Le spectre de la Triangle

Il faut entendre spectre dans son double sens : fantôme (notre recherche est une tentative de reconstitution d’une entreprise disparue) et images juxtaposées formant une suite ininterrompue (cette entreprise, dont les objectifs et les moyens ne sont pas clairs, s’inscrit dans plusieurs séries de métamorphoses, qui la précèdent et qui lui survivent, dans et hors du champ du cinéma).

  1. Difficultés à définir la Triangle :

L’étude des archives dites « de la Triangle » présente plusieurs niveaux de difficultés, dont certaines sont des chances (notamment en ce qui concerne la relative virginité du terrain à explorer).

  • – les archives papier de la Triangle sont en fait le reflet de son existence, c’est-à-dire de son manque cruel de cohésion. Elles sont éclatées en au moins cinq lieux: Paris, Madison, Rochester, New York (Griffith) et Los Angeles (Keystone), même si on trouve deux ou trois documents Griffith (signés de sa main) à Madison et des documents Keystone un peu partout (Paris, Madison, Los Angeles). Quant aux films conservés, la liste établie par Camille Blot-Wellens montre qu’ils sont à la fois assez nombreux et très éclatés aussi.
  • – Il est difficile, d’après les archives papier (Paris et Madison), d’identifier clairement le producteur du fonds, alors que l’on sait que l’identification claire de ce producteur seule permet la définition correcte du fonds et l’interprétation de son contenu. On connaît au moins deux des intermédiaires (Allen et Aitken junior: Roy), mais la main de Harry ou d’une autre personne n’est pas encore claire. J’ai déjà émis l’hypothèse qu’avec Paris, on est plus du côté d’Ince que du côté d’Aitken, mais cela n’est même pas totalement sûr. Cela signifie entre autres que nous nous trouverions bien d’une analyse graphique scientifique des annotateurs des documents: des «mains» sont identifiables ou du moins nettement distinguables (les annotations de décorateur ou de stage manager sont différentes des annotations de mise en scène ou de supervision, les encres sont identifiables – crayon noir maigre ou gras, crayon bleu gras, stylo bille ou équivalent, encre noire…), mais l’identité du scripteur reste difficile à établie (Harry, sa secrétaire, un producteur délégué…?).

Continuer la lecture de Le spectre de la Triangle