Origines de la Triangle Film Corporation

Reconstruire la généalogie de la Triangle est à la fois aisé (on dispose de dates et de noms) et difficile (on a plusieurs dates possibles, et les noms en cachent d’autres). Aisé parce que le principal semble connu (réunion, par l’entremise de Harry E. Aitken, des trois grands professionnels que sont Griffith, Ince et Mack Sennett à l’été 1915). Difficile à plus d’un titre en raison des rapides changements qui s’opèrent entre 1908 et 1918 dans le cinéma américain, avec fusions, scissions et trahisons, et de l’enchevêtrement des sociétés, des hommes et des marques. Ainsi, les films Fine Arts (marque), sous la responsabilité de Griffith, sont produits par Reliance-Majestic (maison de production), propriété de Aitken, et distribués par la Triangle (maison de distribution). Les films Kay-Bee (marque), sous la responsabilité de Ince, sont produits par la New York Motion Picture Company (maison de production), propriété de Kessel et Baumann, eux aussi distributés par la Triangle. Mais Aitken a acheté Reliance à Kessel et Baumann , auxquels il a aussi racheté plus tard New York Motion Picture. Toutefois, quand cela a été réalisé et donne l’image d’un système enfin unifié, Griffith et Ince sont partis vers d’autres cieux, comme si le départ fin 1916 de Kessel et Baumann était le signe avant-coureur du départ, courant 1917, des talents initiaux. Il faut par ailleurs noter que la Triangle finance en amont de leur réalisation les films sous contrat de distribution.

Ce méli-mélo ne serait pas très important s’il ne témoignait des luttes très vives que se livrent les concurrents pour le contrôle du marché américain et même mondial du cinéma, et s’il ne rendait pas difficile, dans ce contexte, l’appréciation de la stratégie industrielle, commerciale et artistique de la Triangle, stratégie que les historiens ont déjà qualifiée de pionnière et de malheureuse. Nous allons dans ce qui suit tenter de reprendre la généalogie de la Triangle en suivant certes le fil Aitken, mais aussi la piste parallèle de Kessel et Baumann qui semblent, à plusieurs reprises, avoir été les initiateurs de la politique souvent portée au crédit de la Triangle et de Aitken. On s’appuiera pour cela notamment sur les notices de l’Encyclopedia of Early Cinema, sous la direction de Richard Abel.

1. Western Exchange et New York Motion Picture :

Harry E. Aitken fonde en 1906, avec John L. Freuler, la Western Exchange, société indépendante de distribution de films, échappant donc au Trust d’Edison, la Motion Picture Patents Company – la MPPC. En 1909, Adam Kessel et Charles O. Baumann fondent, également hors du Trust d’Edison, la New York Motion Picture Company, qui est à la fois une maison de production et une maison de distribution (de films italiens sur le territoire américain).

En 1910, Kessel et Baumann fondent Reliance, maison de production, pendant que Aitken et Freuler créent l’American Film Manufacturing Company, autre maison de production. En 1911, les premiers recrutent Thomas H. Ince pour développer la production de la NYMP sur la côte californienne, et ils cèdent à Aitken Reliance. Celui-ci, avec Freuler, crée la même année Majestic, qui fusionnera en 1914 avec Reliance. En 1912, Kessel et Baumann fondent la Keystone en débauchant de la Biograph Mack Sennett pour la supervision. En 1913, Aitken débauche de la même Biograph Griffith pour superviser la production de Reliance et de Majestic. Autrement dit, en 1913, ce qu’on a retenu du dispositif Triangle est en place, même s’il n’en porte pas le nom et s’il est encore distribué entre Kessel et Baumann d’un côté (New York Motion Picure et Keystone, avec Ince et Mack Sennett) et Aitken et Freuler de l’autre (Reliance et Majestic, avec Griffith), et même si à cette date, pourrait-on dire, la Triangle versant distribution s’appelle la Mutual, créée l’année précédente, et si quelques années auparavant la Biograph avait déjà réuni Griffith et Sennett (ils commencent tous deux en 1908, et on sait que le premier est une source d’inspiration pour les parodies du second, et que le second fait ainsi parler du premier).

