La Triangle, la distribution et la censure

Introduction :

On part ici de deux points. Le premier est que, pour Harry E. Aitken, la Triangle n’est que le prolongement de la Mutual : il poursuit dans la Triangle ce qui ne lui a pas été donné de réaliser à la Mutual. Le second est qu’une des difficultés récurrentes de la Triangle a été, parmi d’autres, la distribution.

Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, 23 février 1915 :

Dans ces conditions, il faut accorder un intérêt particulier à l’arrêt de la Cour Suprême du 23 février 1915, dans l’affaire qui oppose, sur initiative de la Mutual, cette dernière à l’Industrial Commission of Ohio. On sait que cet arrêt donne raison à cette commission, en rejetant les arguments de la Mutual qui invoquait une entrave à la liberté d’expression en raison de la censure exercée au niveau de chaque état des Etats-Unis. La Cour lie deux éléments : le cinéma n’est qu’une industrie du spectacle et n’a pas dans ces conditions à être protégé au nom de la liberté d’expression, et le cinéma peut avoir une visée cachée qui serait de corrompre les spectateurs (voir http://en.wikipedia.org/Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, qui présente les éléments soumis pas Mutual et l’arrêt de la Cour suprême, et http://supreme.justia.com/us/236/230/case.html qui donne le texte intégral del’arrêt, et http://en.wordpress.com/tag/mutual-decision/, blog d’étudiants en droit analysant et commentant cet arrêt, ainsi que les autres sites Internet consacrés à cet arrêt.

La Triangle évoquera dès 1916, notamment dans son hebdomadaire Triangle Plays, les entraves mises par la censure à la distribution « normale » des films, et le problème rebondira encore en 1917 avec la constitution d’un comité que Griffith acceptera de présider et auquel se joindra, de façon tout à fait significative, George Eastman.

Liberté d’expression et liberté de circulation des marchandises :

L’arrêt du 23 février 1915 (236 U.S. 247) est également révélateur des contradictions du système américain et du développement de l’industrie cinématographique. Sur le plan légal, les états exercent leur droit de regard sur la circulation des biens. La censure des spectacles reflète l’organisation politique : il existe une censure nationale (National Board, sis à New York apparemment) et une censure locale dans chaque état (ici Industrial Commission of Ohio). C’est à cela que se heurte la distribution nationale des films de la Mutual puis de la Triangle, qui doit d’abord passer par la commission nationale (pour pouvoir tirer des copies d’exploitation) puis par les commissions locales (pour pouvoir distribuer localement ses copies).

Ce que recouvre la plainte de la Mutual en 1915 est moins la liberté d’expression (prétexte à saisir la Cour suprême pour un jugement à valeur nationale) que la liberté de commerce (la libre circulation des copies d’état en état). Autrement dit, le désir d’expansion national de Mutual, puis de Triangle, et sans doute d’autres (voir le mouvement de 1917) se heurte à l’organisation politique et économique en place. Là où l’on ne connaissait auparavant qu’une exploitation locale de produits (exchanges) pour une ambition locale, cherche à advenir une exploitation nationale d’un seul tenant afin de rentabiliser des investissements productifs à hauteur de cette ambition nationale. Cette tension entre organisation politico-commerciale et organisation industrielle à grande échelle éclaire les déboires de Mutual et de Triangle. Mais sous cet angle, la question sera la même au milieu des années 50 en France avec les tiraillements entre la censure étatique et la censure municipale de films qui entendent être distribués sans entrave partout sur le territoire dès lors qu’ils ont passé le test national.

Conclusion :

C’est pourquoi l’arrêt de la Cour suprême dans l’affaire opposant la Mutual à l’Industrial Commission of Ohio en 1915 confirme que sur bien des points la Triangle diffère peu, dans ses ambitions, dans ses méthodes et dans ses difficultés, d’une part de son prédécesseur (la Mutual), d’autre part de ses composantes (Keystone, en particulier sur le point de la censure), et enfin de ses concurrents (dont il se pourrait qu’ils jouent aussi un rôle dans la protection locale de l’exploitation cinématographique contre les visées de la Triangle). Comme la Mutual, la Triangle connaît des problèmes de distribution sur le territoire national, mais la censure locale est loin d’en être la seule cause quand elle en est commodément la seule accusée.

Marc Vernet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *