, blog d’étudiants en droit analysant et commentant cet arrêt, ainsi que les autres sites Internet consacrés à cet arrêt.

La Triangle évoquera dès 1916, notamment dans son hebdomadaire Triangle Plays, les entraves mises par la censure à la distribution « normale » des films, et le problème rebondira encore en 1917 avec la constitution d’un comité que Griffith acceptera de présider et auquel se joindra, de façon tout à fait significative, George Eastman.

Continuer la lecture de La Triangle, la distribution et la censure