Deux sites ouverts (résultats de recherche)

 Un des résultats du travail de recherche ANR Cinémarchives a été la constitution, en collaboration avec la Cinémathèque française, qui conserve les fonds étudiés, de deux sites en ligne regroupant des éléments documentaires et des éléments de réflexion sur deux des fonds sélectionnés en raison de leur richesse : le fonds Serge Pimenoff et le fonds dit « John E. Allen – Triangle », renommé depuis, pour des raisons historiques « Harry E. Aitken – Triangle ». On en trouvera ci-après les adresses et un bref descriptif.

Serge Pimenoff (1985-1960)
Les techniques du décor de cinéma
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/pimenoff/index.php

Le décorateur Serge Pimenoff (1895 – 1960), architecte russe émigré en France dans les années vingt, a laissé en témoignage de ses années d’activité dans le cinéma de précieux carnets, ainsi que des dessins et maquettes de décor. Ces documents, conservés à la Cinémathèque française, permettent de retracer sa carrière et de cerner les contours de ses méthodes de travail, à l’époque des décors d’atmosphère. Mis en perspective par des analyses historiques et des témoignages inédits, ils ouvrent des pistes de recherche sur l’histoire du décor de cinéma en France.

Le site, dont l’auteur est Gisuy Pisano, professeur en cinéma et audiovisuel à l’université Paris-Est Marne la Vallée, contient notamment un documentaire contenant des témoignages inédits de grands professionnels du décor de cinéma.

La Triangle (1915-1919)

Archives, recherche et histoire du cinéma

http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/index.php

Fondée aux États-Unis en 1915 par trois producteurs de cinéma et un « triumvirat » de réalisateurs composé de D. W. Griffith, Mack Sennett et Thomas Ince, la société Triangle a produit ou distribué pendant quatre ans des centaines de films muets (westerns, comédies, mélodrames), avec quelques stars (Douglas Fairbanks, Lillian Gish…). Les archives de la Triangle (films, scénarios et archives de production, photographies de plateau), conservées pour partie à la Cinémathèque française, sont d’une incroyable richesse. La découverte, l’analyse et l’accompagnement documentaire de ces collections uniques offrent un regard inédit sur les méthodes de production et l’esthétique de cette période de l’histoire du cinéma, jusque-là peu explorée.

Le site contient notamment 22 extraits de films (dont deux ont été restaurés par la Cinémathèque française en 2010), une sélection de 100 photos de plateau, ainsi qu’une filmographie de référence sur la Triangle.

__________________________________________

Par ailleurs, un site Internet sur un des plus importants fonds d’archives non film de la Cinémathèque française, le Crédit National, vient aussi d’être mis en ligne :

Le Crédit National

Archives pour une histoire de la production cinématographique française (1941-1966)
http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/credit_national/index.php

Le fonds d’archives du Crédit National a été acquis par la Bibliothèque du film en 1993. Organisme bancaire qui aida la production d’une partie du cinéma français entre 1941 et 1966, les documents qu’il contient nous apprennent beaucoup sur l’économie et l’histoire du cinéma, sur le rôle de l’État dans son fonctionnement et son financement, ainsi que sur les films eux-mêmes et leur mode de production. Ce fonds a fait l’objet d’un séminaire de recherches de plusieurs années dirigé par Laurent Creton, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle ainsi que Frédérique Berthet, maître de conférence à l’université Paris Diderot, qui est l’auteur des textes du site.

Un historique de l’institution Crédit National, une description détaillée de l’organisation du fonds d’archives, des analyses de documents replacés dans leur contexte, une base de données filmographique et des ressources documentaires, permettent de comprendre l’importance de ces archives pour l’histoire du cinéma, tout en souhaitant susciter des recherches nouvelles sur ce sujet.

Colloque Cinémarchives, 8-9 juin 2011

Colloque

Le cinéma et ses archives : perspectives et problématiques

Un bilan du programme de recherche ANR Cinémarchives

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris,

les 8 et 9 juin 2011

Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Mais inscription obligatoire auprès de Karen Métivier, avant le 6 juin à 17 heures : colloque.cinemarchives@cinematheque.fr

Le programme de recherche ANR Corpus 2007 Cinémarchives a été ouvert le 27 décembre 2007 et se termine le 27 juin 2011. Centré sur l’exploration scientifique de fonds d’archives catalogués mais inexplorés, il a associé cinq institutions : la Cinémathèque française, le CNRS (ARIAS), les Universités Paris Diderot, Sorbonne nouvelle, et Paul Valéry (en association avec l’Institut Jean Vigo). Il a porté sur trois fonds d’archives : John E. Allen – Triangle (Cinémathèque française), Pimenoff (Cinémathèque française) et Douy (Cinémathèque française et Institut Jean Vigo). Les documents étudiés ont été des scénarios, des photographies, des dessins de décorateurs, des archives de production et de distribution et des films. Dans le cadre de ce programme, deux films anciens ont fait l’objet d’une restauration. Trente et une personnes (chercheurs seniors et juniors, archivistes) ont collaboré au programme. Les étapes de travail ont été communiquées à travers huit colloques internationaux et dans le présent carnet de recherche en ligne « Cinémarchives »

Ce colloque est l’occasion de faire le bilan de ce travail d’équipe, sur les plans historique et esthétique (ce qu’on a appris, voire découvert, sur le cinéma), mais aussi épistémologique et méthodologiques (questions et freins rencontrés, outils déployés, avancées et réalisations), et enfin archivistiques (apports de l’archive à la recherche, retombées du traitement scientifique sur le traitement catalographique).

  Continuer la lecture de Colloque Cinémarchives, 8-9 juin 2011

Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (1)

 Récapitulatif des archives concernant ce film[1]. 

Les documents conservés à la Cinémathèque française, département iconographique :

–         une affiche, propriété de Jacques Bonnot, datée de 1955, déposée en 1966

–         4 dessins de Max Douy collés sur un carton : 4 fois 16X22mm.

Maquettes pour Cela s'appelle l'aurore. D.R. Coll. Cinémathèque française

légendes sous les dessins :

  •  couloir 1er étage Valerio : 2 images en champ/contrechamp
  •  chambre  Sandro
  •  salle de bains et  chambre  Valerio

Continuer la lecture de Archives Douy : Cela s’appelle l’aurore (1)

Le travail de Max et Jacques Douy comme élément de promotion et de valorisation de films

I)                   Présentation du corpus et de la Recherche

Le travail que nous présentons ici a pour vocation de rendre compte de la fonction des frères Douy dans le marketing post-production des films, cela en parcourant le matériel publicitaire et critique (affiches, presse spécialisée, corporatifs) afin de déterminer s’il reste dans ce matériel quelque chose du travail ou de l’esthétique des décorateurs (style des dessins, représentation des décors…). 

1) Le choix d’un corpus

Afin de construire une liste cohérente, nous avons voulu brasser la majeure partie de la carrière des frères Douy, en choisissant des films assez célèbres, offrant donc une certaine visibilité, tout en appartenant à des genres très différents.

Continuer la lecture de Le travail de Max et Jacques Douy comme élément de promotion et de valorisation de films

L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

 

Page de couverture

Présentation :

Depuis de nombreuses années déjà, la tendance, en termes de recherche en cinéma, montre une revalorisation de l’objet-scénario et plus largement de toutes les archives qui concernent la préparation d’un tournage. En effet, ces archives « non-films » prennent une place de plus en plus importante dans la constitution d’une autre mémoire du cinéma mais répondent également à un désir, autant des chercheurs que du grand public, d’observer, comprendre et analyser les différentes étapes de la fabrication d’un film.

Si l’archive filmique est la voie royale du chercheur, le scénario est alors l’une de ses figures de proue, surtout quand celui-ci porte la marque, souvent manuscrite, de ses créateurs. Témoin d’un état du film à un moment donné, le scénario annoté intègre ainsi une dimension temporelle supplémentaire qui se constitue à l’intérieur même du document[1] ; ces annotations sont les traces de la pensée de ce scripteur, de sa lecture/relecture du document. Souvent, ces scénarios annotés qui nous échoient portent la signature de ceux qui les ont écrits, le scénariste et/ou le réalisateur, car il ne faut pas oublier que le scénario, document-clé de la préparation d’un film, passe dans à peu près toutes les mains de ceux qui contribuent à sa création, du scénariste au monteur, en parcourant les domaines du chef-opérateur, du producteur ou encore du décorateur. Il semble qu’il soit plus rare, en effet, de retrouver parmi ces archives les annotations des « techniciens du film » qui apportent leur savoir-faire et leur dimension personnelle et créative à la fabrication du film. On peut alors étudier sous cet angle la génétique et du scénario et du film. Continuer la lecture de L’Enfer, de Henri-Georges Clouzot : étude d’un scénario annoté

Max Douy : ses débuts de décorateur pendant la période des studios

1. Les studios français avant 1930 et les débuts de Max Douy

Les Cinéromans

L’histoire de la société des Cinéromans, à Joinville, dans lesquels débarque le jeune Max Douy, commence en 1922 avec Jean Sapène, propriétaire du journal Le Matin et principal actionnaire des Cinéromans Films de France[1]. Ce dernier loue le terrain (17 000 m2) à M. Lewinsky, loueur de meubles et accessoires pour le théâtre et le cinéma. Les nombreux films et feuilletons tournés par la société des Cinéromans sont distribués par Pathé Consortium Cinéma dans les salles Pathé (à cette époque Pathé ne possède plus de studios). En 1926, les studios s’agrandissent, Jean Sapène fait construire quatre autres plateaux (D, E, F, G) et des ateliers. Plus tard, en 1929, Bernard Natan reprend les studios Cinéromans et les aménage tout en rachetant la société Pathé. Sous le nom de Pathé-Natan le centre de production devient le plus important de France[2]. Jean Perrier rejoint l’équipe et Jacques Colombier crée au sein de la production un style de décors modernes « d’une grande liberté de facture, le mode de construction en studio permettant les audaces qui étaient refusées à l’architecte “en dur”». [3]  

Max Douy commence sa carrière au sein de ces studios le 17 juillet 1930 dans un contexte historique marqué par l’avènement du parlant, nouvel enjeu technique, économique et esthétique du cinéma français ; année qui précède de peu la crise économique qui touche la France en 1933.

Continuer la lecture de Max Douy : ses débuts de décorateur pendant la période des studios

Qu’est-ce qu’un corpus en cinéma ? Quelques réflexions à partir du fonds Jacques et Max Douy

Le programme de recherche sur objectifs Cinémarchives met l’accent sur les sources non film, lesquelles constituent précisément une spécificité de la Cinémathèque euro-régionale de Perpignan Institut Jean-Vigo (ici IJV) et sa richesse principale.

Tout un secteur de ce programme porte sur les décorateurs du cinéma français. Il s’agit d’un domaine que les historiens du cinéma commencent à baliser, ne limitant plus leur champ de vision aux seuls réalisateurs.  A la suite de pionniers comme Jean-Pierre Berthomé[1], des colloques et des journées d’études sur le décor de cinéma se multiplient : ainsi celle qui s’est déroulée à la Cinémathèque Française en juin 2009 à l’initiative de Laurent Mannoni.

On lira sur le site l’historique expliquant la présence d’un fonds Max et Jacques Douy à Perpignan et les circonstances qui ont décidé Max et Jacques à déposer en 1995 une partie de leurs archives personnelles à l’Institut  Jean Vigo, qui n’était pas encore la Cinémathèque euro-régionale qu’il est devenu en 2006. Depuis, Max est mort (le 2 juillet 2007). Ce dépôt constitue aujourd’hui l’une des richesses de notre archive.

Pour travailler sur ces archives, une équipe de chercheurs s’est engagée dans le programme ANR Corpus 2007, constituée d’une part d’enseignants-chercheurs et de doctorants du centre d’études RIRRA21[2] de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (UPVM), d’autre part de responsables de la Cinémathèque de Perpignan (IJV) – beaucoup d’entre nous   appartenant à la fois aux deux institutions. Elle reste ouverte à des collaborateurs venus d’autres lieux : des enseignants de l’Université de Perpignan en font d’ores et déjà partie.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un corpus en cinéma ? Quelques réflexions à partir du fonds Jacques et Max Douy

Filmographie de Serge Pimenoff

1924

Les ombres qui passent d’Alexandre Volkoff  [ à confirmer]

1927

Napoléon vu par Abel Gance d’Abel Gance

1929

Nuits de princes / Nuits de tziganes de Marcel L’Herbier

1930

L’Age d’Or de Luis Buñuel (assistant d’Alexandre Trauner)

1931

L’Aiglon de Victor Tourjansky

Le Chant du marin de Carmine Gallone

Le Chanteur inconnu de Victor Tourjansky  (Maquettes et carnets Fonds Pimenoff CF)

Cœur de lilas d’Anatol Litvak

Paris-Béguin de Augusto Genina

Der herzog von Reichstadt de Viktor Tourjansky
Version allemande du Film : L’Aiglon

1932

Marie, légende hongroise / Une histoire d’amour de Paul Féjos

Le roi des palaces de Carmine Gallone

Rouletabille aviateur de Istvan Szekely (Maquettes et carnets Fonds Pimenoff CF)

Un fils d’Amérique de Carmine Gallone

Continuer la lecture de Filmographie de Serge Pimenoff

Le fonds Serge Pimenoff conservé à la Cinémathèque française

Serge Pimenoff

Serge Pimenoff (Serguei Pimenov), né à Yalta le 5 octobre 1895 et décédé à Boulogne-Billancourt en 1960, arrive en France à la suite d’autres immigrés russes qui ont mis leur savoir-faire au service de cinéma autour des années 1920. Nous ne possédons que très peu d’éléments sur sa carrière en tant qu’assistant ou décorateur et même sur sa biographie alors que la filmographie – même si elle est toujours partielle – est impressionnante. En effet, celle-ci doit être elle-même vérifiée car, par exemple d’après la biographie du peintre Georges Artemoff, ils auraient travaillé tous les deux avec Viktor Touriasky sur le tournage en Corse du film Les ombres qui passent d’Alexandre Volkoff, en 1924, et cependant Serge Pimenoff n’apparaît pas au générique de ce film.

Les points qui paraissent certains sont les suivants :
– il débute son activité en France en 1925 comme assistant-décorateur pour le Napoléon vu par Abel Gance (1927) et poursuit cette activité pour Anatol Litvak, Julien Duvivier, Jacques De Baroncelli, Jean Delannoy, Jean-Paul Le Chanois et pour Victor Viktor Touriansky. Son dernier film est Sans tambour ni trompette / Une fleur au fusil ( Die gans von Sedan ) réalisé par Helmut Käutner en 1959.
– il a formé d’autres décorateurs, parmi lesquels : Max Douy, François de Lamothe
– il était lié aux peintres immigrés russes, comme Georges Calistratovich Artemoff avec lequel il a partagé des projets (comme le décor pour le célèbre café-concert le Caveau caucasien à Montmartre) et auquel il était lié par une profonde amitié qui remonte à leur rencontre à l’Ecole de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou.

En l’état actuel des explorations, le Fonds Serge Pimenoff comporte des documents exceptionnels susceptibles d’intéresser plusieurs axes et domaines de recherche :
– d’une manière générale pour la recherche historique sur l’histoire du cinéma portant sur la période 1920/1950,
– en particulier pour une analyse aussi bien historique qu’esthétique sur l’apport fondamental des techniciens et artistes étrangers à la réalisation de films français pour la période 1920/1950, notamment pour déterminer l’apport esthétique des Russes dans la conception des décors du cinéma français,
– pour toute étude consacrée au métier de décorateur à une époque donnée : les étapes, les sources d’inspiration, les contraintes, les relations avec le reste de l’équipe, notamment pour une analyse historique et esthétique de la question de l’espace au cinéma et plus généralement des décors, à travers l’étude des matériaux en amont (le travail de repérage et de construction) et en aval (les films),
-l’histoire du spectacle peut être également concernée par ce fonds (deux carnets y sont, par exemple, entièrement consacrés : l’un sur la Foire du Trône de Paris, l’autre sur le cirque), mais aussi l’histoire culturelle, car la sélection d’images fortement symboliques opérée par Serge Pimenoff en vue des décors destinés à un film et répondant à un imaginaire collectif constitue une source pour les recherches iconographiques et anthropologiques.

Continuer la lecture de Le fonds Serge Pimenoff conservé à la Cinémathèque française