Le spectre de la Triangle

Il faut entendre spectre dans son double sens : fantôme (notre recherche est une tentative de reconstitution d’une entreprise disparue) et images juxtaposées formant une suite ininterrompue (cette entreprise, dont les objectifs et les moyens ne sont pas clairs, s’inscrit dans plusieurs séries de métamorphoses, qui la précèdent et qui lui survivent, dans et hors du champ du cinéma).

  1. Difficultés à définir la Triangle :

L’étude des archives dites « de la Triangle » présente plusieurs niveaux de difficultés, dont certaines sont des chances (notamment en ce qui concerne la relative virginité du terrain à explorer).

  • – les archives papier de la Triangle sont en fait le reflet de son existence, c’est-à-dire de son manque cruel de cohésion. Elles sont éclatées en au moins cinq lieux: Paris, Madison, Rochester, New York (Griffith) et Los Angeles (Keystone), même si on trouve deux ou trois documents Griffith (signés de sa main) à Madison et des documents Keystone un peu partout (Paris, Madison, Los Angeles). Quant aux films conservés, la liste établie par Camille Blot-Wellens montre qu’ils sont à la fois assez nombreux et très éclatés aussi.
  • – Il est difficile, d’après les archives papier (Paris et Madison), d’identifier clairement le producteur du fonds, alors que l’on sait que l’identification claire de ce producteur seule permet la définition correcte du fonds et l’interprétation de son contenu. On connaît au moins deux des intermédiaires (Allen et Aitken junior: Roy), mais la main de Harry ou d’une autre personne n’est pas encore claire. J’ai déjà émis l’hypothèse qu’avec Paris, on est plus du côté d’Ince que du côté d’Aitken, mais cela n’est même pas totalement sûr. Cela signifie entre autres que nous nous trouverions bien d’une analyse graphique scientifique des annotateurs des documents: des «mains» sont identifiables ou du moins nettement distinguables (les annotations de décorateur ou de stage manager sont différentes des annotations de mise en scène ou de supervision, les encres sont identifiables – crayon noir maigre ou gras, crayon bleu gras, stylo bille ou équivalent, encre noire…), mais l’identité du scripteur reste difficile à établie (Harry, sa secrétaire, un producteur délégué…?).

Continuer la lecture de Le spectre de la Triangle

Ressources documentaires en ligne sur la Triangle

On trouvera par le lien ci-dessous une liste et une brève description des principales ressources en ligne concernant les archives « papier » de la Triangle et des sociétés qui lui ont été associées, conservées en France et aux Etats-Unis. On trouvera par ailleurs dans les articles une bibliographie sélective et une liste des films conservés.

Ressources en ligne

Bibliographie indicative sur la Triangle

On trouvera ci-après une courte bibliographie, ne comportant que des ouvrages sur la Triangle et sa place dans le cinéma américain dans les années 10. Cette bibliographie s’enrichira au fur et à mesure des travaux. Les commentaires sont également purement indicatif

BiblioprovV03juin2010

La Triangle, la distribution et la censure

Introduction :

On part ici de deux points. Le premier est que, pour Harry E. Aitken, la Triangle n’est que le prolongement de la Mutual : il poursuit dans la Triangle ce qui ne lui a pas été donné de réaliser à la Mutual. Le second est qu’une des difficultés récurrentes de la Triangle a été, parmi d’autres, la distribution.

Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, 23 février 1915 :

Dans ces conditions, il faut accorder un intérêt particulier à l’arrêt de la Cour Suprême du 23 février 1915, dans l’affaire qui oppose, sur initiative de la Mutual, cette dernière à l’Industrial Commission of Ohio. On sait que cet arrêt donne raison à cette commission, en rejetant les arguments de la Mutual qui invoquait une entrave à la liberté d’expression en raison de la censure exercée au niveau de chaque état des Etats-Unis. La Cour lie deux éléments : le cinéma n’est qu’une industrie du spectacle et n’a pas dans ces conditions à être protégé au nom de la liberté d’expression, et le cinéma peut avoir une visée cachée qui serait de corrompre les spectateurs (voir http://en.wikipedia.org/Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio, qui présente les éléments soumis pas Mutual et l’arrêt de la Cour suprême, et http://supreme.justia.com/us/236/230/case.html qui donne le texte intégral del’arrêt, et http://en.wordpress.com/tag/mutual-decision/, blog d’étudiants en droit analysant et commentant cet arrêt, ainsi que les autres sites Internet consacrés à cet arrêt.

La Triangle évoquera dès 1916, notamment dans son hebdomadaire Triangle Plays, les entraves mises par la censure à la distribution « normale » des films, et le problème rebondira encore en 1917 avec la constitution d’un comité que Griffith acceptera de présider et auquel se joindra, de façon tout à fait significative, George Eastman.

Continuer la lecture de La Triangle, la distribution et la censure

Présentation du projet Cinémarchives

Vous trouverez ci-après la présentation du projet Cinémarchives tel qu’il a été élaboré pour le dossier ANR soumis en 2007. Le projet a été agréé le 28 décembre 2008 et les équipes (Paris Diderot – ENS Ulm – Cinémathèque française ; Paul Valéry – Institut Jean Vigo) sont au travail depuis janvier 2008.

B1. Objectifs, contexte et état de la question, originalité

a. Objectifs

Cinémarchives entend contribuer:

– à une meilleure définition des documents « papier » du cinéma conservés dans les archives, bibliothèques et cinémathèques (typologie, catalogage, indexation),

– à une meilleure contextualisation de ces documents dans l’histoire du cinéma, l’histoire des métiers et des techniques du cinéma,

– à une visibilité et une accessibilité accrue de ces documents pour les chercheurs,

– à une valorisation scientifique de ces ensembles documentaires.

Pour cela, Cinémarchives propose une meilleure articulation des travaux entre patrimoine et université, archivistes et chercheurs en respectant les compétences spécifiques des uns et des autres et en élisant des chantiers à la fois maîtrisables et riches de potentialités futures.

C’est pourquoi  le projet repose sur la collaboration entre détenteurs de documents (producteurs d’archives ou centre d’archives) et chercheurs, à l’intérieur d’un réseau articulé par des chantiers partagés ou complémentaires.

Continuer la lecture de Présentation du projet Cinémarchives