L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

 

Page de couverture

Présentation :

Depuis de nombreuses années déjà, la tendance, en termes de recherche en cinéma, montre une revalorisation de l’objet-scénario et plus largement de toutes les archives qui concernent la préparation d’un tournage. En effet, ces archives « non-films » prennent une place de plus en plus importante dans la constitution d’une autre mémoire du cinéma mais répondent également à un désir, autant des chercheurs que du grand public, d’observer, comprendre et analyser les différentes étapes de la fabrication d’un film.

Si l’archive filmique est la voie royale du chercheur, le scénario est alors l’une de ses figures de proue, surtout quand celui-ci porte la marque, souvent manuscrite, de ses créateurs. Témoin d’un état du film à un moment donné, le scénario annoté intègre ainsi une dimension temporelle supplémentaire qui se constitue à l’intérieur même du document[1] ; ces annotations sont les traces de la pensée de ce scripteur, de sa lecture/relecture du document. Souvent, ces scénarios annotés qui nous échoient portent la signature de ceux qui les ont écrits, le scénariste et/ou le réalisateur, car il ne faut pas oublier que le scénario, document-clé de la préparation d’un film, passe dans à peu près toutes les mains de ceux qui contribuent à sa création, du scénariste au monteur, en parcourant les domaines du chef-opérateur, du producteur ou encore du décorateur. Il semble qu’il soit plus rare, en effet, de retrouver parmi ces archives les annotations des « techniciens du film » qui apportent leur savoir-faire et leur dimension personnelle et créative à la fabrication du film. On peut alors étudier sous cet angle la génétique et du scénario et du film. Continuer la lecture de L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

« Mais où est passé le réalisateur du film ? » : les continuity scripts de New York Motion Picture et Triangle entre 1913 et 1917

Je voudrais vous présenter1 ce que l’on peut aujourd’hui reconstruire de l’organisation du travail dans des maisons de production comme New York Motion Picture Company, Kay-Bee ou Triangle entre 1913 et 1917, à partir de documents d’archives « papier » conservés à la Cinémathèque française (collection John E. Allen – Triangle), et à la Wisconsin Historical Society (Aitken Brothers Papers). Il s’agit, pour ce qui suit, de dossiers conservés au titre de film, pour une grande part reconstitués après la disparition de la Triangle et qui s’organisent autour d’un continuity script (en français, approximativement, un scénario de tournage, quoique cette traduction ne soit pas exacte au regard des fonctions assumées par ce type de document2 ).

Ma présentation se situe dans la continuité des travaux menés essentiellement par Janet Staiger (qui a travaillé sur les continuity scripts de Madison), Tom Gunning, Charles Musser, et Charlie Keil3, et qui ont déjà établi un certain nombre de catégories dans ce domaine. Je n’entends pas les contester, mais simplement les affiner ou les relativiser, le cas échéant4.

Continuer la lecture de « Mais où est passé le réalisateur du film ? » : les continuity scripts de New York Motion Picture et Triangle entre 1913 et 1917

  1. Ce qu’on présente est la conférence prononcée à Udine, le jeudi 26 mars 2009 dans le cadre de la XVIème International Film Studies Conference, dirigée par Leonardo Quaresima et Francesco Casetti. Je remercie les deux responsables d’avoir autorisé la publication en ligne sur le carnet de recherche Cinémarchives, préalablement à sa publication dans les actes de la conférence. Je remercie aussi le personnel technique de la conférence pour son attentive disponibilité. []
  2. Dans la suite de la présentation, je m’en tiendrai aux termes anglais, dans la mesure où à ce stade de la recherché le vocabulaire n’est stabilise ni en anglais (la période est de changement rapide) ni en français (une traduction trop rapide risqué de fausser la compréhension du rôle exact des documents). C’est un point de méthodologie qui reste à fixer. []
  3. Charles Keil, Early American Cinema in Transition. Story, Style, and Filmmaking, 1907-1913. The University of Wisconsin Press, 2001. []
  4. Pour des précisions sur les documents que je vais évoquer, et sur l’organisation du travail à la Triangle, je renvoie ici au texte de Loïc Arteaga publié sur le site du programme de recherche Cinémarchives : « Voyages de la pellicule… », http://cinemarchives.hypotheses.org []