Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

LES DIFFERENTES FORMES ET PHASES DE DISTRIBUTION DES FILMS TRIANGLE

 

La liste officielle des films distribués par la Triangle – document « Triangle Film Corporation’s releases » (Cote : TRIANGLE 1829 / T 3092, Boîte 92 du fonds John Allen/Triangle de la Cinémathèque française)[1] – atteste d’un total de 635 films distribués[2] par la Triangle aux États-Unis du 7 novembre 1915 au 31 août 1919.  

Le détail de l’activité hebdomadaire de distribution de la Triangle présenté dans cette liste  permet d’éclaircir les différentes formes successives de la Triangle sous ses différentes appellations (les cinq « marques »)  ainsi que leurs caractéristiques sans toutefois balayer toutes les zones d’ombre. Il nous semble donc important de revenir en détails sur ces différentes formes et phases de distribution de la Triangle pour essayer d’en tirer une synthèse la plus complète possible, quitte à répéter certains points déjà abordés précédemment.

Les différentes appellations rencontrées tout au long de nos recherches laissaient supposer une distribution des films Triangle relativement simple à identifier ; à savoir un premier sous-ensemble constitué par les « marques » Triangle-Fine Arts (Griffith), Triangle-Kay Bee (Ince) et Triangle-Keystone (Sennett) progressivement remplacé par un second sous-ensemble Triangle tout court et Triangle Comedy (la première « marque » pour pallier les départs successifs de Griffith et Ince, la seconde le départ de Sennett). Or l’analyse de la liste officielle des films distribués par la Triangle révèle des phases de distribution plus complexes, difficilement datables et identifiables en raison de combinaisons nombreuses qui, de plus, ne se succèdent jamais de manière franche et définitive[3]. Toutefois, voici les grandes tendances que l’on observe :

1. La formule de base : Triangle-Fine Arts/Triangle-KayBee/Triangle-Keystone

 

Le « programme Triangle » – pour reprendre le nom qu’on lui attribue dans les différents documents – débute le 7 novembre 1915 au rythme de quatre films distribués par semaine : deux longs-métrages de 5 bobines, un Triangle-Fine Arts supervisé par Griffith[4] et un Triangle-Kay Bee supervisé par Ince, couplés avec deux courts-métrages Triangle-Keystone de 2 bobines[5] supervisés par Sennett. A l’exception de la semaine du 20 février 1916 où seulement trois films sont distribués (un seul film Keystone au lieu de deux, du fait que le film Kay Bee – Peggy – fait exceptionnellement 7 bobines au lieu de 5), cette formule de base, véritable marque de fabrique du programme de distribution de la Triangle, n’est maintenu de manière consécutive que jusqu’à la semaine du 14 mai 1916 incluse, soit pendant seulement 28 semaines.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 3. Structures de distribution

Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 2. Structures de production

 

1 – Les diverses agences dirigées par les Aitken.

La première incursion des frères Aitken dans le milieu du cinéma à lieu dans la ville de Chicago, en 1910. Gérant d’abord des nickelodeon, ils vont rapidement fonder un solide circuit de distribution, organisé autour d’une série d’exchanges, dans le Wisconsin puis dans les états voisins, The Western Film Exchange[1]. De plus, ils tournent déjà leurs ambitions vers l’Europe, installant un bureau à Londres, sous le nom de Western Import, dirigé par Roy.

A partir de là, Eileen Bowser dresse précisément les diverses actions ayant conduit à la création de la Mutual. Au printemps 1911, Harry Aitken fonde avec Thomas Cochrane, ancien manager général d’Independant Motion Picture(IMP), la Majestic Film Company. Il achète également à Charles Baumann, co-directeur avec Adam Kessel de la New York Motion Picture (NYMP)[2], la Reliance Company et son studio, situé dans la ville de Yonkers. Les films sont distribués par la Sales Company, société de distribution dirigée par Carl Laemmle. Après un procès contre cette dernière, Aitken décide de se passer de ses services et se retire avec ses deux compagnies, en plus de American et Tanhouser, achetées par Charles J. Hite, alors proche collaborateur d’Aitken[3]. Ce dernier fonde sa propre société de distribution, The Film Supply Company of America, y intégrant rapidement Solax, Great Norhern et Lux et Western Film Exchanges[4]. De plus, John Freuler, à la tête de la dynamique American Film Manufacturing, choisit de s’associer avec Aitken ; tous deux se connaissent bien puisqu’ils ont déjà travaillé ensemble à l’époque de Western Film exchanges..

En parallèle, Aitken entre en contact avec Crawford Livingston, du groupe boursier Kuhn, Loeb and Company[5]. Il est difficile de préciser et les motivations et l’implication de Livingston lorsqu’il choisit de collaborer avec l’industrie cinématographique : nous ne pouvons que relever qu’il devient fin 1911 assistant trésorier de la New York Motion Picture[6] et que son apport financier permet la formation de Mutual. Cette nouvelle société est déclarée cotée en bourse au moment de sa création, en mars 1912. Elle est forte d’une trentaine d’exchanges, l’un des réseaux les plus importants du marché à cette époque.

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 2. Structures de production

Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1

Présentation :

On commence ici la publication d’un travail à trois (un article à six mains) sur le périmètre à attribuer, dans l’histoire du cinéma, à la Triangle, à partir des archives conservées à la Cinémathèque française et à la Wisconsin Historical Society, mais aussi à partir des éléments publiés dans la presse de l’époque, et finalement de ce qu’en on dit les historiens. Ce travail a été mené avec deux étudiants, Loïc Arteaga et Matthieu Hervé, le premier réfléchissant sur les modalités de distribution (ce qu’il avait entamé dans un article précédent), le second se penchant sur l’évolution de la structure financière du groupe à partir des archives et de la presse (travail lui aussi amorcé dans un précédent travail). Pour des raisons d’ordre, on commencera par la légende, telle qu’elle est enregistrée dans les archives, on poursuivra par la structure financière étudiée par Matthieu Hervé, on poursuivra par les analyses de Loïc Arteaga pour finir par quelques considérations générales de mon cru. Il s’agit de varier les angles d’observation (les dires d’un proche, les articles de presse, la structure de la distribution…) pour tenter en croisant les éclairages de définir la géographie et l’histoire de cette société aux multiples visages.

Pour expliquer le déroulement du travail, on rappellera que d’une part le terme Triangle recouvre des réalités variées que l’histoire n’a pas toujours mises en évidences, et que d’autre part les règles de catalogage appliquées au fonds français  ont été dépendantes de l’état de l’histoire du cinéma au moment du catalogage. Ainsi par exemple sont dénommés Triangle des films produits par la New York Motion Picture, ou peuvent ne pas être reliés au fonds John E. Allen – Triangle des documents pourtant directement issus de l’activité de la Triangle. C’est donc dans l’effort pour mieux définir le corpus que nos travaux se  poursuivis et on en trouvera ci-dessous une nouvelle étape.

Les souvenirs flottants de Roy Aitken

 

Roy, le frère cadet de Harry E. Aitken, le fondateur déclaré de la Triangle, a été déterminant dans l’acquisition par la Wisconsin Historical Society des archives de Harry après la mort de celui-ci en 1956. Dans les nombreux échanges qui ont eu lieu entre les frères Aitken et l’institution, on trouve une lettre de Roy, en date du 11 décembre 1957, à l’attention du directeur de la WHS, Don McNeil[1]. Roy y passe en revue les entreprises dont son frère avait été le responsable, sans doute pour éclairer les archivistes dans le dédale des dates et des noms, alors que la vente des archives n’a pas encore été réalisée (c’est donc aussi une façon de valoriser ce qui est encore à vendre)[2]. Mais comme de plus ce dédale est réel et que la lettre est écrite quelques cinquante ans après les faits, il faut y regarder à deux fois. Par exemple, sur une page, la Western Film Exchange est fondée « around 1905 » à Milwaukee, mais sur une autre c’est « around 1906 ».  Par ailleurs, Roy semble généreusement attribuer à son frère la création ou la propriété de sociétés qui semblent avoir relevé d’autres responsables[3].

Continuer la lecture de Tout ce qu’on ne sait pas sur la Triangle 1