Les photos de films « à kids » de la Triangle

Comme les autres compagnies de son époque, la Triangle a recours aux jeunes enfants (les kids) pour construire ses histoires et pour attirer son public, que ce soit dans le registre comique à la Keystone ou dans le registre mélodramatique sous la bannière Fine Arts, sans doute selon une stratégie à plusieurs étages : attirer les enfants et les parents des enfants, jouer de la fibre mélodramatique et afficher sur le tout la grande honorabilité du spectacle. Par « kids », il faut entendre des enfants à la fois autour de dix ans (avant l’adolescence et même la pré-adolescence) et en groupe. L’enfant isolé, comme dans le film de Chaplin, existe mais il est plus rare et moins identifié que le groupe d’enfants. On pourrait y ajouter le trait « pauvres » car le ressort pathétique fonctionne plus facilement avec des enfants des rues qu’avec des gosses de riches (ou adoptés par des riches), dont on trouve toutefois au moins un exemple avec Martha’s Vindication.

Chester Franklin, Martha's Vindication. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Photo 1 : Chester M. et Sidney A. Franklin, Martha's Vindication. 1916. Fine Arts. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Les photos de films « à kids » de la Triangle

Photo, théâtre et cinéma : Raoul Walsh et Ibsen

Dans les quelques 1 700 photos que le fonds Triangle de la Cinémathèque française comprend, on s’arrête sur l’une d’elle pour sa mise en scène un peu trop apprêtée et du coup sur la série à laquelle elle appartient, relativement courte, hétérogène, avec des documents fort pâlis, pour un film de 1916, dirigé, nous disent les notices, par Raoul Walsh sous le titre Pillars of Society (ce film ne figure pas dans la liste des films conservés par un membre de la FIAF : pour l’heure donc ces photos sont tout ce qui en reste).

Pillars of Society. 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.
Photo 1 : Pillars of Society. Raoul Walsh, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Continuer la lecture de Photo, théâtre et cinéma : Raoul Walsh et Ibsen

The « Ince Method » and Film on the West Coast between 1913 and 1917

Ce qui suit est le texte de la conférence donnée à l’Université de Stirling le 3 septembre 2009 à l’invitation du professeur John Izod, dans le cadre du colloque « Archives and Auteurs » (2-4 septembre). Les Actes du colloque sont consultables en ligne à l’adresse suivante :  http://www.is.stir.ac.uk/libraries/collections/anderson/Conference.php  Je remercie les organisateurs de la conférence de m’autoriser à publier ici ce texte. Je remercie également Kevin Brownlow d’avoir bien voulu me signaler deux erreurs dans la première version.

What I am presenting today under this title has to be understood as part of a work in progress, a research program called Cinémarchives, whose end is December 2010, financed by the Agence nationale de la recherche, built in collaboration with the Cinémathèque française and the Institut Jean Vigo, and largely dedicated to the examination of the John A. Allen – Triangle collection preserved by the Cinémathèque française in Paris. One of the goals of this research is to rebuild the history of the Triangle Film Corporation which apparently lived between 1915 (date of its first birth) and 1917-1918 (date of its second or third death, which was not even the last one: we find traces of a still active Triangle at the beginning of the Twenties and still in the Thirties).

One of the paradoxes of film history is that, in spite of numerous and accessible archives, nothing really extended and serious has been written on Triangle, with the exceptions of the work of an amateur historian, but a serious one, Kalton C. Lahue in his Dreams for Sale book, back in 1971, and of Janet Staiger seminal work on the producer-unit in 1985. This is not to say that Eileen Bowser, Eduardo Koszarski or Kristin Thompson are not serious historians, but their approach is limited in scope and is not centered on the Triangle system. So, we are still left with the common statement that Triangle was the first attempt of a vertical integration of the film industry (vertical integration meaning from production to exploitation), attempt which failed for unknown (or diverse, which is the same) reasons. Continuer la lecture de The « Ince Method » and Film on the West Coast between 1913 and 1917

Bologne : projet Chaplin (suite)

La Cinémathèque de Bologne vient, dans le cadre de son vaste projet Chaplin, de publier en un coffret, un livre et un DVD sous le titre Alla ricerca di Charlie Chaplin. Unknown Chaplin (Edizioni Cineteca di Bologna 2009. 18 euros). Cela reprend l’admirable travail de Kevin Brownlow et les émissions qu’il avait réalisées (156 minutes de bonheur) en 1983 à partir d’archives cinématographiques. C’est une étude réjouissante sur Chaplin au travail et les extraordinaires moyens employés pour arriver à ses fins, comme pour The Gold Rush ou City Lights. C’est un outil de découverte et d’enseignement très stimulant, notamment par la présentation de scènes non retenues au montage.

www.cinetecadibologna.it

www.charliechaplinarchive.org

Photo, peinture, théâtre : éclairages de nuit à la Triangle

Je fais suite ici au texte, très riche, de Barbara Le Maître sur des photos de la Triangle qu’elle a choisies et qu’elle commente de façon très juste et très suggestive dans leur rapport à la peinture. J’y fais suite, littéralement, car ses analyses nous conduisent un peu plus loin dans notre compréhension de la Triangle et de sa politique de production, laquelle couvre à la fois des ambitions industrielles mais aussi esthétiques, les unes étant ici indissociables les unes des autres.

1. Hogarth confirmé :

edwards-walter-dividend-p003-0661
Dividend. Walter Edwards, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Avec finesse et justesse, pour Dividend, Barbara Le Maître relève avec discernement que la caractérisation du personnage debout de face l’associe, par le biais de la mouche peinte sur le visage blanc, à travers Hogarth, au vice et à la corruption.

edwards-walter-dividend-p003-0721
Dividend. Walter Edwards, 1916. Coll. Cinémathèque française. D.R.

Cela est fort juste : il s’agit, non de prostitution directement, mais de corruption par l’invitation à consommer de l’opium : cette femme en est pourvoyeuse, comme l’indique le flacon, typé, qu’elle exhibe et propose. Cela se trouve renforcé par son âge, sa posture debout, face à des femmes plus jeunes, assises et dans l’ensemble en corsage blanc. Une autre photo vient corroborer cela pour un film dont l’histoire est centrée sur les méfaits de cette drogue. On reste ici sur le versant à la fois moralisateur (y compris avec son aspect provocateur) de la Triangle : la mise en scène laisse entrevoir la pomme présentée à Adam, avec cette jeune femme invitante dans une pose reptilienne pendant que le Satin féminin, bien identifié par Barbara Le Maître, organise l’ensemble de la scène.

Continuer la lecture de Photo, peinture, théâtre : éclairages de nuit à la Triangle

Photogénie de l’armée américaine fin 1915

 

Préambule :

 

On se pose, depuis le début de ce programme de recherche et plus précisément sur sa partie concernant la Triangle, la question de la relation entre la formation de cette entité (la Triangle, entre avril et novembre 1915) et la politique internationale des Etats-Unis, autrement dit le rapport entre sa création, sa production et les conflits armés qui vont de la guerre civile mexicaine, la guerre en Europe, jusqu’à la première révolution en Russie en février 1917, en passant par la question irlandaise (soulèvement de Pâques 1916). Catherine Papanicolaou s’est lancée dans cette recherche par le truchement d’un film d’actualités tourné en Europe et en a présenté ici les premiers résultats. On voudrait, par l’étude de deux films de fiction, The Lamb et The Submarine Pirate, apporter une modeste contribution à l’entreprise[1].

Continuer la lecture de Photogénie de l’armée américaine fin 1915

La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

To Our Mothers,
before whose silent Sacrifice,
deep hidden in their Hearts,
our Part seems mere Adventure.[1]

Ce travail s’inscrit dans un projet à long terme dans lequel je me propose d’analyser à partir de sources premières[2] les conditions historiques et les usages politiques du cinéma (documentaires et fictions) aux Etats-Unis dans la période qui précède l’intervention du pays dans le premier conflit mondial.  

Films documentaires avant l’entrée en guerre de l’Amérique

Très tôt après le début des hostilités en Europe et donc avant l’entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917 et avant les célèbres visites de David Wark Griffith sur les fronts Alliés,[3] des films documentaires et d’actualité ont été tournés à proximité des champs de bataille par des opérateurs de différentes nationalités.[4] Certains de ces films ont été ensuite montrés sur le territoire américain, en projections privées ou en salles, en marge de nombreux films de fiction américains ayant trait à la guerre.[5] L’un de ces films documentaires, le film britannique « The Battle of the Somme » sorti aux Etats-Unis en novembre 1916,[6] a été le film de propagande anglaise le plus important de cette époque.[7]

Il n’existe pas d’études circonstanciées se rapportant spécifiquement aux films de cette période sur la guerre. Les ouvrages anglais et américain pionniers les plus documentés sur le sujet datent d’une vingtaine d’années;[8] le livre de Midkiff DeBauche et l’article de Latham, plus récents, traitent essentiellement des deux dernières années de guerre.[9] En France, le livre de Véray aborde brièvement la circulation des actualités françaises aux Etats-Unis.[10]

Continuer la lecture de La Triangle dans la première guerre mondiale : la distribution du film documentaire « Our American Boys in the European War »

Catherine Papanicolaou

Chercheur CNRS, CR1,UMR 7172 Atelier de recherche sur l’Intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS), INHA

More Posts - Website

Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution

1 – Les Triangle Plays1 .

