Etude sur le corpus de documents « littéraires » dans le fonds John E. Allen – Triangle (Cinémathèque française)[1]

 Une des particularités du fonds de la Cinémathèque française, si on le compare au fonds madisonien, est l’importance qu’y ont les documents dits « littéraires », c’est-à-dire qui ne portent que sur la gestion des  stories et scenarios, avant leur mise en production (laquelle passe par le continuity script, ou, comme on dit à l’époque, par la « mise en image du scénario »). Ce matériel « littéraire » se distingue en particulier par le format de papier utilisé, qui est le format lettre (par opposition au legal format des continuity scripts). Encore cette opposition n’est-elle que partielle puisque les attestations de droits (assignment of rights) sont par définition en legal format. Dans ce qui suit, sauf indication contraire, les références renverront au fonds parisien.

Les documents officiels :

Ces documents officiels sont fréquents, sous au moins trois formes initiales : un « assignment of rights » en legal format, un certificate qui atteste de la propriété des droits, et une petite fiche formulaire perforée qui enregistre les droits et leur attribution. Cette fiche formulaire est en deux catégories : celle qui enregistre les droits pour une propriété littéraire (book, story, scenario) et celle qui enregistre ultérieurement d’une part l’ayant-droits du film adapté, et d’autre part le dépôt d’une copie ayant permis la réalisation du paper print conservé par la Library of Congress[2].

Continuer la lecture de Etude sur le corpus de documents « littéraires » dans le fonds John E. Allen – Triangle (Cinémathèque française)[1]