2. Sales, Famous Players et Mutual :

En cette même année 1910, les mêmes Kessel et Baumann ont fondé avec Carl Laemmle, toujours en concurrence avec le Trust, la Motion Picture Distributing and Sales Company, maison de distribution, abrégée en Sales. Sales distribuera les films produits par les deux compagnies de Freuler et Aitken, l’American Film Manufacturing Company et Majestic. Mais en mars 1912, Freuler et Aitken sortent de la Sales et forment avec Hite et Hutchinson, la Mutual, ce qui provoque la création, sous la houlette de Carl Laemmle, de Universal en juin 1912. Dans un premier temps, Kessel et Baumann suivent Laemmle à Universal, avant de se décider à rejoindre Mutual, qui distribue aussi les films de Griffith produits par sa propre compagnie, la D.W. Griffith Films.

Le 1er juin 1912, Zukor crée Famous Players, maison de production visant l’adaptation cinématographique de grandes pièces de théâtre. En juillet et août 1916, Famous Players fusionne avec la Jesse L. Lasky Feature Play Company (fondée en 1913 par Lasky, Samule Goldfish et Cecil B. DeMille), la Bosworth Film Company et cinq autres firmes, ce qui donnera naissance en août 1914 à la Paramount.

3. Mutual, Triangle et les autres :

En désaccord avec Freuler, Aitken quitte au printemps 1915 la Mutual parce que celle-ci, dont il est le président, refuse de poursuivre le financement du film de Griffith Birth of a Nation. Il fonde alors d’une part Epoch, qui se charge de financer la fin du film de Griffith et de le distribuer, et d’autre part la Triangle Film Corporation avec Kessel et Baumann (Aitken, Kessel et Baumann forment donc en quelque sorte le premier triangle), afin de réunir enfin (2ème triangle, celui que la cinéphilie a retenu) Ince, Griffith et Mack Sennett et distribuer les films produits par la NYMPC, Reliance-Majestic et Keystone. Pourtant, au sein de la Triangle, Ince et Griffith ont gardé leur indépendance en tant que producteurs et réalisateurs, et leurs deux réalisations majeures de 1916, Civilization pour le premier, et Intolerance pour le second, seront produites et distribuées hors Triangle par leur propre société. Rappelons ici que Griffith ne réalise aucun film pour la Triangle : celui qu’il réalise (Intolerance) ne relève pas de la société, et les films Fine Arts produits par Reliance-Majestic et distribués par la Triangle sont réalisés par d’autres qu’il se contente de superviser. Ince est à la Kay Bee (les initiales de Kessel et Baumann) exactement dans la même position.

A sa création à l’été 1915, la Triangle est donc en concurrence avec la Mutual de Freuler(qui engage l’année suivante Charlie Chaplin), la Universal de Laemmle, et la Paramount de Zukor. Pendant sa courte existence, la Triangle verra la disparition de Motion Pictures Patents Corporation et son distributeur General Film (1915), de Kalem et de Lubin (1916), Edison et Biograph (1917), Essanay et Selig (1918), mais il est vrai qu’en 1917 la Triangle de Harry O. Davis ne ressemble déjà plus guère à la Triangle des fondateurs. En 1918, Freuler quittera la présidence de Mutual qui disparaît la même année. La Triangle est donc le produit d’une série de démarquages : démarquage du Trust à l’initiale, de la Sales et de la Biograph ensuite, de la Mutual enfin, mais cette indépendance de la production et de la distribution se fait au prix fort, sans un réseau de salles d’exploitation fiable. C’est sans doute ce qui pour partie explique à la fois la tentative faite en mai 1916 par Aitken de rejoindre Paramount, et son échec (la négociation annoncée tourne court).


Une réflexion au sujet de « Origines de la Triangle Film Corporation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *