Nouveau site sur les archives Aitken (Madison)

La Wisconsin Historical Society a mis en ligne un site dédié aux Harry and Roy Aitken Papers :

http://wcftr.commarts.wisc.edu/collections/featured/aitken/

On y trouve une description du fonds, mais aussi une chronologie générale des années 10, une présentation synthétique du cinéma américain des années 10, une analyse du “continuity script” et de la rationalisation du mode de production cinématographique, une étude sur l’évolution du style dans ces années-là, et une étude de cas (comparaison entre un extrait de film et un passage de continuity script) avec The Clodhopper, film réalisé par Victor Scherzinger en 1917 pour Triangle – Kay-Bee. Un des auteurs est la doctorante Andrea Marie Comiskey.

Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 4. L’intérêt des banquiers

 1. Préfigurations

Sans même avoir à entrer dans les livres de comptes, le fonds d’archives conservé par la Wisconsin Historical Society à Madison  peut apporter, sur le plan financier,  nombre d’éléments éclairants sur l’histoire mouvementée de la période. Ainsi un contrat (agreement) datant du 19 avril 1913[1] indique qu’Harry E. Aitken est actionnaire de la New York Motion Picture, la maison de production de Baumann et Kessel. On trouve également dans le fonds, en date du 22 décembre 1913, une copie d’une lettre signée du même Harry E. Aitken, agissant en tant que vice-président de la Western Import Company, proposant à Carlton Laboratories[2] un accord pour la livraison d’un film de qualité par mois, le paragraphe b de ladite lettre mentionnant les noms de D. W. Griffith, Christy Cabanne, Mae Marsh, Miss Sweet et Miss Geish (lire Gish). Aitken y déclare que la Western a l’exclusivité pour l’Europe de la commercialisation des films issus de K.B., Broncho, Thanhouser, Keystone, Majestic et Reliance. On voit ainsi que deux ans avant la création de la Triangle Film Corporation, sont déjà en place des éléments qui en seront la caractéristique, mais on voit également que la Western Import Company est un élément important du jeu et qu’elle aussi, tout autant que Mutual, sert de prototype à la Triangle qu’elle bordera sur l’exportation, puisque comme Mutual elle continuera à exister aux côtés de la Triangle.

2. Un prêt important et court

Mais un des éléments les plus intéressants du fonds de Madison est relatif à la relation entre la Triangle et le système bancaire. On a dit de la Triangle qu’elle était le premier système cinématographique soutenu par les banques. C’est faux une première fois dans la mesure où la Triangle n’est qu’une nouvelle forme de Mutual, qui s’était aussi appuyée sur les banques. C’est faux une seconde fois parce que, si l’on en juge par les documents originaux présents dans le fonds consultable[3], ce soutien est des plus contraignants et des plus brefs.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 4. L’intérêt des banquiers

Les archives à l’honneur : Journal of Film Preservation n° 82

La dernière livraison du Journal of Film Preservation (n° 82, 4/2010), de la Fédération internationale du Film (FIAF) est presqu’entièrement consacré aux archives cinématographiques et audiovisuelles, et notamment celles de la Fédération elle-même. On notera avec intérêt qu’une place de premier plan est faite aux archives papier, au “non-film”, avec de nouvelles considérations sur leur place et leur traitement. Le numéro s’ouvre, après un éditorial de Robert Daudelin, avec un texte de Jon Wengström (responsable des archives suédoises), suivi d’interventions de David Francis, Christian Dimitriu, Luca Guiliani et Sever J. Voicu. Une section est ensuite consacrée aux collections spécialisées à travers le monde.

On trouve aussi un peu plus loin, dans ce très riche numéro, une présentation de la Haguefilm Foundation, créée l’année dernière, et présentée ici par Paolo Cherchi Usai (qui la dirige), Daniela Curro et Ulrich Ruedel.

FIAF. Rue Defacqz 1, Bruxelles, Belgique. 00 32 2 538 3065. jfp@fiafnet.org

Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1

Présentation :

On commence ici la publication d’un travail à trois (un article à six mains) sur le périmètre à attribuer, dans l’histoire du cinéma, à la Triangle, à partir des archives conservées à la Cinémathèque française et à la Wisconsin Historical Society, mais aussi à partir des éléments publiés dans la presse de l’époque, et finalement de ce qu’en on dit les historiens. Ce travail a été mené avec deux étudiants, Loïc Arteaga et Matthieu Hervé, le premier réfléchissant sur les modalités de distribution (ce qu’il avait entamé dans un article précédent), le second se penchant sur l’évolution de la structure financière du groupe à partir des archives et de la presse (travail lui aussi amorcé dans un précédent travail). Pour des raisons d’ordre, on commencera par la légende, telle qu’elle est enregistrée dans les archives, on poursuivra par la structure financière étudiée par Matthieu Hervé, on poursuivra par les analyses de Loïc Arteaga pour finir par quelques considérations générales de mon cru. Il s’agit de varier les angles d’observation (les dires d’un proche, les articles de presse, la structure de la distribution…) pour tenter en croisant les éclairages de définir la géographie et l’histoire de cette société aux multiples visages.

Pour expliquer le déroulement du travail, on rappellera que d’une part le terme Triangle recouvre des réalités variées que l’histoire n’a pas toujours mises en évidences, et que d’autre part les règles de catalogage appliquées au fonds français  ont été dépendantes de l’état de l’histoire du cinéma au moment du catalogage. Ainsi par exemple sont dénommés Triangle des films produits par la New York Motion Picture, ou peuvent ne pas être reliés au fonds John E. Allen – Triangle des documents pourtant directement issus de l’activité de la Triangle. C’est donc dans l’effort pour mieux définir le corpus que nos travaux se  poursuivis et on en trouvera ci-dessous une nouvelle étape.

Les souvenirs flottants de Roy Aitken

 

Roy, le frère cadet de Harry E. Aitken, le fondateur déclaré de la Triangle, a été déterminant dans l’acquisition par la Wisconsin Historical Society des archives de Harry après la mort de celui-ci en 1956. Dans les nombreux échanges qui ont eu lieu entre les frères Aitken et l’institution, on trouve une lettre de Roy, en date du 11 décembre 1957, à l’attention du directeur de la WHS, Don McNeil[1]. Roy y passe en revue les entreprises dont son frère avait été le responsable, sans doute pour éclairer les archivistes dans le dédale des dates et des noms, alors que la vente des archives n’a pas encore été réalisée (c’est donc aussi une façon de valoriser ce qui est encore à vendre)[2]. Mais comme de plus ce dédale est réel et que la lettre est écrite quelques cinquante ans après les faits, il faut y regarder à deux fois. Par exemple, sur une page, la Western Film Exchange est fondée « around 1905 » à Milwaukee, mais sur une autre c’est « around 1906 ».  Par ailleurs, Roy semble généreusement attribuer à son frère la création ou la propriété de sociétés qui semblent avoir relevé d’autres responsables[3].

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1

Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Alain Carou, pour m’aider à combler une lacune, a bien voulu ces jours-ci me faire tenir le fort numéro de 1895 qu’il a co-dirigé avec Béatrice de Pastre et qui est consacré au Film d’Art (“Le Film d’Art & les films d’art en Europe, 1908-1911” n° 56 décembre 2008). Livraison d’une très haute tenue et qui est une mine pour l’histoire et l’esthétique, avec une réévaluation bien nécessaire de cette période et de ce type de film.

Il se trouve que ce qui s’y dit du Film d’Art n’est pas sans rapport avec nos questions sur la Triangle américaine, dont la gestation recouvre d’ailleurs pour partie la période (1908-1911) considérée. Par exemple, Christophe Gauthier (“Histoire d’un crime. Vies et mort du duc de Guise”, pp. 173-187) relève la série d’accusations portées par les historiens du cinéma contre le Film d’Art et ce qui serait sa théâtralité académique. On retrouve là les réflexes déclenchés par la Triangle et son échec, attribué, on l’a vu, de façon récurrente à ce qui serait le recrutement intempestif d’acteurs de théâtre classique et à leur sur-rémunération. Le travail conduit par Alain Carou et Béatrice de Pastre montre à quel point ce passage par le théâtre, pour accéder au film de fiction tel que nous l’avons connu, est à la fois un mouvement international (en France et en Europe, pour ce qui est de ce travail) et un mouvement complexe, au sein duquel se mêlent et s’entrechoquent des visées tantôt convergentes, tantôt contradictoires.

Mais cette livraison de 1895 comporte un autre article qui nous intéresse au premier chef : celui de Jon Burrows, “Des films d’art britanniques, 1908-1911” (pp. 225 – 250). Jon Burrows nous parle des films Barker, fondés sur des pièces de théâtre, dans lesquelles joue Sir Herbert Beerbohm Tree.

tree

Continuer la lecture de Cinéma – USA, théâtre – Angleterre : le cas Beerbohm Tree

Tétanies : pose et mouvement dans les photos de la Triangle

On a déjà vu ici (http://cinemarchives.hypotheses.org/689 ) que les photos d’exploitation liées au fonds John E. Allen – Triangle (on n’y trouve pas de photos de tournage, qui pourtant existent bien à l’époque, et qui sont parfois présentes dans le fonds Aitken de Madison) sont souvent marquées par une très grande immobilité des acteurs, forcés de marquer nettement la pose pour des raisons techniques : photographiés avec des appareils à plaque dont le temps de pose est important, ils sont tenus de rester figés le temps de la photographie, même s’il s’agit de représenter une action en cours.

Barker Reginald, Iced bullet P002-0022
Reginald Barker, Iced Bullet. 1917. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Tétanies : pose et mouvement dans les photos de la Triangle

Archimages09 : les interventions en ligne

Les interventions de la dernière édition d’Archimages, sur le thème “Recherche / archives : numériser les images et après ?” (18-20 novembre 2009) sont d’ores et déjà consultables en ligne sous forme audio à l’adresse suivante : 

http://www.inp.fr/index.php/fr/mediatheque_numerique/les_retransmissions_audio/archimages09

Seules les tables rondes ne sont pas consultables. Les retranscriptions écrites de l’ensemble du colloque seront en ligne en tout début 2010.

Origines de la Triangle Film Corporation

Reconstruire la généalogie de la Triangle est à la fois aisé (on dispose de dates et de noms) et difficile (on a plusieurs dates possibles, et les noms en cachent d’autres). Aisé parce que le principal semble connu (réunion, par l’entremise de Harry E. Aitken, des trois grands professionnels que sont Griffith, Ince et Mack Sennett à l’été 1915). Difficile à plus d’un titre en raison des rapides changements qui s’opèrent entre 1908 et 1918 dans le cinéma américain, avec fusions, scissions et trahisons, et de l’enchevêtrement des sociétés, des hommes et des marques. Ainsi, les films Fine Arts (marque), sous la responsabilité de Griffith, sont produits par Reliance-Majestic (maison de production), propriété de Aitken, et distribués par la Triangle (maison de distribution). Les films Kay-Bee (marque), sous la responsabilité de Ince, sont produits par la New York Motion Picture Company (maison de production), propriété de Kessel et Baumann, eux aussi distributés par la Triangle. Mais Aitken a acheté Reliance à Kessel et Baumann , auxquels il a aussi racheté plus tard New York Motion Picture. Toutefois, quand cela a été réalisé et donne l’image d’un système enfin unifié, Griffith et Ince sont partis vers d’autres cieux, comme si le départ fin 1916 de Kessel et Baumann était le signe avant-coureur du départ, courant 1917, des talents initiaux. Il faut par ailleurs noter que la Triangle finance en amont de leur réalisation les films sous contrat de distribution.

Continuer la lecture de Origines de la Triangle Film Corporation

A letter from Kevin Brownlow on Triangle

The film historian Kevin Brownlow (whose initials, K B, echo the name of Ince’s studio Kay Bee) was kind enough to react to a conference given in Stirling on the mode of production at Triangle (see below “The Ince ‘method’…”) and to send the author the following letter we publish here with his consent. I thank him for all this, and also for pointing to two mistakes I made in my Stirling presentation.

Oct 20 09

Dear Marc Vernet;

I was fascinated by your paper  on Triangle, and wish I could sit down and talk with you – and better still, show you some examples.  The very first film I acquired (as an 11-year old collector) was a Triangle-Fine Arts film, and I have been intrigued by Triangle ever since. I met  people who worked for each apex of Triangle and if you decide to extend your subject, I would be happy to send you transcripts of what they said.

DWG; He was generally thought to have supervised the Fine Arts films, yet as you say he was far too busy on what became INTOLERANCE. And some of the films were made at Triangle’s East Coast headquarters on the Clara Morris Estate under the supervision of Allan Dwan. What he did do was to set the cast and crew on the right path by supervising rehearsals. Sidney Franklin told me that when he and his brother Chester made LET KATIE DO IT (1915), at Fine Arts, an excellent kid picture set during the Mexican revolution, Griffith came over and watched rehearsals, adding ideas and generally encouraging the two young men (I think Sidney was 22). Franklin was so impressed he kept DWG’s cigar butt as a souvenir in his safe! He was dismayed when DWG removed one of his best shots because he wanted to reshoot it for THE MOTHER AND THE LAW.

Continuer la lecture de A letter from Kevin Brownlow on Triangle