Les Triangle Plays sont des hebdomadaires de huit pages édités par la Triangle et distribués aux exploitants d’octobre 1915 à novembre 1916.  Ils ont trois fonctions : présenter la Triangle Film Corporation, exposer les films et les projets en cours, et enfin promulguer des conseils en publicité et en management.

De nombreux articles présentent la politique de la Triangle et l’image dont elle jouit. Y sont expliqués le positionnement sur le marché cinématographique et les moyens mis en œuvre. « Un spectacle associant respect de la morale et des grandes qualités techniques est l’assurance d’une exploitation rentable2». Ce discours est conservé dans tous les numéros. Plusieurs exemples illustrent le soutien d’instances communautaires à cette politique, des associations d’aides aux orphelins jusqu’aux déclarations du colonel Théodore Roosevelt.

Les hebdomadaires présentent aussi les informations relatives aux quatre films programmés chaque semaine; quelles stars, quels thèmes, quel superviseur. Généralement l’un d’entre eux est mis en avant pour sa valeur publicitaire. Une ou deux pages complètes sont consacrées à la qualité de son sujet, aux perspectives publicitaires qu’il permet, aux types de public auquel il s’adresse. Dans ce cadre, quelques propositions sont faites pour créer un événement médiatique autour de la sortie du film.

Enfin, plusieurs articles sont consacrés au management. Il s’agit de sensibiliser les exploitants aux diverses méthodes publicitaires, de dispenser des conseils sur l’aménagement des salles, ou encore d’améliorer les conditions de projection des films. L’ambition est de créer une unité d’image et de confort propre au circuit d’exploitation Triangle.

Ces hebdomadaires étant à usage publicitaire, il faut, bien entendu, prendre de la distance avec les discours et la véracité des faits énoncés. Toutefois, ils sont une base solide pour l’étude des contrats et des relations liant distributeurs et exploitants, ainsi que pour comprendre les enjeux et les difficultés du système de distribution pensé par la Triangle.

Continuer la lecture de Triangle plays : ambition et échec d’un système de distribution

Présentation du projet Cinémarchives

Vous trouverez ci-après la présentation du projet Cinémarchives tel qu’il a été élaboré pour le dossier ANR soumis en 2007. Le projet a été agréé le 28 décembre 2008 et les équipes (Paris Diderot – ENS Ulm – Cinémathèque française ; Paul Valéry – Institut Jean Vigo) sont au travail depuis janvier 2008.

B1. Objectifs, contexte et état de la question, originalité

a. Objectifs

Cinémarchives entend contribuer:

– à une meilleure définition des documents « papier » du cinéma conservés dans les archives, bibliothèques et cinémathèques (typologie, catalogage, indexation),

– à une meilleure contextualisation de ces documents dans l’histoire du cinéma, l’histoire des métiers et des techniques du cinéma,

– à une visibilité et une accessibilité accrue de ces documents pour les chercheurs,

– à une valorisation scientifique de ces ensembles documentaires.

Pour cela, Cinémarchives propose une meilleure articulation des travaux entre patrimoine et université, archivistes et chercheurs en respectant les compétences spécifiques des uns et des autres et en élisant des chantiers à la fois maîtrisables et riches de potentialités futures.

C’est pourquoi  le projet repose sur la collaboration entre détenteurs de documents (producteurs d’archives ou centre d’archives) et chercheurs, à l’intérieur d’un réseau articulé par des chantiers partagés ou complémentaires.

Continuer la lecture de Présentation du projet Cinémarchives

Bonjour tout le monde !

Welcome to Hypotheses.org.

Ce site est dédié au carnet de recherches du programme ANR Corpus2007, Cinémarchives, consacré à des fonds d’archives dits « non-film » (archives papier, maquettes de décorateurs, fonds photographiques…) conservés par la Cinémathèque française et par l’Institut Jean Vigo, sur lesquels travaillent des équipes de chercheurs relevant de Paris Diderot, Paris 3, E.N.S. Ulm et Paul Valéry.